La transition numérique agricole en marche

La révolution numérique comme modèle de business innovant dans l’agriculture

Lancé tel un sujet de réflexion jusqu'au prochain rendez-vous, le Forum sur la révolution verte en Afrique 2017 a clôt sa semaine de travaux vendredi 8 septembre à Abidjan en s'interrogeant sur les façons d'exploiter la révolution numérique pour transformer l'agriculture en Afrique.  

Le monde agricole en Afrique n'échappe pas à la révolution « digitale ». Loin de là. Elle commence même déjà à le bouleverser, a-t-on pu constater vendredi 8 septembre à Abidjan, lors de la cérémonie de clôture de l'édition 2017 du Forum sur la révolution verte en Afrique (AGRF), cérémonie qui avait pour thème "Exploiter la révolution numérique pour la transformation agricole".

Témoins de la richesse des travaux de l'AGRF 2017 durant la semaine écoulée, il a été question de mégadonnées, de TIC, de géo-technologie spatiale, bref de l'avenir de l'agriculture en Afrique. Des innovations qui devront gérer de très nombreux défis dont, non les moindres, les crises alimentaires, la sécheresse, la productivité ou encore l'attraction des jeunes.

« Les défis seront réglés par ceux qui ont des rêves, et ils utilisent les nouvelles techniques pour que les solutions soient viables », a déclaré Mikael Hook, gestionnaire du Laboratoire d'apprentissage rural.

agrf 1030474

La 3ème révolution du secteur agricole

Cette semaine s'achève sur une note optimiste : avec les nouvelles technologies de l'information et de la communication (Tic), le secteur agricole connait sa 3ème révolution. La sécurité alimentaire sera améliorée et les revenus des producteurs maximisés.

« La technologie a fait beaucoup pour l'agriculture ces cinq dernières années », estime Salah Goss, vice-présidente Développement international de Mastercard. « Elle s'attaque aux défis du changement climatique, de la déforestation et de la démographie croissante. Il est important que nous augmentions la production. Quand nous pensons technologie, c'est pour améliorer les conditions de vie des agriculteurs».

Un des enjeux majeurs pour l'agriculteur en Afrique est de s'approprier ces outils numériques. « Le numérique permet d'avoir un guichet unique pour les producteurs, pour distribuer leurs semences et leurs intrants», a-t-elle poursuivi. Et davantage encore. Le numérique permet de réduire le temps consacré aux activités agricoles et leur pénibilité ; il donne accès aux mégadonnées agricoles.

Mais le développement de ces autoroutes de l'information pour l'agriculture requiert d'intégrer les jeunes qui ont un poids économique croissant étant donné l'essor démographique, et pour lesquels le numérique constitue leur quotidien.
« Les innovations dans l'agriculture peuvent contribuer à renforcer la sécurité alimentaire, la résilience et la croissance économique inclusive, en particulier lorsque les jeunes participent à la conception de l'avenir du secteur grâce à l'utilisation des TIC », a rappelé Michael Hailu, directeur du CTA.

Pitch AgriHack 2017!, témoin de la révolution en cours

Témoins de la révolution numérique en cours, les lauréats du Pitch AgriHack! Afrique de l'Ouest 2017 ont présenté leurs plateformes lors de cette cérémonie de clôture.

 

Le vainqueur du Pitch AgriHack! Afrique de l'Ouest 2017, Thierno Souleymane Agne du Sénégal, a créé Bayseddo, « une plateforme qui vise à mettre en relation les agriculteurs, en besoin de financement et disposant de terres, avec des agents économiques en capacités de financement, dépourvus de terre et voulant investir dans l'agriculture». Un outil qui répond à la nécessité de permettre l'inclusion financière, a relevé Salah Goss de Mastercard, qui a aussi souligné l'importance d' « avoir des modèles de business innovants pour tirer profit des opportunités qui s'offrent à tous».