Rapports annuels

Documents clés

CTA Rapport Annuel 2010

Agir pour un avenir meilleur

Durant cette première année au poste de directeur du CTA, il m’est apparu qu’il existait bien des manières de développer les réseaux et de renforcer les partenariats entre les institutions œuvrant pour la sécurité alimentaire et le développement durable dans les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP). 

Les responsables politiques, les scientifiques et les différents représentants du monde agricole m’ont beaucoup appris et j’ai reçu les encouragements de nombreux acteurs du développement. Tous m’ont exprimé leur reconnaissance pour l’appui que notre organisation leur apporte sur le terrain et dans les enceintes politiques.

L’année 2010 a été particulièrement importante pour le CTA. Afin de guider notre action jusqu’en 2015, nous avons élaboré un nouveau Plan stratégique pour les 5 prochaines années : Renforcer les communautés agricoles et rurales ACP par les connaissances. Ce plan nous permettra de répondre aux grands enjeux du développement agricole et rural en favorisant le partage des connaissances, le travail en réseau et le renforcement des capacités.

L’agriculture peut - et doit - fortement contribuer à aider les nations et les communautés à augmenter leurs revenus, réduire la pauvreté et lutter contre la malnutrition. Dans le monde, trois quarts des pauvres vivent dans les zones rurales ; pour la majorité d’entre eux, l’agriculture est l’unique source de subsistance et le seul espoir de survie. La production alimentaire mondiale doit progresser d’au moins 70% pour nourrir une population qui atteindra, selon toute vraisemblance, 9 milliards de personnes d’ici 2050 - sans porter davantage atteinte aux ressources naturelles dont dépend l’agriculture.

À ces défis, il convient d’ajouter le changement climatique et l’appauvrissement des ressources naturelles. Malgré leur faible contribution aux émissions de gaz à effet de serre, les pays ACP sont parmi les premiers à souffrir de ses effets, qui frappent durement les petits producteurs. En outre, ces derniers sont majoritairement exclus de l’accès au crédit ; ils n’ont qu’une influence restreinte sur les responsables politiques et ne bénéficient pas de formations suffisantes.

Toutefois, certaines nouvelles sont rassurantes. Jamais le rôle central de l’agriculture dans l’atténuation de la pauvreté et la croissance économique n’a été aussi largement reconnu. Jamais le moment n’a été aussi propice pour agir en faveur du développement agricole.

Pour le CTA, l’heure est venue de redoubler d’efforts afin d’améliorer les conditions de vie et les capacités de production des communautés agricoles dans les pays ACP. Il dispose d’ailleurs d’excellents atouts, comme en témoigne cette année 2010
où il n’a cessé d’œuvrer pour favoriser le partage des connaissances, renforcer
les communications et faciliter le travail en réseau de nombreux acteurs du développement rural.

Prenons l’exemple de la 9e Semaine caribéenne de l’agriculture (page 5). Parmi les quatre grandes manifestations animées par le CTA, un briefing politique régional
a été consacré au rôle des petites et moyennes entreprises dans l’amélioration de l’agriculture caribéenne. Pour de nombreux participants issus du secteur privé, ce forum était une occasion inédite d’échanger des idées avec les responsables politiques, les organisations d’agriculteurs, les médias et les scientifiques.

En 2010, nous nous sommes également employés à valoriser les jeunes et les femmes qui font carrière dans la recherche scientifique. Le CTA, avec cinq partenaires africains, a ainsi organisé un concours dont les lauréats ont été annoncés pendant la 5ème Semaine africaine des sciences agricoles, en juillet, à Ouagadougou (Burkina Faso). Les partenariats sont au cœur de notre action. En collaboration avec l’Agence de planification et de coordination du NEPAD, nous avons organisé avec succès, durant une semaine à Johannesburg (Afrique du Sud), une série de manifestations parmi lesquelles figuraient le séminaire annuel du CTA sur l’eau ainsi qu’un observatoire sur les technologies de l’information et de la communication (TIC).

L’agriculture occupant de nouveau le premier plan des priorités mondiales en matière de développement, le CTA est bien placé pour aider les nations ACP à atteindre leurs objectifs de sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Michael Hailu