Politiques agricoles

Articles choisis

Améliorer les liens entre l’agriculture, le commerce, le tourisme et la santé au Vanuatu

Juillet 4, 2016
  • Pacifique

Lors d’un récent atelier au Vanuatu, une stratégie clairement définie a été proposée en vue de contribuer à la croissance économique grâce au développement de l’agritourisme, à l’actualisation des politiques et à la promotion du rôle des chefs de cuisine dans le secteur alimentaire. 

De tout temps, l’agriculture, la foresterie et la pêche ont été les principales sources de revenus des pays insulaires du Pacifique (PIP) et des foyers ruraux de ces pays. Toutefois, au Vanuatu, c'est aujourd'hui le tourisme qui génère la majeure partie des revenus. Les produits alimentaires importés représentent des coûts importants pour le pays et le secteur du tourisme. En 2015, la Société financière internationale (SFI) de la Banque mondiale a financé une enquête qui a révélé que près de 12 millions d’euros avaient été dépensés en produits frais par les restaurants et les complexes hôteliers du Vanuatu, dont 54 % d’importations. La facture des importations du Vanuatu a progressé de 11 % entre 2011 et 2014. Celle relative aux aliments et aux animaux vivants s’est élevée à plus de 46 millions d’euros en 2014, soit 20 % de la facture totale des importations du pays.

Le Vanuatu dispose néanmoins d'un potentiel naturel et culturel suffisant pour établir un lien entre l'agriculture et le tourisme, accroître les opportunités de revenus internes, créer de nouveaux marchés et produits, et donc favoriser la croissance économique et les emplois locaux.

Principaux défis concernant l’élaboration d'une politique en faveur de l'agritourisme

Plusieurs questions doivent être examinées en vue de développer l'agritourisme au Vanuatu. Le secteur bénéficie d'ores et déjà d'une approche proactive et visionnaire de la part du gouvernement du Vanuatu, qui a décidé de mettre en œuvre une stratégie. Dans le secteur public, la priorité est d'établir des liens avec l'agritourisme. Les mécanismes d'incitation publics devraient instaurer un environnement propice aux activités des entreprises. Il est également important de soutenir les organisations de producteurs pour qu'ils puissent répondre aux exigences des consommateurs et du public. Il est nécessaire de collecter davantage de données sur la production, les rendements et les fournisseurs de services agricoles, ainsi que sur les caractéristiques nutritionnelles et sanitaires des aliments frais et transformés locaux. 

Une autre piste prometteuse consiste à collaborer avec des chefs locaux pour qu'ils utilisent et mettent en avant des aliments locaux dans des recettes sophistiquées, augmentent leur approvisionnement auprès des producteurs locaux et promeuvent l'image du pays en tant que destination culinaire phare. La cuisine traditionnelle du Vanuatu met à l’honneur le poisson, les légumes-racines comme le taro et l'igname, les fruits et les légumes. La papaye, l'ananas, la mangue, la banane plantain et la patate douce abondent presque toute l'année. Le lait et la crème de coco parfument de nombreux plats.

Le Vanuatu part avec un avantage comparatif car certains de ses produits sont déjà réputés pour leur qualité, comme la viande bovine, le cacao, le miel et le café. Toutefois, davantage d'efforts devraient être entrepris pour promouvoir des produits alimentaires de qualité grâce au dépôt de marques et à une commercialisation mettant l'accent sur l'identité du Vanuatu. 

La marche à suivre

En rapprochant l'agriculture, le commerce, la santé et le tourisme, on stimulera le secteur agricole du Vanuatu, on renforcera les organisations de producteurs locaux et on favorisera la croissance économique durable et l'emploi. Les différents acteurs de la chaîne de valeur, dont les agriculteurs et les transformateurs alimentaires, tireront également parti de cette politique, étant donné la demande accrue de produits agricoles locaux, sains et de qualité. Les touristes seront impliqués et on assistera à un essor de l'économie locale.

Actions à court terme

• Soutenir les travaux en cours du Comité d'orientation de l'agritourisme qui a été instauré en vue d'augmenter l'offre de produits de base locaux sur le marché national.
• Mettre en œuvre et promouvoir la récente directive concernant l'utilisation de produits locaux dans la restauration lors d'événements gouvernementaux.
• Développer une Stratégie nationale de l'agritourisme avec le soutien du New Zealand Aid Programme.
• Soutenir les organisations d'exploitants agricoles en vue de renforcer l'offre et de développer la commercialisation collective afin de résoudre les questions de volume, d'uniformité et de qualité des produits.
• Promouvoir les réussites du Vanuatu auprès d'une communauté plus large de petits États insulaires en développement.
• Tirer parti d'événements régionaux en vue de partager l'expérience du Vanuatu en matière d'agritourisme.
• Améliorer la communication et le commerce entre fournisseurs et acheteurs potentiels : agriculteurs, forestiers, pêcheurs, éleveurs de bétail et entreprises.
• Analyser la part locale des aliments consommés dans de grands restaurants et hôtels en vue de cartographier le système d'offre et de distribution.
• Développer des programmes de formation pour les services d'alimentation, la préparation et la transformation des aliments, ainsi que pour l'élaboration des menus, y compris un renforcement des capacités des formateurs et inspecteurs actifs dans le domaine de la sécurité des aliments.

Actions à moyen terme

1. Davantage de coordination, d'alliances et de partenariats stratégiques sont nécessaires à l'élaboration d'une politique en faveur de l'agritourisme. Les ministères de l'Agriculture, du Tourisme, du Transport, de la Santé, de l'Environnement, de l'Éducation et du Commerce collaboreront les uns avec les autres ainsi qu'avec le secteur privé afin d'instaurer un contexte politique favorisant l'investissement. Des alliances stratégiques avec les partenaires de développement soutiendront ce processus. Le Comité national d'orientation de l'agritourisme bénéficiera d'une aide pour mener à bien son plan de travail visant à accroître l'offre de produits locaux et intensifier la collaboration avec d'autres acteurs du secteur.

2. La politique en faveur de l'agritourisme doit promouvoir la croissance inclusive et le développement du secteur privé. Toute stratégie relative à l'agritourisme devra intensifier les relations économiques entre l'économie locale et les acteurs du secteur privé. La première étape à cet effet serait de tester divers modèles commerciaux ou PPP. L'analyse d'accords contractuels potentiels entre des groupements de producteurs et des hôtels stimulerait la production locale. Il sera nécessaire de développer les compétences des producteurs et transformateurs locaux en ce qui concerne le secteur de la transformation de produits agroalimentaires. L'implication des agences de développement est primordiale à cet égard. Il faudrait tout mettre en œuvre pour que les femmes et les jeunes entrepreneurs participent à ces initiatives. Le CTA peut contribuer à proposer des services innovants aux exploitants agricoles, tels que le partage des expériences vécues par d'autres régions et le soutien à des projets pilotes d'envoi de données commerciales et d'informations relatives aux cultures par sms.

3. Promouvoir le rôle des chefs en tant qu'acteurs de la chaîne de valeur. Des études de marché seront menées dans certains complexes hôteliers et hôtels en vue de cartographier l'utilisation des aliments locaux dans la cuisine du Vanuatu et de mettre en lumière des exemples de réussite. Une page web portant sur le programme d'agritourisme du Vanuatu apparaîtra sur la plateforme des Chefs pour le développement.

À propos de l'atelier

L'atelier « Élaboration d'une politique pour renforcer les liens entre l'agriculture, le commerce et le tourisme : Renforcer le secteur agroalimentaire local et promouvoir des aliments sains dans l'agritourisme » a été organisé par le gouvernement du Vanuatu et le CTA en collaboration avec l'Organisation du secteur privé des îles du Pacifique (PIPSO) et l'Institut interaméricain de coopération pour l'agriculture (IICA). Il s'est tenu à Port Vila, au Vanuatu du 25 au 27 mai 2016.

Cette réunion s'inscrit dans le prolongement du premier Forum de l'industrie agroalimentaire du Pacifique qui s'est déroulé en juillet 2015 à Denarau, aux îles Fidji, dans le cadre de la Semaine de l'agritourisme de la communauté du Pacifique. Cette réunion a permis de mettre en lumière les réussites en matière de renforcement des liens entre les secteurs de l'agriculture et du tourisme dans la région Pacifique et a recommandé des projets pilotes visant à élaborer des politiques en faveur de l'agritourisme.

Vanuatu Agritourism Policy Setting Worskhop 25-27 May 2016

Pour en savoir plus

Parcourez l'album photo de l'atelier
Visitez la page web de l'atelier pour l'élaboration d'une politique en faveur de l'agritourisme au Vanuatu (en anglais)
Obtenez plus d'informations sur le Forum agroalimentaire de l'année dernière aux îles Fidji