Connaissance et formation

Articles choisis

Le projet GODAN Action : une approche innovante

Août 3, 2016

Les données ouvertes sont en train de changer la manière dont nous vivons et interagissons les uns avec les autres. Dans les domaines du transport de l'information, de l'amélioration de l'éducation, de la redevabilité des pouvoirs publics ou encore de l'accès aux soins de santé, les données ouvertes affectent notre vie quotidienne. Grâce au nouveau projet GODAN Action, le CTA et ses partenaires vont développer les capacités et la diversité des utilisateurs des données ouvertes pour relever les défis de la sécurité alimentaire et de la nutrition.

inline GODAN action okkkQuelques moments de l'Atelier de journalisme fondé sur les données ouvertes en Afrique, organisé dans le cadre du projet GODAN Action, en juillet 2016, à Nairobi.

Pour utiliser une définition simple, les données ouvertes sont des données en accès libre que tout le monde peut utiliser et partager. Le récent intérêt de haut niveau témoigné aux données ouvertes met en lumière leur importance en regard des défis mondiaux à la fois croissants et fondamentaux. L'impact potentiel des données ouvertes est énorme et augmente de 40 % chaque année, selon l'International Data Corporation. Pourtant, de nombreux individus, organisations et gouvernements sont exclus de ce nouveau monde innovant que représentent les données ouvertes. Les raisons de cette exclusion sont le manque de ressources, de connaissances, de capacités ou d'opportunités.

Il est cependant encourageant que des organisations internationales de premier plan soutiennent l'élan pris par les données ouvertes. Les Objectifs de développement durable (ODD) vont orienter les efforts mondiaux pour le développement jusqu'en 2030. Selon les Nations Unies, la réalisation des ODD nécessite des actions intégrées en réponse aux défis sociaux, environnementaux et économiques, en misant sur des processus inclusifs et participatifs. C'est dans cette optique que le Réseau des solutions pour le développement durable a réalisé en 2015, avec Open Data Watch et d'autres partenaires, une évaluation du coût des outils statistiques essentiels nécessaires pour mesurer le développement durable : « Les données au service du développement : Évaluation des besoins pour le suivi des ODD et le développement de capacités statistiques » (publication disponible en anglais). L'étude estime qu'au moins 1 milliard d'euros sont nécessaires chaque année pour maintenir et améliorer les systèmes statistiques de 77 des pays les plus pauvres du monde, et assurer une collecte de données suffisante pour suivre l'évolution des ODD. 

Les secteurs de l'agriculture et de la nutrition dans les pays ACP peuvent bénéficier des données ouvertes. Fournir aux petits exploitants agricoles des données accessibles et exactes peut accroître la productivité agricole et améliorer la nutrition. Cependant, afin de concrétiser pleinement ces opportunités, il faut veiller à ce que des données de qualité soient largement disponibles et reliées à des solutions locales visant à améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition, et que les individus aient la capacité d'utiliser concrètement les données ouvertes.

Défis et opportunités 

Les données ouvertes ont fait leurs preuves auprès de nos économies et nos citoyens. Le rapport McKinsey sur les données ouvertes - « Libérer l'innovation et la performance par l'information liquide » (disponible en anglais) - estime qu'un marché mondial alimenté par des données ouvertes issues de l'ensemble des sept secteurs créerait entre 3 et 5 mille milliards d'euros par an.

Et en effet, des données de qualité, disponibles, fiables et bien utilisées font une différence dans la vie des gens. Les données ouvertes peuvent atteindre les groupes les plus vulnérables, répondre à leurs besoins spécifiques et suivre les progrès réalisés. Les données sont également importantes pour les entreprises et les individus qui recourent à des informations pour prendre des décisions quotidiennes affectant leur bien-être. 

L'accès libre à des informations fiables permet aux citoyens d'acquérir des informations et de suivre les dispositions en matière de services qui affectent leurs vies : informations en matière d'éducation et de soins de santé, redevabilité des pouvoirs publics, participation au processus démocratique pour garantir la prise en compte de leurs besoins et préoccupations. Les données servent également de source d'information pour élaborer des politiques gouvernementales adéquates. Les appareils mobiles, les données biométriques et la transmission participative d'informations par les citoyens ont déjà modifié les processus de collecte de données officiels et la conception des programmes suivis.  

Il subsiste néanmoins de nombreux défis et obstacles restreignant l'utilisation des données ouvertes. Parmi ceux-ci figurent les barrières institutionnelles, la complexité des tâches, l'état d'avancement technique, le risque de contrevenir à la loi en ouvrant des données, les difficultés concernant la propriété des données et les violations non-intentionnelles de la vie privée. Ces obstacles peuvent aisément se traduire par des données inexactes, obsolètes, incomplètes ou inaccessibles, en raison notamment des frais liés aux études statistiques et de l'insuffisance des capacités, des méthodologies et des outils. Au niveau de l'agriculture et de la nutrition, il existe un risque additionnel lié au manque d'engagement des acteurs clés du développement agricole et rural.

Le projet GODAN Action 

GODAN Action est un projet de trois ans et demi dirigé par Wageningen UR–Alterra ainsi que d'autres partenaires internationaux ayant un parcours dans l’agriculture, la nutrition, les données et les TIC : AgroKnow, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le Forum mondial de la recherche agricole (GFAR), le Land Portal, le Centre Technique de coopération agricole et rurale (CTA), l’Institut pour les données ouvertes (Open Data Institute, ODI), AidData et l’Institut pour les études de développement (IDS).

Soutenu par le ministère britannique du Développement international (DFID), le projet vise à permettre d'utiliser efficacement les données ouvertes pour répondre aux défis de la sécurité alimentaire et de la nutrition. Pour ce faire, le projet renforcera les capacités des protagonistes potentiels à comprendre le potentiel des données ouvertes dans ces deux domaines et à les utiliser de manière concrète.  Le projet répond à l'Initiative mondiale des données ouvertes pour l'agriculture et la nutrition (GODAN) : Recherche et renforcement des capacités en matière de données ouvertes. Plus spécifiquement, le CTA dirigera le renforcement de capacités et de la diversification des utilisateurs de données ouvertes. 

Renforcer les capacités des utilisateurs de données ouvertes

Barometer FR

L'approche du CTA sera axée sur les thématiques suivantes :

1) Créer des communautés de pratique durables accordant une attention particulière aux capacités des journalistes en tant que narrateurs numériques et vecteurs de communautés de pratique. Le projet collaborera avec des réseaux et des organisations existants, tels que le réseau de journalistes du Programme détaillé pour le développement de l'agriculture africaine, soutenu par le NEPAD. Le CTA et ses partenaires produiront et personnaliseront du matériel de formation aux données ouvertes, dont des infographies, des tableaux et des cartes. L'objectif principal est de créer une bibliothèque de ressources d'apprentissage sur les données ouvertes afin de sensibiliser ce groupe de parties prenantes aux données ouvertes en vue de maximiser l'utilisation de ces données.

2) Lutter contre la fracture numérique. Il ne s'agit pas seulement d'atteindre les communautés exclues par l'absence d'accès à internet, mais aussi de répondre aux besoins de celles disposant d'un accès potentiel mais qui ne se matérialise pas en un accès réel et une utilisation de services numériques.

3) Favoriser la participation des femmes et des jeunes. Les axes essentiels de la stratégie du CTA pour l'égalité des sexes sont : l'accès des femmes aux connaissances et aux compétences ; la promotion de l'égalité des sexes dans le domaine des produits et services ; l'amélioration des capacités des femmes et des organisations de femmes en matière de gestion de l'information, de la communication et des connaissances ; et l'accès aux femmes bénéficiaires. Le projet GODAN Action suivra cette approche en intégrant de façon effective l'égalité des sexes tout au long du projet.

Le projet commencera par évaluer les besoins en formation ainsi que les mécanismes d'incitation et les obstacles existants. Il dressera ensuite le tableau du renforcement des capacités à effectuer pour identifier les partenaires clés. À cet égard, un groupe de renforcement de capacités sera mis en place en partenariat avec GODAN, afin de mettre à profit la contribution et les ressources importantes de ses membres internationaux qui travaillent avec des données ouvertes.

L'évaluation réalisée au sein de ce groupe fournira une plateforme pour mettre en place des actions à plus long terme et favoriser l'utilisation du matériel de renforcement de capacités. Une série d'activités de renforcement de capacités axées spécifiquement sur l'Afrique aura ensuite lieu. Le projet suivra quatre approches pour renforcer les capacités et évaluera leur efficacité.

Ces quatre approches sont les suivantes :

1) Le face à face : promouvoir des formations aux données ouvertes avec des formateurs en TIC et contribuer à l'amélioration du matériel sur les données ouvertes.
2) Les activités « atelier » : projets de données ouvertes réunissant plusieurs protagonistes qui développent leurs applications et apprennent les facteurs de réussite essentiels.
3) La formation à distance : développer des formations en ligne sur les approches existantes avec la FAO.
4) L'auto-apprentissage : en particulier les méthodes d'apprentissage innovantes basées sur l'utilisation de téléphones portables.

L'ensemble du matériel produit pour chaque formation sera téléchargé dans la bibliothèque de ressources d'apprentissage sur les données ouvertes afin d'assurer l'efficacité et le partage de connaissances dans le cadre des activités de renforcement de capacités. Cela renforcera les capacités de production et de conservation de données de différents groupes de parties prenantes, comme les producteurs de données et les chercheurs.Sur la base d'initiatives de formation et de renforcement de capacités existantes, le projet a pour objectif d'en apprendre davantage sur les obstacles à l'utilisation de données ouvertes et d'intensifier les efforts menés pour surmonter ces obstacles. En alliant la recherche à des méthodes pratiques de renforcement de capacités, le projet espère apporter les bénéfices des données ouvertes à une communauté plus large de personnes travaillant dans les domaines de l'agriculture et de la nutrition.

Ressources

 

 

Publications connexes (disponibles en anglais)

Restez en contact

Suivez @CTAflash et @GODANSec sur Twitter pour des mises à jour régulières