Marchés et chaînes de valeur

Articles choisis

Afrique de l'ouest : moderniser le marché des céréales

Septembre 21, 2016
  • Afrique de l'ouest

"Agro-business céréalier en Afrique de l'Ouest : « Quels instruments de marché et quelles politiques publiques pour fluidifier le marché régional des céréales en zone CEDEAO ?» Tel est le thème de la conférence régionale organisée par le CTA, le Réseau des organisations paysannes et des producteurs agricoles de l’Afrique de l’Ouest (ROPPA), le Réseau ouest-africain des céréaliers (ROAC) et l'Association africaine de crédit rural et agricole (AFRACA) du 29 novembre au 1er décembre 2016 à Ouagadougou (Burkina Faso). Près de 200 participants sont attendus pour capitaliser les expériences et les bonnes pratiques, et proposer les voies et moyens visant la promotion de chaines de valeur transfrontalières céréalières en Afrique de l’Ouest.

Si les marchés nationaux des céréales ouest africains se sont considérablement développés au cours des 30 dernières années, les échanges régionaux, eux, sont limités. On estime leur volume global (principalement mil, sorgho et maïs) à 1,5 million de tonnes par an. Néanmoins, l'Afrique de l'Ouest continue d'importer des quantités très importantes de céréales. Plusieurs facteurs bloquent le développement des échanges intra régionaux. En regroupant différents types d'acteurs, en les amenant à réfléchir, ensemble, avec l'appui de nombreux partenaires, le CTA espère aboutir à des recommandations concrètes qui permettront de moderniser le marché régional des céréales. L'enjeu, à terme : la sécurité alimentaire pour plus de 300 millions d'habitants. 

Les céréales jouent un rôle crucial en Afrique de l'Ouest, dont elles occupent un cinquième des terres arables. Leur production a progressé significativement dans les cinquante dernières années, avec 16 millions de tonnes en 1980 contre 63 millions de tonnes en 2015. La demande a aussi crû considérablement, du fait de la croissance démographique et de la hausse de la demande pour le bétail. Elle s'est aussi modifiée, avec l'urbanisation et les changements des modes de consommation. Face aux besoins croissants et à une offre insuffisante, le CTA et ses partenaires ont fait le constat du besoin de renforcer le marché. Pour cela, une conférence de trois jours est organisée qui a pour but d'informer les acteurs, capitaliser les expériences et les bonnes pratiques et convenir d'une feuille de route permettant la mise en œuvre, le suivi et l'évaluation d'un ensemble de recommandations.

Tous les chemins mènent à Ouagadougou

La conférence ambitionne de rassembler un très large éventail d'acteurs de la filière : producteurs céréaliers (responsables d'Organisations de producteurs et producteurs individuels), transformateurs, commerçants, grossistes, détaillants, fonctionnaires des douanes, de la police, des normes sanitaires et phytosanitaires, représentants des ministères concernés (agriculture, finance), chercheurs, ONG, partenaires techniques et financiers. Des acteurs des chaînes de valeurs connexes (à l'instar de la volaille ou de l'aquaculture) sont également associés à l'événement.

Trois jours durant, près de 200 participants, tous acteurs des chaînes de valeur des céréales seront regroupés à Ouagadougou. Mais si les ouest africains seront les principaux participants, des acteurs d'autres régions sont également conviés à l'événement. Une vingtaine de participants hors Afrique de l'ouest sont conviés dont l'Eastern African Grain Council (EAGC), un réseau d'organisations des céréales d'Afrique de l'est. Les échanges de région à région seront ainsi facilités, pour partager les expériences et échanger les bonnes pratiques.

La préparation et la mise en œuvre de la rencontre sont confiés à un comité d’organisation composé d'experts du ROPPA, du ROAC, du Ministère de l’Agriculture du Burkina Faso et du CTA, ainsi que d'autres organisations régionales partenaires (AGRA et USAID Trade Hub).

Jouer une même partition

Sessions plénières et travaux de groupes se succéderont au cours des trois jours que va durer la conférence. La première journée prévoit quatre sessions sur les thématiques suivantes : les mutations du marché ouest-africain des céréales ; les efforts de structuration et de régulation du marché des céréales ; les défis de développement des chaînes de valeurs céréalières transfrontalières et la construction de systèmes d'information de marchés et l'usage des TIC dans la facilitation du commerce régional. La seconde journée est organisée autour de réflexions stratégiques en groupes afin de recueillir et partager les bonnes pratiques des uns et des autres.

La troisième et dernière journée, sera aussi l'occasion de baliser le chemin pour les années à venir suite aux recommandations de la conférence.

Selon Souleymane Zeba, Coordonnateur Sénior de Programme, Politiques agricoles et Chaînes de valeur au CTA, "l'enjeu principal de la conférence est d'amener dans une même salle des acteurs qui sont habitués à jouer des partitions différentes sur la question céréalière, afin qu'ils les jouent en harmonie. Il s'agit de les amener à converger vers un modèle de modernisation des marchés des céréales qui bénéficiera à différents types d'acteurs... Les producteurs, qui pourront mieux écouler le fruit de leur travail ; les transformateurs, qui seront assurés d'avoir suffisamment de matière première à transformer ; et les banques, qui pourront faire des affaires."

Sans anticiper sur les résultats des travaux, les offres de « bourse régionale des céréales » ou de « dialogue inter-professionnel » seront discutées. De nombreux prérequis s'imposent dès lors, comme l'existence d'un marché consolidé avec tous les acteurs, sur lequel tous aient un accès égal à l'information : état des stocks, prix, normes de qualité, normes sanitaires et phytosanitaires. La mise en place d'un système d'information de marché automatisé, sur un portail disponible pour l'ensemble des acheteurs, qui signale la disponibilité du riz, maïs, petit mil, sorgho, etc. est ainsi envisageable.

Quels que soient les résultats des travaux, les organisateurs de la conférence sont conscients des moyens nécessaires à leur mise en œuvre, en termes de soutien politique, technique, financier, et de renforcement des capacités dans de multiples domaines. En rassemblant décideurs, représentants du secteur privé, des banques et de l'assurance, ils ambitionnent de parvenir à développer le formidable potentiel du marché céréalier régional.

Les TIC pour un marché structuré et performant

Au cœur de la mission du CTA, les Technologies de l'information et de la communication (TIC) ne seront pas en reste au cours de cet événement, qui va bénéficier de l'éventail des outils disponibles pour son organisation (création d'un site dédié, mobilisation des participants et du public via les médias sociaux, etc.).

L’après midi du 1er jour de la conférence, verra un événement appelé Plug & Play, organisé sur les TIC dans l'agriculture. Il s'agira de présenter leur potentiel pour le commerce régional des céréales. Des créateurs ouest africains présenteront leurs innovations qui facilitent le commerce des céréales dans la sous-région : utilisation des technologies mobiles pour le suivi des prix des céréales sur les marchés, facilitation des transactions commerciales, renforcement de la transparence des marchés, etc.

Pour en savoir plus

Lisez le programme prévisionnel de la conférence
Inscrivez-vous

Restez en contact

Suivez les mises à jour sur Twitter à travers @CTAFlash