Politiques agricoles

Articles choisis

Assurer la sécurité alimentaire et des revenus développant la résistance des agriculteurs au changement climatique

Juin 23, 2017
  • Afrique australe

Les partenaires du projet-phare régional du Centre technique de coopération agricole et rural (CTA) ont dévoilé les plans nationaux pour la promotion de l’assurance fondée sur des indices météorologiques et des variétés végétales tolérant la sécheresse, deux solutions fiables visant à aider les petits agriculteurs à faire face au changement climatique.   

Ces plans nationaux ont été présentés à Lilongwe, au Malawi lors de la réunion de lancement du projet régional « Diffusion à grande échelle de solutions intelligentes face au climat pour les agriculteurs et les éleveurs ».

Cette réunion de lancement a réuni les partenaires de mise en œuvre du Malawi, de Zambie et du Zimbabwe, parmi lesquels des organisations d'agriculteurs, des représentants du secteur public et privé et des institutions créatrices de connaissances. La réunion a permis de finaliser les modalités du projet et de définir ses résultats escomptés ainsi que les attentes des partenaires. Les partenaires de mise en œuvre se sont mis d'accord sur le calendrier de mise en œuvre, notamment sur les mécanismes d'information financière, les procédures de gestion et de communication des connaissances et le cadre de suivi et d'évaluation.

Environ 200 000 petits exploitants d'Afrique australe bénéficieront de ce projet de deux ans financés par l'Union européen qui leur permettra de renforcer leur capacité d'adaptation au changement climatique. L'objectif est de faire en sorte que ces acteurs clés de la sécurité alimentaire du continent puissent produire suffisamment de nourriture, même dans les conditions les plus difficiles, même vendre leurs excédents.

Les participants ont estimé que certains plans nationaux devaient être révisés de façon à intégrer quelques-unes des innovations déjà introduites par d'autres partenaires de mise en œuvre. L'objectif est que les agriculteurs puissent adopter rapidement ces solutions intelligentes face au climat. Olu Ajayi, Coordinateur de programme senior au CTA et chef de file du projet régional a déclaré :

« Quelles que soient les solutions disponibles, leur adoption par les utilisateurs finals dépend énormément de l'environnement et du contexte politiques au sein duquel le projet est mis en œuvre, » explique-t-il. « Conscients de cet aspect politique, nous avons associé au projet des responsables politiques. Nous coopérons par ailleurs avec l'organisation régionale d'agriculteurs, la Confédération des syndicats agricoles d'Afrique australe (SACAU) qui soutiendra la capacité de ces partenaires à pouvoir identifier les contacts nécessaires et faire pression pour une politique favorable. »

Au Malawi, le projet inclut le développement d'une assurance climatique indicielle et de services d'informations météorologiques basés sur les TIC ainsi que la promotion de variétés tolérantes à la sécheresse auprès des petits agriculteurs du pays. Associées, ces solutions peuvent réellement permettre aux exploitants de prendre des décisions documentées, de mieux gérer les risques, de profiter de conditions climatiques favorables et de s'adapter au changement, explique l'équipe du Malawi. Le groupe cible est constitué de 50 000 agriculteurs de cinq districts du pays.

Le projet zambien, qui cible 80 000 petits agriculteurs de trois districts à risque de sécheresse, développera également une assurance climatique indicielle, encouragera la diffusion de semences de maïs résistant à la sécheresse et améliorera l'accès aux informations sur l'agriculture intelligente face au climat et leur utilisation. Le projet zimbabwéen vise à améliorer la productivité agricole et l'adaptation de ce secteur dans le contexte du changement climatique en incitant les agriculteurs à souscrire une assurance climatique indicielle et en améliorant leur accès aux informations météorologiques par le biais de plateformes TIC. L'objectif est d'inciter un premier groupe de 30 000 agriculteurs à utiliser des services d'informations météorologiques et un autre groupe de 10 000 agriculteurs à souscrire une assurance indicielle dans le cadre d'une offre groupée.
Les partenaires de mise en œuvre ont également décidé de diffuser des success stories d'impact et des témoignages de projet.

Busani Bafana