TIC pour le développement

Articles choisis

À la pointe des services de données par satellite

Août 3, 2017

Le CTA a investi plus de 150 000 euros pour étudier la faisabilité technique et commerciale de services de conseils en matière d'irrigation sur la base de données satellite au Ghana, vu qu'il se lance dans la formulation d'une « grande proposition » pour mettre en place un projet similaire à son Service d'informations ICT4Ag axé vers le marché et appartenant aux utilisateurs (MUIIS) ougandais.

Le service proposé utilise des images satellite pour aider à améliorer les récoltes en fournissant aux agriculteurs des informations en temps utile sur les conditions climatiques, les besoins en nutriments et l'humidité, par exemple. Pour ce faire, le CTA a réuni un consortium de cinq partenaires, dont Farmline Ghana Limited pour les services de communication en bout de chaîne, eLEAF BV pour les données satellite optiques, et SarVision pour les données satellite par radar. Le projet comptera également sur la participation de l'Autorité de développement de l'irrigation et le ministère de l'alimentation et de l'agriculture du Ghana, qui seront responsables des utilisateurs finaux (les agriculteurs ghanéens).

Dans le cadre du projet pilote, qui couvre plusieurs programmes d'irrigation au Ghana, un atelier de lancement a récemment été organisé par le CTA à Accra. L'atelier a cherché à mobiliser tous les acteurs concernés par le projet – représentants des agriculteurs, distributeurs d'intrants ou encore fournisseurs de services financiers – pour définir/parfaire une stratégie qui réponde aux difficultés majeures que rencontrent actuellement les utilisateurs finaux. Les discussions ont notamment porté sur le besoin d'améliorer les systèmes d'irrigation, l'accès et l'usage des intrants appropriés (meilleures semences et engrais), l'accès aux services financiers et les liens entre les acteurs clés sur les marchés des intrants et des extrants.

Le CTA tient également à ce que les intérêts et les besoins des investisseurs soient pris en compte dans la conception de ce projet, afin d'assurer l'autonomie des activités longtemps après l'expiration du financement du projet. Pour renforcer le modèle économique de la proposition, le CTA et Farmline ont rencontré une série de grands fabricants d'intrants intéressés, ainsi que des agrégateurs d'extrants tels que Yara Ghana Limited, et discutent d'opportunités de collaboration avec l'Association nationale des agriculteurs et pêcheurs primés du Ghana. « Nous étudions un modèle intéressant par le biais de ce riche réseau d'organisations et de producteurs qui voient l'agriculture comme une activité commerciale et qui veulent amener les petits producteurs à aspirer à devenir un jour des chefs d'entreprise primés », explique le Dr Benjamin Addom, coordinateur de programme au CTA.

Avec le soutien financier du programme de financement du gouvernement néerlandais Geodata for Agriculture and Water – qui portera le budget total de la grande proposition à environ 4,5 millions d'euros – le projet devrait toucher 300 000 agriculteurs, dont au moins 50 % adopteront les produits d'information. Au Soudan et en Ouganda, des services de conseils similaires basés sur des données satellite sont déjà fournis aux agriculteurs, notamment par le projet MUIIS du CTA, et donnent lieu à des augmentations de récoltes de plus de 200 %. Le Dr Addom estime que cette technologie a le potentiel de transformer l'agriculture et de « changer la donne », et affirme que le CTA poursuit ses efforts à la pointe du développement pour étendre l'usage des technologies de télédétection aux producteurs agricoles des régions ACP. Le CTA travaille en ce sens avec le secteur public et privé dans le but de réduire la pauvreté et d'accroître la sécurité alimentaire face aux variables climatiques changeantes.