Dernières nouvelles

CTA

Au chevet de l’agriculture caribéenne après le passage d’Irma et Maria

Septembre 22, 2017

Michael Hailu, directeur du CTA, a exprimé  sa solidarité avec la Dominique, Antigua et Barbuda et d’autres pays et territoires endeuillés et dévastés suite au passage des ouragans Irma et Maria, et a déploré l’impact de ces catastrophes naturelles sur les moyens d’existence des populations locales.   

Même si le secteur de l’agriculture est en déclin dans les Caraïbes depuis ces dix dernières années, il fait encore vivre de nombreux habitants, notamment dans les communautés rurales, et contribue à la sécurité alimentaire et nutritionnelle. « D’importants investissements seront nécessaires pour réhabiliter ces îles dévastées », explique M. Hailu. En Dominique, des récoltes et des exploitations agricoles entières ont été complètement anéanties. En Haïti, des habitations et des fermes ont été emportées suite aux inondations des zones côtières, et au nord du pays, la région la plus touchée, 18 000 familles pauvres ont perdu toutes leurs récoltes de vivres, selon les premières estimations du ministère haïtien de l’agriculture. Haïti, une des nations les plus pauvres au monde, a déjà le plus grand mal à nourrir ses 10 millions d’habitants, dont beaucoup vivent de l’agriculture de subsistance. 

Les événements climatiques extrêmes, comme les ouragans Irma et Maria ont des répercussions de plus en plus dramatiques, car ils gagnent en fréquence et en intensité suite au changement climatique. « Si la priorité est d’abord de sauver des vies et de venir en aide aux populations les plus touchées, il faut aussi prendre des mesures pour améliorer la résistance de l’agriculture et de la production alimentaire à l’impact du changement climatique afin de protéger les moyens d’existence des habitants et de garantir la sécurité alimentaire dans la région », explique M. Hailu.

Pour soutenir l’agriculture résiliente face au climat dans la région, le CTA coopère avec des organisations régionales, comme l’Institut caribéen de recherche agricole et de développement (Caribbean Agricultural Research and Development Institute, CARDI) et  l'Institut interaméricain de coopération pour l'agriculture (International Institute for Cooperation in Agriculture, IICA) afin d’identifier et de promouvoir des technologies et des pratiques climato-intelligentes dans la région.

« L’impact du changement climatique sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle est désormais une réalité aux Caraïbes et non plus un scénario hypothétique future », explique Olu Ajayi, Coordinateur senior du programme « changement climatique et agriculture » du CTA. « Mais tout espoir d’y remédier n’est pas perdu, si nous continuons à utiliser des données pertinentes et à nous appuyer sur la recherche pour formuler des plans solides, à impliquer les acteurs dans des partenariats et à montrer une réelle volonté de promouvoir auprès des agriculteurs des solutions climato-résilientes prometteuses. »


 © crédit photo: Arie Kievit/NLRC