Dernières nouvelles

CTA

AGRF 2017 : Pari réussi pour impulser le développement grâce à l’agriculture

Septembre 25, 2017

La 7ème édition du Forum sur la révolution verte en Afrique (AGRF), ouverte le 4 septembre à Abidjan, s’est officiellement achevée vendredi 8 septembre 2017 sur une note de satisfaction générale tant en terme d'engagements financiers que d'initiatives en faveur de l'agriculture.

Le Forum sur la révolution verte en Afrique (AGRF), qui s'est ouvert le 4 septembre à Abidjan, en Côte d'Ivoire, s'est achevé le 8 septembre sur une note de satisfaction. Pour cette première édition en Afrique francophone, la participation était élevée avec quelque 750 délégués présents dont 300 spécialistes qui sont intervenus au cours de 52 sessions. Surtout, d’importants progrès ont été accomplis en matière d'engagements politiques, financiers et stratégiques.

Des engagements à hauteur de $ 44 milliards

Selon Docteur Agnes Kalibata, présidente de l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (Agra), l'AGRF 2017 est  « l’un des forums les plus extraordinaires que nous n’ayons jamais vu. Il a permis la signature de plusieurs accords de partenariat public-privé. Des intentions de financement ont été formulées à hauteur de 44 milliards de dollars américains contre 30 milliards annoncés à l'AGRF 2016 organisé à Nairobi, au Kenya ».

Entre autres engagements majeurs, le nouveau Partenariat pour une transformation agricole inclusive (PIATA) annoncé par la Fondation Bill et Melinda Gates, la Fondation Rockefeller, l’USAID et AGRA pour une valeur de 280 millions de dollars US. Le PIATA a pour objectifs d’accroître les revenus et d'améliorer la sécurité alimentaire pour 30 millions de familles de petits exploitants agricoles, dans au moins onze pays d’Afrique d’ici 2021.

D'autre part, des engagements d’investissements de près de 6,5 milliards de dollars US ont été pris en faveur de la culture de l’huile de palme, des légumineuses, de la pomme de terre et du riz, principalement en Afrique de l’Ouest, pour les huit prochaines années.

Le pari sur les jeunes

« En tant que partenaire clé de l'AGRF 2017, le CTA a démontré comment les innovations dans l'agriculture durable peuvent contribuer à renforcer la sécurité alimentaire, la résilience et la croissance économique inclusive, en particulier lorsque les jeunes participent à la conception de l'avenir du secteur grâce à l'utilisation des TIC », a indiqué le directeur du CTA, Michael Hailu.

Le Pitch AgriHack organisé par le CTA, a illustré à la fois l’innovation et le dynamisme de la jeunesse. Ces start-ups en e-agriculture contribuent à la transformation agricole du continent, estime le Coordonnateur du programme ICT4Ag, Ken Lohento.

Travailler de concert sur des engagements réalistes

« Une transformation agricole inclusive permettra de résoudre nombre de problèmes majeurs du continent. Par exemple, l'agriculture peut combler la lacune créée au niveau de la croissance économique par la chute des prix des produits de base ; créer des emplois hautement productifs qui pourraient servir de solution de rechange à la migration vers l'Europe ; améliorer les moyens d'existence des agriculteurs afin qu'ils passent de l'agriculture de subsistance à une agriculture rentable ; et mettre en place un secteur agricole et agroindustriel compétitif à l'échelle mondiale afin de produire des aliments transformés et à haute valeur nutritive de plus en plus consommés par les classes moyennes en croissance en Afrique » a déclaré Docteur Agnes Kalibata dans son allocution de clôture.

Pour que l'agriculture constitue ce « secteur de croissance », avait précisé Komi Selom Klassou, Premier ministre du Togo, lors de la cérémonie officielle d'ouverture « nous devons travailler de concert avec nos pairs afin que les partenariats entre le secteur public et le secteur privé puissent jouer un rôle clé dans l'avenir de l'agro entreprise.  »

Il faut aussi que les Etats consacrent effectivement 10% de leur budget à l'agriculture, comme ils s'y étaient engagés à Maputo en 2003, engagement réaffirmé à Malabo une décennie plus tard, a rappelé la commissaire à l'Economie rurale et à l'agriculture de l'Union africaine (UA), Josefa Leonel Sacko, qui a salué au passage la Côte d'Ivoire pour son engagement à respecter ces recommandations.

Toutefois, il faut être réaliste, a mis en garde le ministre ivoirien de l'Agriculture et du développement rural, Mamadou Sangafowa Coulibaly. Il est préférable de revoir à la baisse ces ambitions pour qu'elles soient réalisables. Et le ministre du pays hôte de l'AGRF 2017 de suggérer que les pays africains consentent à accorder 10% de leur budget à l'agriculture mais sur une période définie de cinq ans.

Ces initiatives contribueraient à accélérer la marche de l'Afrique vers la prospérité en contribuant à la croissance d'économies inclusives et à la création d'emplois à travers l'agriculture. « Développer l'agribusiness, les TIC pour l'agriculture, l'entrepreneuriat des jeunes et des femmes, l'agriculture intelligente face au climat et la gestion de la connaissance – tels sont les domaines clés de notre coopération avec nos partenaires avec l'objectif de transformer l'agriculture au bénéfice des petits producteurs et autres acteurs de la chaîne de valeur agroalimentaire des pays ACP », a indiqué Michael Hailu.