TIC pour le développement

Articles choisis

Les TIC pour transformer l’agriculture africaine

6e Forum des affaires UE-Afrique, 27 Novembre 2017, Abidjan, Côte d’Ivoire

Novembre 24, 2017

L’agribusiness et l’économie numérique sont deux thèmes clés à l’ordre du jour du 6e Forum des affaires UE-Afrique, le 27 novembre 2017, à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Lors de cet événement, le CTA anime une session sur l’intégration des TIC innovantes dans l’agribusiness (« How to integrate innovative ICT into agribusiness »). La session met l’accent sur des exemples de bonnes pratiques qui illustrent la manière dont le CTA a joué un rôle majeur dans le soutien aux jeunes entrepreneurs désireux de se lancer dans les ICT4Ag.

« Les travaux menés au sein du CTA ont montré que les TIC sont appelées à jouer un rôle déterminant dans la transformation de l’agriculture africaine, en améliorant la productivité et l’accès au marché et en catalysant l’esprit d’entreprise des jeunes », explique Michael Hailu, directeur du CTA. « Nous avons par exemple organisé un hackathon pour mobiliser de jeunes spécialistes du secteur des TIC, et leur avons demandé de développer des solutions TIC intelligentes permettant de résoudre un problème agricole (par ex. aider les petits exploitants à avoir accès au crédit). Les lauréats bénéficient d’un soutien sous la forme d’un accompagnement d’une durée de 6 mois. Pendant cette période, ils peuvent ainsi développer leurs compétences commerciales et d’autres compétences. Ils sont ainsi armés pour démarrer leur entreprise et attirer investisseurs et donateurs pour recevoir un financement. »

« Une grande partie du travail du CTA concerne les TIC innovantes »

AgriHack Talent, un projet du CTA lancé en 2013, encourage les jeunes entrepreneurs à utiliser leurs compétences informatiques pour résoudre des problèmes agricoles. Plusieurs lauréats du hackathon AgriHack ont ainsi réussi à développer des entreprises de premier plan. En Ouganda, Ensibuuko a par exemple développé une appli mobile, « MOBIS », qui permet aux coopératives d’épargne et de crédit (SACCO) d’offrir des services financiers inclusifs aux populations non ou mal bancarisées. « Nous avons à ce jour touché environ 400 000 agriculteurs », explique Ken Lohento, coordinateur du programme ICT4Ag du CTA. « Un déploiement de cet ampleur exige absolument des investissements privés. Nous aidons ces jeunes à faire de leur idée commerciale des entreprises prometteuses, car c’est là la seule façon de garantir une adoption à grande échelle de ces innovations. » En 2016, Ensibuuko a reçu 420 000 euros d’un investisseur de capital-risque canadien et, en avril 2017, cette entreprise ougandaise a ouvert des franchises au Malawi et en Zambie.

Désireux de renforcer le soutien aux start-ups comme Ensibuuko qui souhaitent évoluer et se développer, le CTA a surfé sur la réussite d’AgriHack Talent et a lancé en 2016 une nouvelle initiative, Pitch AgriHack. Ce premier Pitch AgriHack a été organisé conjointement avec les partenaires suivants : la Banque africaine de développement, ProHaus Group (une société de capital-risque américaine) et le Réseau africain des incubateurs d'entreprises agroalimentaires (AAIN). Sooretul est l’un des lauréats de cette première édition. Cette entreprise sénégalaise a été fondée par Awa Caba, 30 ans, concepteur d’une plateforme mobile et en ligne qui propose des produits agricoles transformés par des femmes. Cette plateforme facilite l’accès de ces produits des zones rurales aux marchés urbains. Grâce à une subvention de 15 000 euros et aux services d’accompagnement du CTA, Sooretul diffusera et améliorera ses services et ouvrira deux points de vente à l’étranger.

Bradstorne Entreprises, du Botswana, est également une révélation de ce Pitch AgriHack. En se connectant à son application mAgri, les agriculteurs ont accès aux informations, aux marchés, à des services de communication bon marché et à des crédits à court terme. L’entreprise a commencé à collaborer avec l’opérateur de télécoms Orange et l’appli compte à ce jour 300 000 utilisateurs. A ce jour également, plus de 600 jeunes entrepreneurs et innovateurs ainsi que 26 incubateurs d’un grand nombre de pays ont participé au programme.

Les drones offrent de formidables perspectives

Le CTA est toutefois bien conscient du fait que de nombreux jeunes innovateurs ne connaissent pas le secteur agricole, pas plus qu’ils n’ont étudié la gestion d’entreprise. Ils font donc des erreurs que des entrepreneurs expérimentés éviteraient. En outre, les ICT4Ag n’en sont qu’à leurs balbutiements et doivent faire face à de nombreuses difficultés. Pour aider les jeunes du secteur des TIC, le CTA a donc lancé en avril 2016 une publication – la première de ce type – afin d’offrir du matériel de référence unique aux jeunes des pays ACP désireux de se lancer dans l’agripreneuriat pour offrir des services au secteur agricole. La publication, intitulée ICT Agripreneurship Guide – A Path to Success for Young ACP Entrepreneurs décrit des exemples concrets par le biais d’études de cas et d’entretiens avec des entrepreneurs, fournit des conseils pour la création et la gestion d’une entreprise d’e-agriculture et formule des recommandations pour faciliter l’élaboration de modèles d’entreprise de qualité et pour éviter les erreurs et les pièges les plus courants. Une autre publication du CTA (2017) présente également des exemples et de précieux conseils : Going to Scale with ICTS for Agriculture. Elle examine sept interventions prometteuses dans le secteur des TIC soutenues par le CTA et met en avant les difficultés que pose leur généralisation.

Le CTA a aidé plusieurs entreprises africaines – au Bénin, en RDC, au Ghana, en Tanzanie et en Ouganda – à se lancer dans le pilotage de drones grâce à une formation assurée par une start-up française, Airnov. Les entreprises sélectionnées ont bénéficié d’un soutien – sous la forme d’une formation intensive au pilotage de drones et aux systèmes analytiques connexes – qui leur permettra de déployer à grande échelle cette technologie et de la mettre au service de l’amélioration des activités de la chaîne de valeur agricole sur le continent. « Une grande partie du travail du CTA concerne les TIC innovantes », explique Giacomo Rambaldi, coordinateur de programme senior au CTA pour les TIC. Monsieur Rambaldi est convaincu des formidables perspectives que les drones peuvent offrir à l’agriculture africaine et estime que les jeunes ont tout à gagner en créant des entreprises qui mettent cette technologie au service de la communauté agricole.