TIC pour le développement

Marchés et chaînes de valeur

Les jeunes promeuvent l’agriculture organique dans le Pacifique

Février 8, 2018

Au cours des deux dernières années, le projet Youth leading learning in climate-resilient value chains in the Pacific (YLLP) a soutenu diverses activités visant à améliorer les opportunités pour les jeunes agriculteurs en les formant à l’utilisation des TIC pour promouvoir des pratiques agricoles biologiques. Le projet a été lancé en 2015 par la POETcom (CPS) après que cette organisation a remporté une subvention du CTA. Il s’appuie sur les activités du projet Capacity building for resilient agriculture in the Pacific (CBRAP) du FIDA, mis en œuvre par la POETcom, qui soutient des jeunes agriculteurs travaillant avec des organisations de producteurs dans neuf pays du Pacifique, dont les Tonga et le Vanuatu, afin d’apprendre des pratiques agricoles résilientes face au changement climatique.

Dans ce cadre, le projet YLLP poursuit quatre objectifs spécifiques :

  • Former des jeunes travaillant avec d’importantes organisations de producteurs aux îles Cook, à Niue et aux îles Marshall à fournir une assistance technique en matière de production et de marketing à 400 jeunes agriculteurs à l’aide des réseaux sociaux et d’autres TIC ;
  • Aider les jeunes agriculteurs à décrire et diffuser les huit meilleures pratiques agricoles pour améliorer la résilience face au changement climatique, dont des pratiques traditionnelles améliorées, également à l’aide des TIC, des réseaux sociaux et des réseaux de jeunes agriculteurs ;
  • Faciliter la conception d’outils TIC de marketing par des jeunes pour promouvoir les produits de chaque organisation de producteurs ;
  • Créer une plateforme de partage sur Facebook pour les jeunes membres de chaque organisation de producteurs afin de partager des informations et des enseignements sur l’agriculture résiliente face au changement climatique et l’entrepreneuriat agricole.

Comment le projet YLLP a-t-il atteint ces objectifs et a-t-il été couronné de succès ?

Durant sa première année, le projet a accueilli plus de 100 jeunes lors d’ateliers qui leur ont appris comment utiliser les outils du web 2.0, comme Facebook et Youtube, pour communiquer de manière innovante et présenter leurs expériences en matière d’agriculture résiliente face au climat. S’appuyant sur cette base, dans sa deuxième année, le projet a aidé des jeunes à comprendre comment l’agriculture biologique peut aider à préserver la sécurité alimentaire en renforçant la résilience des exploitations agricoles face au changement climatique. Les participants ont appris à porter ce message sous diverses formes, dont la poésie, l’écriture journalistique, le théâtre et la vidéo.

Le projet a abouti à un atelier régional d’échange d’enseignements, qui a eu lieu du 9 au 13 octobre 2017, la semaine précédant la Semaine de l’agriculture du Pacifique (PWA). L’atelier comportait un travail en classe à Port-Vila et des démonstrations dans une exploitation agricole à Teuma, au Vanuatu. Il a rassemblé 16 hommes et femmes âgés de 16 à 39 ans. L’atelier a facilité l’apprentissage entre pairs, ce qui a permis un transfert de connaissances et de capacités entre les jeunes agriculteurs et les a habilités à appliquer de nouvelles pratiques résilientes face au climat.

A la suite de l’atelier, les participants ont partagé via Facebook leurs expériences dans la mise en pratique, chez eux, des techniques apprises. Certains participants ont été invités à rester au Vanuatu pour préparer et présenter un événement parallèle sur les pratiques biologiques et le renforcement de la résilience face au changement climatique pendant la PWA. Cet événement a connu la plus forte participation de tous les événements parallèles proposés au fil de la semaine.

Former les jeunes à apporter un soutien technique en matière de production et de marketing

Cinquante jeunes travaillant avec trois importantes organisations de producteurs aux îles Cook, à Niue et aux îles Marshall ont été formés pour fournir une assistance technique en matière de production et de marketing à 400 jeunes agriculteurs à l’aide des réseaux sociaux et d’autres TIC. Lors de trois visites de terrain (une dans chaque pays), des chargés de communication de la Communauté océanienne pour l’agriculture biologique et le commerce éthique (POETcom) ont formé les jeunes à manier des outils de marketing en ligne et hors ligne et leur ont montré l’importance du marketing sur les réseaux sociaux. Lors de cette séance, les jeunes agriculteurs ont également appris à produire des prospectus et brochures de marketing simples afin de réduire le coût de la production de matériel.

Aider les jeunes à décrire et diffuser les huit meilleures pratiques Avec le soutien de l’équipe YLLP, les jeunes ont décrit les essais sur le terrain du projet CBRAP du FIDA pour démontrer l’impact des pratiques biologiques sur les indicateurs clés de la résilience face au changement climatique. Les bonnes pratiques issues de ces essais ont été décrites dans des fiches d’information et des vidéos de démonstration à destination des agriculteurs sur une variété de sujets allant de la plantation de bananes biologiques à l’irrigation par bouteilles d’eau en passant par les cultures intercalaires. Les fiches d’information sont téléchargeables sur le site Organic Pasifika et ont été diffusées sur papier et sur des clés USB dans les pays cibles. Les vidéos sont disponibles sur la page Facebook Organic Warriors.

Lors de l’atelier régional d’échange d’enseignements à Port-Vila, les participants ont créé des scénarios pour des vidéos de démonstration et les ont joués devant le reste du groupe afin de perfectionner leurs capacités de présentation. Les participants se sont ensuite rendus au village de Teuma pour filmer leurs vidéos de démonstration sur des terres agricoles. Une série d’enseignements clés ont été retirés de ce processus, notamment l’importance des réunions d’équipe pour discuter en détail de la méthode au préalable, ainsi que la nécessité d’une bonne connexion internet pour enregistrer des vidéos de haute qualité sur Facebook Live.

Concevoir des outils TIC de marketing pour les produits des producteurs

L’atelier d’échange d’enseignements comprenait également des séances sur les marques et les connexions commerciales, qui ont aidé les participants à identifier la valeur de leur marque et à réfléchir aux arguments de vente uniques de leurs produits, puis leur ont appris à communiquer ces éléments clairement. Certains participants ont proposé des slogans, comme Teariki, des îles Cook, qui a créé le slogan « Healthy soil, Healthy people ». Depuis l’atelier, les jeunes agriculteurs des îles Cook et de Niue ont lancé un marché biologique nocturne dont ils font la promotion sur les réseaux sociaux. Ces événements apportent une nouvelle source de revenus précieuse pour les jeunes producteurs.

Créer une plateforme de partage sur Facebook

Il avait été convenu qu’au terme de la première année du projet, les trois pages de chaque pays seraient fusionnées sous une même page intitulée « Pacific Organic Warriors ». À la suite de l’échange d’enseignements, les participants ont continué de poster des publications sur leur mise en pratique des techniques agricoles résilientes face au climat qui leur ont été transmises. Bon nombre de ces jeunes ont cependant aussi leur propre page Facebook, sur laquelle ils partagent ce qu’ils ont appris.