Promouvoir le commerce agricole régional et les chaînes de valeur

Conférence régionale

Une conférence régionale visant à promouvoir le commerce agricole et les chaînes de valeur en Afrique centrale se déroule depuis lundi 16 novembre à Malabo, en Guinée équatoriale, où a été conclue la Déclaration historique de Malabo pour accélérer la croissance agricole en Afrique. Organisé conjointement par le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA), la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (CEEAC) et l’Agence du Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD) de l’Union africaine, cet événement se termine aujourd’hui et entend engendrer des progrès solides en matière de développement du commerce régional agricole grâce à la mise en place d’une approche sectorielle public-privé.

Un peu plus d'un an après la Déclaration de Malabo de l'Union africaine sur « la croissance et transformation agricole accélérée pour une prospérité partagée et des vies transformées », l'Afrique centrale est de nouveau sous le feu des projecteurs. Et c'est encore à Malabo que se réunissent, du 16 au 18 novembre 2015, à l'invitation de la Communauté des États de l'Afrique centrale (CEEAC) et du Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD), les partenaires du CTA, pour une conférence régionale sur le thème « Promouvoir le commerce agricole régional et les chaînes de valeur à l'horizon 2025 : Malabo parle à l'Afrique centrale ». À l'heure où le Centre se dote de plans d'action régionaux pour mieux répondre aux besoins des pays ACP en termes de développement agricole et rural, cette conférence s'inscrit dans une démarche proactive, ambitieuse et concrète.

Le commerce régional ne représente qu’une très faible proportion des échanges commerciaux en Afrique centrale, avec 1,2 % des échanges en 2010 contre 19 % pour l'ensemble de l'Afrique subsaharienne. Par contraste, 32 % des échanges commerciaux de la région se font avec l'Union européenne et 23 % avec les États-Unis. Accroître le commerce intrarégional permettrait de créer de nouveaux marchés pour les producteurs de la région et d'améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle.