Être competitif

30th anniversary

En quoi le Savoir est-il source de compétitivité ?

Une excellente idée d’entreprise ou la production de produits de qualité pour un marché ne garantit ni le succès ni les profits. A d'innombrables reprises, le CTA a observé comment l'activité entrepreneuriale peut être minée par un accès insuffisant à l'information et aux réseaux ou par des environnements peu favorables.

L’implication des jeunes dans l’agriculture est centrale à la transformation de celle-ci en un secteur mondialement compétitif dans les pays ACP. Cependant, les jeunes quittent les zones rurales pour migrer en masse vers les villes, à la recherche d'emplois. Cette tendance est préoccupante pour l'agriculture, l'âge moyen d'un agriculteur dans les pays ACP oscillant entre 55 et 60 ans. Il convient de faire évoluer l’image de l’agriculture, d'un employeur de dernier ressort en une option de carrière gratifiante pour les jeunes. Un environnement propice est nécessaire afin d’encourager la participation des jeunes à l’industrie agricole.

Avec ses partenaires, le CTA participe à des initiatives de promotion d’une implication plus profonde des jeunes dans l'agriculture et d'une amélioration des compétences nécessaires à une plus grande compétitivité.

Ce n’est qu’en émancipant les jeunes et en les dotant de compétences et de réseaux que le CTA continuera à défendre l’idée selon laquelle savoir, c'est être compétitif.

Mark Davies est le fondateur et le directeur d'Esoko qui est un partenaire de longue date du CTA et un pionnier dans le domaine de l'information sur les marchés qui permet aux paysans, aux négociants, aux entreprises et aux autorités gouvernementales d'échanger des informations commerciales critiques par téléphonie mobile. Mis au point au Ghana et à présent utilisé dans 12 pays africains, Esoko a remporté le prix du Sommet mondial sur la société de l'information des Nations Unies, en 2009. Mark Davies a été étroitement associé au projet de recherche sur les SIM en Afrique mené par le CTA et ses partenaires et il a assisté aux ateliers organisés à Montpellier et à Bamako dans le cadre de cette initiative.

L’une des recommandations principales du projet de recherche soutenu par le CTA était de lancer un réseau de SIM africain, de manière à pouvoir partager les meilleures pratiques et expériences. À l’heure actuelle, la collaboration entre les systèmes d’information sur les marchés nationaux et régionaux est encore fort limitée et le potentiel des SIM à améliorer l’efficacité du marché pour les exploitants agricoles, les négociants et les consommateurs s’en trouve entravé. L’absence de liens entre les SIM a également un impact significatif sur les stratégies politiques, car la mauvaise compréhension de la dynamique des marchés infrarégionaux entrave la stimulation des perspectives de commerce. 

Le partage des connaissances qu’a engendré le projet de recherche mené par le CTA et ses partenaires a contribué à produire de nouvelles solutions et à surmonter les difficultés techniques et institutionnelles. Les exemples ci-après témoignent des innovations apportées aux SIM après avoir pris en compte les enseignements tirés du projet et les avoir appliqués à la conception du système. 

Le CTA a joué un rôle actif dans le développement des systèmes d'information sur les marchés agricoles (SIMA) qui collectent, traitent et diffusent des informations sur les marchés agricoles et leur dynamique. Les premiers modèles développés dans les années 1980 étaient, en partie, conçus pour combler le vide laissé par la libéralisation des marchés et offraient des informations destinées à aider les états à formuler des politiques et à renforcer la position des exploitants agricoles lors des négociations avec des acheteurs potentiels.