Le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) confirme sa fermeture pour la fin 2020.
Leading image

Des « bouquets » de services pour donner un coup de pouce aux agripreneuses

Blog

La participation des agripreneuses à l’industrie agroalimentaire croît avec la mise en place d'une série de services visant à réduire les obstacles auxquels elles sont confrontées.

© CTA

Blog

Les femmes sont des acteurs essentiels du secteur agricole en Afrique, mais elles doivent surmonter une série d’obstacles pour développer et gérer des entreprises agricoles prospères. L’offre de « bouquets » de services – incluant l’accès à la terre et au financement, le développement des compétences commerciales, des conseils de vulgarisation et l’offre de débouchés porteurs – aidera davantage d’entrepreneuses à se tailler une place dans le secteur agroalimentaire.

Le secteur agroalimentaire africain devrait peser 880 milliards € d'ici 2030, devenant ainsi le « nouveau pétrole » du continent, comme l’indique la Banque africaine de développement (BAD). Les entrepreneuses jouent un rôle primordial – mais largement méconnu – dans le développement du secteur agricole, la création d'emplois et l'amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle. De nombreuses agripreneuses ont déjà réussi à accroître leur productivité et leur rentabilité. Le déploiement d'une série de services visant à réduire les obstacles auxquels elles sont confrontées renforcera leur participation au secteur agroalimentaire.

Développement des compétences et accès aux moyens de production

« L'accès des femmes aux principaux moyens de production agricole est essentiel », affirme Deborah Rubin. Cette anthropologue a co-fondé Cultural Practice, LLC, une société de conseil, basée aux Etats‑Unis, spécialisée dans la promotion de l’égalité hommes-femmes dans les domaines de l’agriculture, de la santé, de l’évaluation et du suivi. Les moyens de production sont essentiels à la gestion d’une entreprise du secteur agricole. Un producteur doit par exemple avoir accès à la terre pour cultiver et élever des animaux. En plus de cela, la main-d’œuvre et les capitaux sont aussi indispensables à la gestion d’une entreprise agroalimentaire.

« Une des approches dont l’efficacité a été démontrée est celle qui consiste, au niveau des projets, à regrouper différents types d'activités et à offrir aux femmes des "bouquets’’ de services techniques et d’information », explique Deborah Rubin qui a présenté un exposé sur ce thème lors d'un événement de capitalisation d’expérience, organisé par le CTA, en décembre 2018.

Certaines organisations de soutien aux femmes ne se contentent pas de leur accorder des crédits, elles organisent également des formations en développement d’entreprise et les mettent en contact avec des entreprises qui leur achèteront leurs produits ou services.

Aider les femmes à accroître leur autonomie

« Les femmes ont beaucoup de difficultés à accéder aux services ou à trouver des débouchés pour leurs produits, car elles ont généralement moins de ressources que les hommes, même au sein de la même communauté », explique Deborah Rubin. « L’objectif, en leur fournissant ces ressources, est de les aider à surmonter les obstacles liés au genre. La terre, par exemple, est une ressource essentielle. Les femmes n’y ont qu’un accès limité. Les organisations de femmes essaient donc de donner aux femmes les moyens de se regrouper en coopératives de productrices. De cette façon, elles ont accès à la terre, même lorsqu’elles n’en sont pas propriétaires. »

« Les femmes jouent des rôles très divers dans l’agriculture, ajoute Mme Rubin. Nous devons tenir compte du contexte culturel de la production. Et ce qui importe ici, c’est de considérer le contexte culturel comme un facteur favorable plutôt que comme un obstacle », fait-elle remarquer, en insistant sur l’influence de ce contexte sur la répartition des rôles entre les hommes et les femmes. Et de continuer : « Les femmes travaillent à leur propre autonomisation. Les politiques et les organisations ont bien sûr un rôle à jouer, en soutenant leurs efforts d’autonomisation, mais en définitive, c’est bien aux femmes de se donner les moyens d’accroître leur autonomie. C’est à elles de jouer ! »

Cet article a été rédigé dans le cadre d’une initiative menée par le CTA visant à documenter et à partager les connaissances exploitables sur les approches agricoles efficaces pour l’agriculture des pays ACP. Il capitalise sur les connaissances, les enseignements et les expériences pratiques afin de documenter et d’orienter la mise en œuvre de projets axés sur l’agriculture pour le développement.

Réduire le fossé numérique entre les sexes et offrir des perspectives aux femmes dans le secteur de l’agriculture

par et

Les technologies de l'information et de la communication (TIC) sont promues en tant qu’approche d’égalité des chances – mais l’accent n’est pas toujours mis sur les femmes. Plusieurs initiatives africaines mettent en avant le rôle clé que l’information et les connaissances peuvent jouer dans l’amélioration de la productivité agricole et de la rentabilité des exploitations agroalimentaires dirigées par les femmes.

Les agricultrices et agripreneuses doivent agir pour influencer l'agenda du développement

par

Au long de l’histoire, les femmes ont enregistré des avancées en termes de contrôle de leur destin, de leurs actifs et de leur visibilité dans un monde dominé par les hommes, avant de régresser. Durant ces moments, telle Pénélope qui attend Ulysse, les femmes font et défont la toile de leur vie. Nous pourrions être en train d’assister à une nouvelle période de régression, alors que rôles et aspirations des femmes sont remis en question dans de nombreux domaines. Il est temps de se remettre à l’ouvrage et de changer la distribution des rôles !

Les réseaux numériques améliorent les perspectives financières des agripreneuses

par et

Alors que le secteur agricole pourrait garantir la sécurité alimentaire, les établissements financiers financent peu l’agriculture et les agriculteurs. Les agricultrices et les agripreneuses citent l’accès au financement comme leur principale difficulté. Nombre d’entre elles gèrent des exploitations informelles. De très nombreuses conditions sont nécessaires à l’expansion de leurs activités mais possibles à mettre en place.

Améliorer l'accès des femmes à l'information dans les zones pastorales – défis et opportunités

par

L'information permet d’améliorer les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire des femmes dans les régions pastorales, facilite l’accès aux services et influence la participation à la prise de décisions. Dans le cadre des efforts visant à encourager l'adoption de l'assurance du bétail indexée sur la sécheresse (IBLI) en Afrique de l'Est, les chercheurs de l'Institut international de recherche sur l'élevage (ILRI) se sont rendu compte que le manque d’information est l’un des principaux facteurs nuisant à la qualité de vie des femmes.

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!