Leading image

Des livres pour renforcer la sécurité alimentaire

Impact story

Members of the Sincedise poultry Group formed as a result of a reading circle

© CTA

Knowledge management

En 2018, le CTA a fait don de près de 80 000 publications à Book Aid International (BAI). Ces ouvrages ont intégré les rayons de bibliothèques au Zimbabwe et renforcé les compétences des populations, en particulier au sein des communautés rurales qui n’ont pas souvent accès à des documents écrits.

Les publications mises à disposition par les bibliothèques rurales du Zimbabwe permettent aux petits exploitants agricoles d’atteindre une meilleure productivité. Ceux-ci ont entre autres accès aux ouvrages publiés par le CTA, essentiellement des guides techniques en anglais et français. Citons simplement les Guides pratiques du CTA, les Agrodoks ainsi que les livres des collections The Tropical Agriculturalist/Agricultures tropicales en poche et Opportunities in food processing qui constituent une véritable mine d’informations pour les agriculteurs inscrits à un service de bibliothèques communautaires.

La plupart de ces publications sont conçues pour une utilisation sur le terrain. Elles fournissent aux vulgarisateurs et aux producteurs des informations qui leur permettent de s’améliorer dans les domaines de la production végétale et animale et de la transformation alimentaire et les encouragent à adopter des innovations.

Le partenariat du CTA avec BAI remonte à 2012. A ce jour, pas moins de 195 000 ouvrages ont été offerts. Dans la plupart des cas, ce sont des bibliothèques et des centres éducatifs de pays en développement qui en ont bénéficié. Par exemple, l’Autorité nationale des services de bibliothèques de Gambie qui travaille avec des écoles et des institutions du secteur tertiaire dans tout le pays. Au Kenya, dans le camp de réfugiés de Kakuma, des élèves d’écoles primaires et secondaires ont, pour la première fois, reçu des livres à lire et à utiliser en classe.

La productivité des petits exploitants agricoles, qui contribuent à l’essentiel de la sécurité alimentaire nationale, est faible par manque d’accès à des intrants et à des méthodes agricoles plus efficaces. Ils ne disposent pas d’informations mises à jour sur les techniques agricoles améliorées qui les aideraient à doper la production de leurs cultures et élevages.

Cependant, dans le sud du Zimbabwe, des petits producteurs nourrissent aujourd’hui leur famille car ils savent lire et écrire. L’alphabétisation a fait d’eux de meilleurs agriculteurs. Elle les a armés pour affronter la pauvreté et l’insécurité alimentaire dans une région durement marquée par les pénuries alimentaires, de faibles moyens de subsistance et la variabilité climatique.

Les groupes d’étude communautaires permettent également aux producteurs d’accéder aux publications du CTA. Les membres d’un de ces groupes, soutenus par une organisation locale, l’Edward Ndlovu Memorial Trust (ENMT), qui gère une bibliothèque communautaire à Gwanda, à plus de 130 km au sud de Bulawayo, ont littéralement chassé l’ignorance et l’insécurité alimentaire à coups de livres.

La lecture, moteur de développement

« Les horticulteurs, éleveurs de petits ruminants et de volaille se réfèrent à ces publications lors des réunions hebdomadaires des groupes d’étude : ils lisent les chapitres qui traitent des sujets liés à leurs activités, par exemple la construction d’un poulailler ou la sélection de semences pour avoir un meilleur rendement. Ils discutent des méthodes recommandées pour ensuite les appliquer. « Les publications du CTA nous apportent les informations dont nous avons besoin pour développer les zones rurales, en particulier sur l’alimentation et la sécurité alimentaire des ménages. Ces ouvrages sont faciles à lire, bien illustrés et adaptés au contexte de notre région aride », explique Jackson Ndlovu, directeur de la bibliothèque établie à Gwanda par l’ENMT.

Les publications sont devenues une ressource précieuse pour les agriculteurs du groupe d’étude car elles fournissent des informations liées à une large gamme de thèmes liés à l’agriculture. M. Ndlovu précise que les ouvrages du CTA viennent compléter ceux du Swedish Corp et du département des Services de vulgarisation agricole du ministère zimbabwéen de l’Agriculture, auxquels les agriculteurs accèdent par l’intermédiaire des groupes d’étude.

Depuis le début de son partenariat avec BAI en 1992, l’ENMT a reçu plus de 40 000 publications. Il les a distribuées à des institutions du secteur tertiaire, des centres de santé, des organisations de services et à des écoles primaires et secondaires.

Apprendre à lire pour avoir de meilleurs revenus

Les 21 membres (en majorité des femmes) du jardin nutritionnel de Sibambene cultivent des tomates, des choux, des oignons, des courges, des légumes-feuilles et du maïs destinés à la vente en se basant sur les brochures techniques du CTA.

« En participant au groupe d’étude, j’ai appris à cultiver différentes plantes et à gérer les cultures en faisant des projections avant de semer », se souvient Siziwe Dube, vice-présidente du Groupe de Sibambene dans la région de Tshanyaugwe.

« L’an dernier, j’ai vendu neuf cageots de tomates et utilisé ce revenu pour couvrir les frais de scolarité de mes enfants et des orphelins dont je m’occupe. De plus, les connaissances acquises dans notre groupe d’étude m’ont permis d’augmenter mes revenus et la sécurité alimentaire de ma famille. »

Sincedise, un autre groupe d’étude, élève des poulets d’engraissement et s’est récemment risqué à élever et engraisser des chèvres. Il ambitionne d’établir son propre abattoir de poulets et un commerce attenant. Joyce Nyathi, 62 ans, une des fondatrices de Sincedise, ne savait ni lire ni écrire lorsqu’elle a arrêté l’école primaire. Aujourd’hui elle maîtrise correctement la lecture grâce au groupe qui l’encouragée à lire sans se soucier de son âge avancé.

Selon Thabani Dube, responsable communautaire à l’ENMT, les membres du groupe gagnent chacun environ 715 € par an.

Pour Murielle Vandreck, coordonnatrice du programme des publications au CTA, même si le CTA a arrêté de produire des publications imprimées en 2018, leur impact sur les agriculteurs est une magnifique récompense pour le Centre. « Nous sommes ravis d’entendre que nos publications ont joué leur rôle : renforcer les capacités dans les pays ACP, générer des revenus et améliorer la sécurité alimentaire au sein des communautés rurales. »

Experience capitalization: Working towards its institutionalization

The cases captured in this booklet show the steps taken in many of these projects and organisations to support and ensure the adoption of an experience capitalization approach. Working together with their colleagues, those who joined the CTA workshops have become active “champions”: organising their own training sessions, they shared information in different ways, and have shown how others can benefit from the capitalization process.

Nouvelles approches d’intervention pour la sécurité alimentaire en Afrique subsaharienne

Cette nouvelle série d’histoires illustre de nombreuses et très intéressantes innovations appliquées en Afrique de l'Ouest, qui aident les producteurs à transformer et vendre leurs produits de manière plus efficace et utile. Vous trouverez des descriptions d’innovations agricoles dans plusieurs filières comme le fonio, niébé ou mil vitales pour la sécurité alimentaire de la région, des services de conseil agricole et divers modes de financement oeuvrant pour une résilience accrue des populations agricoles.

Innovation et promotion des chaînes de valeurs de produits agricoles locaux en Afrique

L’innovation est au coeur de ce volume, du point de vue des techniques de production, des plates-formes d’innovation et de l’accès au financement. L’innovation agricole, qui peut se définir comme l’ensemble des processus liés au développement de produits, de services ou de procédés agricoles, nouveaux ou améliorés, du maillon de la production à celle de la consommation, est un facteur déterminant de la modernisation et de la performance du secteur.

Institutionnaliser la capitalisation des expériences pour la réussite des projets futurs

par

Les initiatives de développement voient le jour puis disparaissent, entraînant avec elles une pléthore d’expériences et de connaissances qui, si elles étaient correctement exploitées, pourraient contribuer à la réussite de futurs projets. Malheureusement, les enseignements tirés de bon nombre de ces projets ne sont ni documentés, ni partagés, ni donc utilisés.

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!