Monday, 21 May 2018

Dix mille exploitants bénéficiaires d'un nouveau projet sur le manioc en Afrique centrale

Le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA), la Plateforme régionale des organisations paysannes d'Afrique centrale (PROPAC) et l'Institut international d'agriculture tropicale (IITA) ont lancé cette semaine à Kinshasa un nouveau projet visant à exploiter pleinement le potentiel économique des chaînes de valeur du manioc en République démocratique du Congo (RDC) et au Cameroun.

Le projet cible 10 coopératives de manioc (cinq par pays), regroupant quelque 10 000 petits exploitants agricoles. Des revenus plus élevés, une sécurité alimentaire renforcée et des possibilités d'emploi accrues pour les femmes et les jeunes – tels sont les résultats attendus du projet.

Face à l’augmentation de la population urbaine et à la hausse des revenus de la classe moyenne, le manioc joue un rôle essentiel dans la réalisation des objectifs de sécurité alimentaire, mais il peut aussi servir de base au développement de modèles d’entreprises durables et innovants pour les femmes et les jeunes. Pour des millions de petits exploitants d’Afrique centrale, l’accès aux marchés alimentaires urbains passe par le secteur émergeant de la transformation agricole.

Si le secteur du manioc continue de jouer un rôle critique en Afrique centrale en termes de génération de revenus, de sécurité alimentaire et de création d'emplois pour les communautés rurales, la transformation industrielle du manioc, souvent considérée comme une formidable opportunité pour les industries agroalimentaires locales, n'est pas encore économiquement et financièrement viable. Les boulangeries industrielles, par exemple, dépendent encore des importations de farine de blé.

Le projet Manioc21 doit permettre d'adapter et d'accélérer les modèles commerciaux innovants qui assurent l’accès au marché et encouragent des activités de valorisation, potentiellement étendues à toute la région. Le projet, lancé dans un premier temps en RDC et au Cameroun pour une période de deux ans, a pour objectif d’augmenter progressivement le nombre de coopératives bénéficiaires, dans toute l’Afrique centrale.

Vincent Fautrel, coordonnateur de programme senior au CTA, explique : « Donner la priorité à l’innovation dans d’importantes chaînes de valeur agricoles améliore les résultats du développement. Cette approche a déjà fait ses preuves. Ce nouveau projet s’emploiera à renforcer les capacités entrepreneuriales des dirigeants et des gestionnaires de coopératives, à optimiser l’efficacité et à créer de nouvelles possibilités d’emploi. L’introduction et l’utilisation de solutions basées sur les TIC nous permettent d’espérer une plus forte implication des jeunes... Une priorité majeure pour les gouvernements d’Afrique centrale. »

Pour en savoir plus ou pour une demande d’interview :

Toby Johnson, directeur de la communication, CTA +31 (0) 6 10 88 50 80, johnson@cta.int

A propos du CTA

Le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) est une institution internationale conjointe du Groupe des États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) et de l'Union européenne (UE). Il a pour mission de promouvoir la sécurité alimentaire, la résilience et la croissance économique inclusive en Afrique, dans les Caraïbes et dans le Pacifique grâce à des innovations dans le domaine de l'agriculture durable. Le CTA opère dans le cadre de l'accord de Cotonou et est financé par l'UE. 

Pour en savoir plus sur le CTA, visitez le site http://www.cta.int/fr/.

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!