Leading image

Au Rwanda, les cultures en terrasses améliorent les rendements

News

Terraced farms are improving crop production for hundreds of thousands of rural smallholder farmers in Rwanda

© © Aimable Twahirwa

par Aimable Twahirwa

Digitalisation

Dans les régions montagneuses reculées du Rwanda, le développement des cultures en terrasses offre des opportunités d’emplois aux communautés rurales tout en diversifiant leurs productions.

Au Rwanda, les techniques d’aménagement durable du sol à flanc de colline augmentent les rendements et améliorent les revenus des petits exploitants. Dans le cadre du projet “Aménagement du sol, récupération des eaux et irrigation sur les versants”, financé par le gouvernement rwandais, des techniques et pratiques agricoles telles que l’aménagement de murets, de terrasses et de tranchées, ainsi que le reboisement, sont utilisées aujourd’hui sur plus de 21 300 hectares afin de permettre aux agriculteurs de diversifier leurs cultures tout en atténuant la pauvreté dans les zones rurales reculées du pays.

Avec une enveloppe de 118 millions d’euros financée par le gouvernement rwandais et des partenaires de développement, des petits agriculteurs cultivent aujourd’hui en terrasses et en gradins sur les collines fertiles de 13 districts ruraux du pays. L’objectif est de conserver les sols et de retenir l’eau et les engrais. Cette pratique a amélioré la production de centaines de milliers de petits agriculteurs pauvres tandis que les travaux nécessaires pour l’aménagement du sol ont créé plus de 35 000 emplois. “J’ai participé aux travaux d’aménagement des terrasses et, grâce à l’argent gagné, j’ai pu payer une assurance santé pour ma famille et envoyer mes enfants à l’école”, témoigne Joseph Bihoyiki, un agriculteur bénéficiaire du programme.

Avant l’introduction de ces nouvelles technologies, les agriculteurs étaient confrontés à une pauvreté chronique, car les pluies emportaient la couche arable. “Nos terres étaient stériles et pratiquement rien ne poussait, nous ne cultivions que du maïs et du blé, seules cultures rentables”, explique Olive Nyirahabimana, une agricultrice. “Grâce aux techniques d’aménagement du sol, nous avons pu immédiatement nous lancer dans la culture de pommes de terres et la récolte a été incroyablement bonne.” Depuis la mise en œuvre du projet, les récoltes de pommes de terre et de maïs ont augmenté respectivement de 500 % et 300 %.

Depuis qu’elle s’est lancée dans l’agriculture en terrasses, Odette Mukansanga a vu les rendements de son maïs augmenter, avec à la clé une amélioration de ses revenus mensuels de l’ordre de 60 000 RWF par mois (56 €). “Grâce à cette initiative, mes rendements et mes revenus ont augmenté comme jamais auparavant”, se réjouit-elle.

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!