African Agribusiness Incubators Network conference 2018

Le partage entre pairs, terreau fertile pour développer l’agribusiness africain

African Agribusiness Incubators Network conference 2018

Sunday, 18 March 2018 Mis à jour le Tuesday, 24 April 2018

Le CTA animait un session interactive sur la promotion de l’incubation d’entreprises agroalimentaires dirigées par des femmes et des jeunes grâce aux partage des connaissances en matière de TIC et à l’apprentissage mutuel lors de la Conférence et Expo du Réseau africain des incubateurs d'entreprises agroalimentaires (AAIN), organisée à Dakar, au Sénégal, du 7 au 9 mars 2018.

En tant que co-organisateur, le CTA avait aussi convié 30 participants, parmi lesquels des agripreneurs, des femmes et des jeunes entrepreneurs, des jeunes entrepreneurs dans le domaine des TIC ainsi qu’une équipe de gestion des connaissances.

Le partage d’expériences permet aux jeunes entrepreneurs et aux femmes actives dans le secteur de l’agribusiness d’améliorer et d’ancrer les bonnes pratiques visant à transformer l’agriculture pour créer des emplois, assurer la sécurité alimentaire et offrir de meilleurs revenus aux agriculteurs d’Afrique.

L’un des moments forts de la participation du CTA à la conférence AAIN était justement la session dédiée au soutien des jeunes entrepreneurs et des femmes dans l’agribusiness. Lors de cette session les partenaires ont pu échanger leurs avis sur quatre thèmes clés : l’entrepreneuriat chez les jeunes ; les femmes dans l’agribusiness ; l’aide en matière de TIC pour soutenir le développement de l’agribusiness ; et le partage de connaissances, la mise en réseau et l’apprentissage.

Faire émerger des solutions et un consensus

Un world café a été organisé pour faciliter les discussions approfondies sur les difficultés rencontrées dans ces quatre domaines et les innovations et les idées trouvées par les participants avant ou pendant la conférence, ainsi que sur les méthodes visant à mettre en pratique ces solutions à l’échelle individuelle et communautaire.

« Le format du world café permet de faire émerger la sagesse du public, selon Krishan Bheenick, coordinateur senior du programme de gestion des connaissances au CTA. Les gens passaient d’une table à l’autre en donnant leur avis sur le thème abordé. Un autre groupe intervenait ensuite, examinait les idées présentées par le premier groupe à la première table et ajoutait des commentaires, de sorte qu’à la fin de la session, nous avions un vaste ensemble d’idées et de suggestions pour traiter chaque thème abordé."

Ces thèmes concordent avec la stratégie du CTA sur l’entrepreneuriat chez les jeunes et le nouveau projet sur les femmes dans l’agribusiness, VALUE4HER. Le CTA étudie par ailleurs comment les TIC pourraient plus spécifiquement soutenir l’agribusiness : « Nous avons aussi profité de cette occasion pour sensibiliser le public à la gestion des connaissances dans le débat plus général sur l’incubation des entreprises agroalimentaires et sur la façon dont les entrepreneurs peuvent apprendre les uns des autres , indique Bheenick. Le fait que nous parlions avec des jeunes qui n’ont pas peur de partager leurs expériences entre eux au lieu de les garder pour eux est un signe qui laisse penser que la gestion des connaissances pourrait contribuer à améliorer l’efficacité de l’incubation ou à accélerer la création d’entreprises. »

Capitaliser sur les expériences

Le CTA étant convaincu que le partage d’informations et d’expériences est essentiel pour l’apprentissage des affaires, il promeut la capitalisation d’expériences, une approche permettant de consigner les expériences pratiques et d’en tirer un « capital » tangible. Ce processus identifie certaines innovations et pratiques spécifiques et permet de comprendre les raisons qui sous-tendent la réussite ou l’échec de projets ou d’initiatives de développement rural.

Le CEO de l’AAIN, Alex Ariho, a souligné que la conférence sur l’agribusiness était désormais reconnue comme une plateforme rassemblant des incubateurs et des entrepreneurs bénéficiant d’une incubation pour leur permettre d’échanger, de s’interroger et de transformer des pratiques prometteuses en bonnes pratiques en matière d’agribusiness – un secteur dont la valeur marchande devrait atteindre 1 billion de dollars en Afrique d’ici 2030.

Pour Ralph von Kaufmann, mentor et consultant en agribusiness, l’agribusiness crée plus d’emplois que n’importe quel autre secteur et il devrait être la priorité de l’agenda pour la transformation économique de l’Afrique. « L’agribusiness est un moteur de la productivité agricole et les agripreneurs ont besoin de comprendre ce que signifie "obtenir des bons résultats" », explique Kaufmann, en ajoutant que les financements insuffisants, l’expérience limitée, les infrastructures médiocres et le manque de formations spécifiques à l’entrepreneuriat figurent parmi les principaux obstacles entravant la réussite de l’agribusiness.

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!