Leading image

Le téléphone mobile au service de l'agribusiness : un outil, plusieurs bénéfices

Technical scientific article

Les messages SMS envoyés via l'application mobile N’kalô incluent des conseils sur la situation et les tendances des marchés.

© Nitidae

par , , et

Un service d’information sur le marché via téléphone portable contribue à promouvoir la transparence au Sénégal, en permettant aux agriculteurs – y compris ceux qui ne sont pas abonnés au service – d’obtenir des prix plus justes pour leurs produits.

Lamine Sagna, producteur de noix de cajou dans la région de Sédhiou, au Sud du Sénégal, a appris que savoir, c’est pouvoir. « La clé, c’est d’avoir un pouvoir de négociation, raconte-t-il. Avec ces SMS, nous nous sentons mieux armés et plus confiants. Lorsqu’un bana-bana (intermédiaire) offre un prix inférieur à celui indiqué sur mon téléphone, je dis à tous les autres agriculteurs de ne pas vendre. Je laisse le bana-bana parler et, quand il a terminé, je lui indique que je connais le prix réel. »

Lamine est l’un des agriculteurs – de plus en plus nombreux – à s’être abonnés à N’kalô, un service d’information sur le marché disponible au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Mali et au Sénégal, et qui a bénéficié du soutien du CTA durant sa phase d’élargissement. Le service envoie aux agriculteurs et aux organisations paysannes des bulletins hebdomadaires par téléphone, qui leur fournissent des informations précieuses sur la situation du marché et les tendances relatives à des cultures en particulier, y compris les prix qu’ils peuvent espérer.

Une base pour des négociations plus saines

Chaque semaine, l’équipe de N’kalô collecte des informations en téléphonant et en envoyant des e-mails à un vaste réseau d’acteurs privés – agriculteurs, négociants, transformateurs – au niveau local et international, ainsi qu’en discutant avec eux sur WhatsApp. Après avoir analysé la situation du marché et les perspectives, l’équipe envoie des conseils à des milliers d’agriculteurs, principalement par SMS.

« Lorsque je reçois ces messages, je me sens plus fort. Je dis aux intermédiaires : “c’est à prendre ou à laisser. Si vous n’achetez pas, ce sera pour quelqu’un d’autre”, et ils n’ont pas d’autre choix que d’accepter », déclare André Sadio, un utilisateur de N'kalô originaire de la région de Ziguinchor, au Sénégal.

N’kalô a permis à tous les agriculteurs, y compris ceux qui ne sont pas abonnés aux bulletins, de faire de meilleures affaires. En effet, les négociants ne peuvent pas deviner quels producteurs reçoivent ou non les SMS. Par conséquent, ils n’osent pas proposer de prix trop bas par crainte de perdre leur crédibilité.

« Avant, nous recevions des informations uniquement de la part des intermédiaires, qui fixaient les prix entre eux », explique Karamouko Toure, producteur de noix de cajou de la région de Kolda, au Sénégal. « Aujourd’hui, ajoute-t-il, le simple fait que le bana-bana, qui vient ici régulièrement, sache que nous recevons des informations via N’kalô, contribue à garantir qu’il offre un prix plus juste dans tout le village. »

De meilleures informations sur le marché font gagner du temps et réduisent les frais de transport, puisque les négociations sont facilitées et plus susceptibles de se conclure favorablement.

« Cela aide à accélérer les choses », affirme Bacary Mangdien, coordinateur de la coopérative de cultivateurs de sésame AJAC, dans la région de Sédhiou. « Nous négocions moins et les discussions se déroulent sur une base plus saine. »

Un outil d'éducation et d'aide à la décision

Les messages envoyés via N’kalô incluent des conseils et des prévisions basés sur l’évolution des prix, ce qui aide les agriculteurs et organisations paysannes à peaufiner leurs stratégies de commercialisation à court et moyen terme, et à décider s’il est judicieux d’attendre avant de vendre leurs produits.

La récente décision d’Ibrahima Diop, cultivateur de maïs, de reporter ses ventes en raison de la hausse prévue des prix, en est un parfait exemple. « Cette année, nous avions un petit stock de maïs que nous avons conservé plus longtemps que prévu, parce que nous avions reçu des SMS nous prévenant d’une possible hausse des prix », déclare Ibrahima Diop, trésorier de la coopérative Yachalal, dans la région de Sokone. Il révèle avoir vendu son stock en avril, à un bon prix (210 CFA / kg ou 0,32 € / kg), ce qui a permis à la coopérative de réaliser des profits. La Fédération nationale des producteurs de sésame (FENPROSE) a signé un contrat avec un exportateur étranger pour la saison 2018-2019, stipulant que les prix utilisés pour chaque transaction seront basés sur les chiffres de N’kalô.

De nombreux utilisateurs de N’kalô estiment avoir de meilleures relations avec les clients tout au long de la chaîne de valeur, en raison de la grande disponibilité d’informations fiables et objectives sur le marché. Les dirigeants d’organisations paysannes indiquent que le service les aide à gagner la confiance de leurs membres et à lancer la discussion avec ceux-ci. Globalement, les agriculteurs sénégalais sont d’avis que le service d’informations sur le marché a créé un meilleur climat commercial.

« N'kalô me rappelle le proverbe chinois selon lequel “Quand un homme a faim, mieux vaut lui apprendre à pêcher que de lui donner un poisson” », observe Amath Diouf, cultivateur et négociant en noix de cajou dans la région de Sokone. « En effet, N'kalô apprend aux petits exploitants à comprendre les marchés. Mais le service les aide aussi directement, car les agriculteurs obtiennent souvent des prix plus élevés rien qu’en mentionnant les messages aux acheteurs. »

L’agriculture ACP de nouvelle génération - Les innovations qui marchent

L’innovation est essentielle au succès de l’agriculture dans les pays en développement de la zone ACP. Actuellement, les opportunités – qu’elles soient numériques, techniques ou institutionnelles – se multiplient et encouragent une nouvelle génération de jeunes « agripreneurs » à s’attaquer aux défis du secteur agricole (résilience face au changement climatique, amélioration des moyens de subsistance, etc.).

L'innovation au service de l’agriculture de nouvelle génération dans les pays ACP

par et

L'innovation est essentielle au succès de l'agriculture dans les pays en développement de la zone ACP. Actuellement, les opportunités – qu'elles soient numériques, techniques ou institutionnelles – se multiplient et encouragent une nouvelle génération de jeunes « agripreneurs » à s'attaquer aux défis du secteur agricole (résilience face au changement climatique, amélioration des moyens de subsistance, etc.).

La digitalisation, une formidable opportunité pour les agriculteurs

par

L'avènement de l'ère numérique a ouvert un monde d'opportunités pour l'agriculture. Afin de déployer des technologies efficaces au profit des petits exploitants tout en avançant dans une logique de développement durable, les partenariats et investissements multisectoriels sont cependant essentiels, affirme Michael Hailu. Le directeur du CTA analyse, au cours de cet entretien, les enjeux actuels de la digitalisation dans le secteur.

Diversifier pour favoriser le développement de l'agriculture numérique

par , et

Trois jeunes entrepreneurs travaillant dans le secteur de l’agriculture numérique ont appris à leurs dépens que l’offre de solutions technologiques aux petits exploitants agricoles d’Afrique peut se heurter à des obstacles particuliers. Dans cet article, ils partagent quelques-unes de leurs observations et recommandations, et présentent notamment une « stratégie de survie », essentielle selon eux au succès : se diversifier pour ne pas disparaître.

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!