Leading image

Opportunités d’agritourisme pour le Pacifique

Analysis

Nutrition

Il y a cinq ans, le terme agritourisme était quasi-inconnu. Aujourd’hui, ce secteur fait le lien entre production alimentaire et tourisme, retenant toute l’attention des politiques du Pacifique et des Caraïbes. Pionnier, le CTA n’est pas étranger à cette évolution.

L’agritourisme était le thème-clé de la Semaine inaugurale de l’agriculture du Pacifique (PWA), soutenue depuis plusieurs années par le CTA à la suite du succès de la Semaine caribéenne de l’agriculture. Organisée en octobre 2017 à Vanuatu par le gouvernement du Vanuatu avec le soutien de la Commission du Pacifique Sud (SPC) et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la PWA a mobilisé ministres de l’Agriculture, hauts représentants gouvernementaux, petits agriculteurs, pêcheurs artisans, organisations du secteur privé et organismes régionaux et internationaux de développement.

«Notre engagement en faveur d’une politique d’agritourisme dans le Pacifique a débouché sur d’importants changements en termes de promotion des produits locaux et de soutien aux entreprises», explique Isolina Boto, chargée des activités du CTA dans le domaine de l’agritourisme, offrant aux petits États insulaires de diminuer l’importation alimentaire, d’augmenter la production locale et de promouvoir des aliments à haute valeur nutritive.

La PWA s’est achevée sur une réunion régionale des ministres de l’Agriculture du Pacifique, adoptant pour la première fois une série de recommandations développant l’agritourisme. Les ministres ont notamment appelé à un renforcement du soutien technique, politique et commercial pour consolider les liens entre agriculture, tourisme et d’autres secteurs. Ces recommandations ont aussi valorisé la création de valeur, d’emplois et de richesses dans la région du Pacifique. Peu après la PWA, le 27e Conseil des ministres du Tourisme de l’Organisation du tourisme du Pacifique Sud (SPTO) a lui aussi adopté des recommandations pour l’agritourisme. Une avancée majeure puisque jusqu’ici, l’agriculture était absente des réunions des ministres du Tourisme.

Au cours de la PWA, le CTA et ses partenaires ont organisé trois événements : l’examen de nouvelles opportunités offertes par le secteur de l’agritourisme dans le Pacifique ; l’échange d’expériences entre le Vanuatu et les Samoa – deux pionniers de l’agritourisme ; la prise de parole des représentants de diverses organisations. Ron Hartman, directeur national du Fonds international de développement agricole (FIDA) pour l’Indonésie et le Pacifique a déclaré : «Le lien entre agriculture et tourisme peut ouvrir de nouvelles opportunités commerciales et offrir aux agriculteurs et aux pêcheurs la chance de présenter leurs produits.»

Chris Cocker, directeur général de la SPTO, qui a coorganisé l’événement en partenariat avec le CTA, le FIDA et l’Organisation du secteur privé des îles du Pacifique (PIPSO), a lui plaidé pour l’utilisation innovante des produits locaux dans le tourisme et la baisse des importations alimentaires. «De nombreux touristes sont à la recherche d’une expérience authentique qui leur fait découvrir la culture du pays qu’ils visitent», a-t-il ajouté. Il s’agit de plats préparés par des cuisiniers de la région avec des produits locaux.

Lors d’ateliers pour l’introduction d’une politique d’agritourisme appuyés par le CTA, il a été question de la mise en place d’un environnement favorable. Un premier atelier a été organisé à Vanuatu en octobre 2016, un second aux Samoa en décembre 2016 et un troisième aux îles Salomon en 2017, débouchant sur des mesures concrètes et une collecte de fonds de grande envergure. Les Fidji et les Tonga envisagent d’organiser des ateliers en 2018.

Les ateliers contribuent à la coopération entre ministres – agriculture, tourisme, commerce et santé – et secteur privé pour promouvoir l’agritourisme. Aux Samoa, les responsables politiques encourageront l’utilisation des produits alimentaires, de l’artisanat et des services locaux. La création de marchés bio, la formation des cuisiniers aux produits locaux et la récompense des hôtels et restaurants s’approvisionnant en produits auprès des agriculteurs locaux font également partie des projets.

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!