Leading image

Promouvoir l’agribusiness aux Caraïbes

Entretien

Digitalisation

Le CTA s’est récemment entretenu avec Torin Gilalta, responsable technique à la Caribbean Agri-business Association (CABA). La CABA est une association qui s’emploie à concevoir un mécanisme pour le secteur privé visant à faciliter l’organisation, la planification coordonnée et le développement de programmes et projets régionaux dans le secteur de l’agribusiness au sein de la Communauté caribéenne (CARICOM).

Grâce au soutien du CTA, la CABA a conçu et mis en ligne une plateforme de commerce électronique (www.cabacaribbean.com & www.mycaribbeanshop.com). La CABA a aussi lancé une plateforme de médias sociaux (www.talkagri.com) et un programme de certification des compétences agricoles (www.agri-educate.com). Tout recemment, elle a créé la Caribbean Agribusiness Export Company (CABEXCO).

La création d’une plateforme d’e-commerce est un projet à long terme qui inclut de nombreuses composantes. Comment le CTA vous a-t-il aidé à concevoir cette plateforme ?

Le CTA nous a apporté un soutien précieux à la création de cette plateforme, sous la forme d’une assistance technique et d’un soutien financier. Cette aide nous a permis de concevoir une suite d’outils, le principal étant une plateforme d’e-commerce. Nous avons commencé par créer un répertoire en ligne dans lequel toutes les entreprises des Caraïbes peuvent être reprises, ce qui leur permet de partager leurs informations dans le monde entier. Ce répertoire présente le profil de chacune des 400 entreprises inscrites à ce jour et dont le nombre ne cesse d’augmenter. Les membres peuvent y partager des informations détaillées sur leur entreprise, sa capacité et sa structure. La composante d’e-commerce, intégrée dans le répertoire, est une plateforme de commerce en ligne qui permet aux entreprises de vendre leurs produits aux quatre coins du monde.

Cette plateforme de e-commerce cible-t-elle les particuliers ou les entreprises ?

La plateforme est accessible à tout le monde, partout dans le monde. Que vous soyez un particulier ou une entreprise, la CABA vous aidera à vous préparer à exporter les produits de votre marque ou de notre marque régionale commune, par le biais de notre plateforme. La CABA a fait appel à des conseillers techniques de premier plan qui l’ont aidée dans ses activités de marketing et pour le lancement du site web. Ces conseillers ont également joué un rôle de sensibilisation à nos services.

Comment la CABEXCO a-t-elle vu le jour ?

Dans un premier temps, nous avons coopéré avec 10 entreprises, par le biais du programme TBT ACP-UE et du partenariat CTA. L’assistance technique reçue a permis à ces entreprises d’être certifiées HACCP (Hazard Analysis Critical Control Points, Analyse des risques, points critiques pour leur maîtrise). Nous avons organisé pour ces entreprises un forum d’agribusiness afin qu’elles puissent rencontrer des acheteurs potentiels. Cette certification HACCP est essentielle pour l’accès au marché de l’exportation. Ce groupe de 10 entreprises est à l’origine de la création de la CABEXCO. En janvier 2017, le conseil a été élu et nous nous sommes lancés dans le processus de mise en œuvre de la logistique, ce qui nous permettra d’activer la plateforme de e-commerce.

Le CTA a récemment organisé la semaine Data4Ag à La Haye. Qu’y avez-vous appris ?

J’ai découvert l’impact profond des données et leur importance dans le processus de décision. Cette prise de conscience a orienté la conception de nos sites www.CABACaribbean.com et www.AgriCarib.org et nous en avons fait ainsi un répertoire centralisé d’informations pour les acteurs de l’agribusiness. L’événement, fort bien organisé, m’a également permis d’échanger avec d’autres acteurs et d’examiner avec eux des possiblités de coopération afin de promouvoir le développement du secteur de l’agribusiness, en utilisant la facilitation des données comme pilier clé de ce processus. J’ai également pu rencontrer Marisa Areli, de Women in Business Incorporated (WIBDI), qui a conçu l’appli Farm to Table avec l’aide du CTA, Cette appli met en contact les agriculteurs avec les marchés et les touristes et les touristes avec les agriculteurs. Nous examinons actuellement la possiblité de développer une version similaire pour notre site web qui relierait les entreprises de transformation agricole et autres agripreneurs aux divers acteurs.

Les données au service de l'agriculture avec Data4Ag : quelles retombées sur les hommes et les politiques ?

par

Le projet Data4Ag du CTA a favorisé le déploiement de solutions digitales en Afrique ces dernières années. Grâce à ces innovations, les organisations paysannes ont procédé à l'enregistrement de leurs membres et leur adresser des services ciblés. Les retombées sur le terrain ont été spectaculaires, mais des questions ont malgré tout émerger, notamment à propos de la collecte et de l'utilisation des données des agriculteurs. Le sujet des politiques à mettre en œuvre pour accompagner le développement a également été soulevé.

Le pouvoir de la donnée : enjeux et opportunités pour les organisations paysannes

par et

En Ouganda, le CTA travaille avec l'usine de thé d'Igara (IGTF) afin d'établir le profil numérique de ses agriculteurs affiliés et d'améliorer leurs pratiques en matière de gestion des données. Cet article détaille les impacts de ces initiatives, que ce soit pour les agriculteurs à titre individuel ou à l'échelle des coopératives. Les bénéfices liés à la collecte de données, et la manière dont elles pourraient être systématiquement intégrées dans les systèmes de suivi et d’évaluation des organisations paysannes, seront également au sommaire.

Profilage et drones au service de l'agriculture de précision

par , , et

Le CTA soutient via le projet Data4Ag des coopératives agricoles et organisations paysannes dans les pays ACP pour améliorer les services agricoles par la collecte et la gestion des données agricoles. Le projet AgriTIC, avec l’organisation FEPA/B au Burkina Faso, a débuté en 2017 et a déjà permis de recueillir les informations de 2 000 exploitations agricoles.

Les cultivateurs de thé tirent profit de leurs données numériques

par et

Depuis 2016, le CTA collabore avec des associations paysannes du Burkina Faso, des Fidji, du Kenya, du Lesotho, des Samoa, du Swaziland, de Trinité-et-Tobago et d’Ouganda pour mettre en œuvre le projet Data4Ag. L’objectif du projet est d’étudier comment les associations paysannes peuvent profiter de la collecte et de la gestion efficace des données relatives aux petits exploitants pour améliorer les moyens de subsistance de leurs membres.

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!