Leading image

D’un projet de digitalisation novateur à une entreprise prometteuse

Blog

Au terme du projet MUIIS, en février 2019, plus de 250 000 agriculteurs étaient inscrits dans sa base de données.

© CTA

par

Blog

Dans le secteur du développement agricole, la transition d’initiatives couronnées de succès et financées par des donateurs à des entreprises autonomes orientées vers les petits agriculteurs est délicate. Le projet du CTA, intitulé « Améliorer l’autosuffisance des agriculteurs grâce aux services d’informations ICT4Ag axés vers le marché et appartenant aux utilisateurs » (MUIIS), montre que cela est possible.

MUIIS, projet lancé en septembre 2015 avec le soutien du ministère néerlandais des Affaires étrangères, entendait remédier à l’accès insuffisant des petits producteurs ougandais aux informations de gestion agricole à l’ère du changement climatique. A partir de mars 2017, le projet a proposé une série de services satellites très ciblés, fournis par SMS aux appareils mobiles. Il s’agit notamment de conseils agronomiques, d’alertes météorologiques et d’assurances indicielles sur les cultures.

Au terme du projet, en février 2019, plus de 250 000 agriculteurs étaient inscrits dans sa base de données et 3 609 producteurs étaient abonnés au forfait de services MUIIS. Une rapide évaluation des rendements culturaux du soja, du maïs et du sésame menée à bien sur deux saisons par la National Agricultural Research Organisation of Uganda (NARO) et l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA), a montré que la productivité des agriculteurs abonnés au forfait de services s’était nettement améliorée. Plus spécifiquement, les rendements du maïs ont augmenté de 67 %, hausse bien supérieure à l’objectif de 25 % fixé pour le projet, et de 60 % pour le soja. De plus, 874 abonnés ont pu prétendre à des indemnisations, à hauteur de plus de 27 millions UGX (6 400 €), en compensation de cultures détruites par la sécheresse.

Quelques mois avant la conclusion de la phase de financement par les donateurs du projet MUIIS, nous avons demandé à Ernst & Young d’évaluer le modèle commercial du projet, ainsi que d’identifier et de recommander des possibilités de création d’une entreprise viable. Les solutions épinglées comprenaient notamment des structures de coûts alternatives, une offre d’entreprise à entreprise, des marchés prioritaires et des considérations pour l’appropriation future. Nous avons utilisé ces recommandations comme point de départ et soumis le modèle commercial révisé à des partenaires potentiels en Ouganda et au-delà.

MUIIS est désormais géré par Ensibuuko, start-up fintech ougandaise ; l’entreprise était responsable de la plateforme d’envoi de SMS durant la phase de projet, en partenariat avec des organisations paysannes. Les résultats préliminaires semblent très prometteurs. Ensibuuko est en bonne voie d’étendre l’activité en Ouganda, voire à d’autres pays africains. Durant la première saison agricole de 2019, le volet consultatif du forfait de services a été vendu à plus de 7 000 agriculteurs — soit presque deux fois plus que les 3 609 producteurs abonnés lors des quatre saisons précédentes du projet. La plupart des ventes ont été réalisées d’entreprise à entreprise, une institution unique ayant fait l’acquisition de 6 000 abonnements pour ses membres.

Le forfait de services est également promu auprès d’utilisateurs plus divers, y compris des coopératives d’épargne et de crédit, des entreprises agricoles, des organisations non gouvernementales, des acteurs du développement, des vulgarisateurs, des fournisseurs d’intrants et des assureurs, qui peuvent l’adapter à leurs besoins. Les coopératives peuvent ainsi utiliser la nouvelle fonctionnalité de tableau de bord pour encoder et gérer plus aisément les données et les informations financières de leurs membres, ainsi que pour mener à bien des analyses de base afin de notamment déterminer la surface cumulée dédiée à une culture donnée.

Pour les fournisseurs de services, un module complémentaire au système de SMS permet de promouvoir d’autres produits et services pertinents. Par exemple, en cas de températures élevées, une alerte informe les agriculteurs de la nécessité d’arroser les semences récemment plantées, en accompagnant le message du nom et des coordonnées d’un fournisseur local de matériel d’irrigation bon marché.

En vue de garantir la durabilité financière de MUIIS, le prix de l’abonnement a été légèrement augmenté afin de refléter la transition d’un projet à une entreprise, ainsi que la valeur ajoutée proposée. Un abonnement saisonnier coûte à présent 30 000 UGX (7 €), contre 14 000 UGX (3,30 €) lors des première et deuxième saisons en 2017, et 20 000 UGX (4,75 €) lors des troisième et quatrième saisons de 2018. Le prix inclut une commission versée aux partenaires impliqués dans l’administration et l’utilisation du service, tels que les coopératives d’épargne et de crédit et la fédération nationale des agriculteurs.

Si les ventes par abonnement se maintiennent lors des saisons à venir, plusieurs milliers d’autres petits producteurs pourraient bénéficier eux aussi d’un soutien agronomique numérique et d’une productivité renforcée.

Pistes à envisager pour financer la numérisation au service de la transformation agricole

par , et

La numérisation du secteur financier, ou fintech, a fait d’énormes progrès, avec notamment de nouvelles solutions de paiement comme l’argent mobile, qui contribuent à l’amélioration de l’inclusion financière. En dépit de ces avancées, l’agribusiness doit continuer à investir dans la digitalisation pour accroître la productivité et la valeur ajoutée et améliorer le stockage et la commercialisation de produits agricoles au bénéfice des petits agriculteurs et éleveurs.

Digitalisation de l’agribusiness dans les pays ACP : l’analyse des métadonnées, une piste sur la voie de la durabilité

par

Durant ses cinq années de travail au sein de l'équipe TIC pour l'agriculture (ICT4Ag) au CTA, Benjamin Addom a vu éclore énormément de projets d’agriculture numérique. Il nous explique ici comment garantir que des initiatives ICT4Ag prometteuses se concrétisent pleinement – et faire en sorte que l’analyse des métadonnées contribue à la transition essentielle vers des modèles d’affaires autosuffisants.

Services bancaires numériques pour les agriculteurs des zones rurales : étendre et diversifier l’offre

par

La start-up ougandaise Ensibuuko, lancée en 2014, lauréate du premier concours Agrihack du CTA, aide les coopératives d'épargne et de crédit (CEC) à gagner en efficacité et en bancabilité grâce à la numérisation de la gestion de leurs données clients et de leurs transactions. Elle les accompagne aussi dans leur transition vers un système scriptural et informatisé. Alors qu’elle est en bonne voie d’étendre ses activités en Ouganda, cette entreprise numérique s’emploie à présent à proposer ses services à l’étranger.

Satellite data on your mobile

With access to satellite data, Ugandan farmers get crucial information about weather conditions and agronomic tips about their fields. See how CTA’s MUIIS project was featured in the Robo Sapiens programme of the Dutch broadcaster VPRO.

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!