Leading image

Des alliances en faveur de l’action : résilience et durabilité

Blog

© CTA

Blog

Pour développer des solutions durables aux problèmes du Pacifique et stimuler le sentiment d’appropriation des nouvelles politiques et stratégies, il est essentiel de faire émerger un consensus entre une vaste série d’acteurs. Tel était le message d’un événement organisé en marge de la Semaine de l’agriculture du Pacifique (PWA) 2019 sur le thème « Renforcer la résilience des systèmes agroalimentaires/nutritifs : vers des alliances régionales en faveur de l’action ».

L’organisation d’un processus consultatif, réunissant les secteurs public et privé, des petits exploitants, des chefs communautaires ruraux et urbains, ainsi que des femmes et des jeunes, constitue une composante clé de l’approche actuellement déployée pour élaborer des stratégies nationales et régionales d’amélioration de la nutrition et des revenus de sept Etats insulaires du Pacifique.

Le projet « Développer les filières locales pour améliorer la nutrition et les systèmes alimentaires durables dans les îles du Pacifique », dont les progrès et les réalisations sont examinés durant la PWA, a soutenu la co-conception et la validation de plans d’action – sept au niveau national et quatre au niveau régional – en vue de stimuler le développement de chaînes de valeur et d’agroentreprises axées sur des produits et services sains et durables.

« Notre plan d’action national progresse bien. Beaucoup d’acteurs majeurs – du secteur privé et de la société civile – s’y sont déjà ralliés, ce qui est vraiment indispensable, car ce sont eux qui agissent », a expliqué Tai Matatumua, directrice adjointe de la division Politique, planification et communication du ministère de l’agriculture et de la pêche (MAF) des Samoa, lors de la session, organisée conjointement par le CTA et le MAF. « Il s’agit d’un effort collaboratif. Nous pouvons uniquement défendre notre vision au niveau politique, mais nous avons besoin d’actions concrètes. Raison pour laquelle on parle d’un plan d’action. »

« Les défis auxquels la région est confrontée sont considérables. Il est donc très peu probable que n’importe lequel de ces acteurs puisse s’y attaquer seul », a indiqué Tawfiq El Zabri, directeur du programme national pour l’Indonésie du Fonds international de développement agricole (FIDA), qui codirige le programme « Développer les filières locales pour améliorer la nutrition et les systèmes alimentaires durables dans les îles du Pacifique » avec le CTA. « Le changement doit venir de la base, du niveau local. Pour ce faire, il est très important que les gouvernements, les associations paysannes, les ONG et le secteur privé coopèrent. Le plan d’action doit être collaboratif, parce que le problème est commun. »

Les technologies de l’information et de la communication (TIC) ont été identifiées comme l’un des thèmes transversaux des plans régionaux actuellement développés pour le Pacifique. Le directeur du CTA, Michael Hailu, a appelé à soutenir davantage les solutions numériques, qui constituent un outil puissant pour moderniser l’agriculture et attirer des jeunes dans ce secteur.

« La numérisation peut révolutionner l’agriculture », a affirmé M. Hailu. « Les opportunités en termes de numérisation de l’agriculture sont nombreuses dans le Pacifique, et je constate que beaucoup de changements sont déjà en cours. La question est désormais de savoir comment rendre ces solutions TIC durables, pour qu’elles aient un avenir à long terme. »

Soulignant l’ampleur des problèmes de santé liés à la nutrition dans la région du Pacifique, Sashi Kiran, directrice de l’organisation non gouvernementale (ONG) basée aux Fidji Foundation for Rural Integrated Enterprises & Development (FRIEND), a décrit certains des impacts des maladies non transmissibles (MNT) observés régulièrement par son personnel et elle-même.

« Lorsque nous nous rendons dans les communautés, nous pouvons voir les conséquences des MNT », a-t-elle déclaré. « A moins de 15 kilomètres, nous avons identifié 200 personnes en situation de handicap à cause des MNT. Chaque jour, trois amputations sont pratiquées, et ce, dans un pays où l’on ne manque de rien ».

Pour s’attaquer au problème des maladies liées au régime alimentaire, l’ONG a mis en place un programme de promotion des potagers, pour encourager les communautés à cultiver des denrées saines, comme les légumes-feuilles et les légumineuses. Des démonstrations de cuisine sont organisées pour modifier les habitudes alimentaires, et 200 agriculteurs biologiques ont été mis en relation avec un restaurant, pour les aider à améliorer leurs débouchés et stimuler la demande d’aliments nutritifs. Ces initiatives commencent à porter leurs fruits, mais changer les comportements prend du temps », a déclaré Mme Kiran. « Pour le moment, nous ne profitons pas des aliments de chez nous. Nous importons des denrées qui nous rendent malades, et nous n’en parlons pas assez. »

Rappelant l’ampleur des défis, Gillian Stewart, directrice du programme pour l’île de Savai’i, aux Samoa, chez Women in Business Development Inc. (WIBDI), a décrit les difficultés qu’elle a rencontré dans ses efforts pour améliorer la production, les revenus et la nutrition dans cette île du Pacifique.

« Le simple fait d’abandonner un produit au profit d’un autre et d’encourager les citoyens à consommer des produits plus nutritifs a été très compliqué », a-t-elle indiqué. « Pour moi, cela n’a aucun sens. C’est comme si nous étions dans un désert nutritionnel, alors que nous vivons dans une incroyable oasis riche en ressources. Les préférences alimentaires sont réellement problématiques, elles causent beaucoup de dommages en termes de santé et de bien-être. »

Tant FRIEND (Fidji) que WIBDI (Samoa) ont mis en œuvre des projets de financement d’amorçage portant sur l’agriculture, la nutrition et les revenus d’Innov4AgPacific. Judith Ann Francis, chef de projet au CTA, a insisté sur le fait que les enseignements tirés soutiendront le développement de plans d’investissement en vue du déploiement d’interventions communautaires efficaces qui renforceront la résilience des systèmes agroalimentaires et bénéficieront en particulier aux communautés rurales.

Emplacement:

Des partenariats en faveur du développement durable

par

La deuxième édition de la Semaine de l’agriculture du Pacifique (PWA) porte sur la façon dont les partenariats dynamiques peuvent permettre de relever certains des défis majeurs du secteur agroalimentaire dans les petits Etats insulaires de la région. La Semaine de l’agriculture du Pacifique, organisée à Apia, aux Samoa du 30 septembre au 4 octobre 2019, s’articule en effet autour du thème « Partenariats renforcés en faveur de systèmes agricoles et forestiers durables dans le Pacifique  ».

Un appel pour une approche multisectorielle en faveur de systèmes alimentaires sains aux Fidji

par , et

Lors du International Symposium on Understanding the Double Burden of Malnutrition for Effective Interventions, à Vienne (Autriche), en décembre 2018, les participants ont appelé à une approche multisectorielle afin d'améliorer les résultats nutritionnels aux Fidji, et plus largement dans le Pacifique.

Mapping value chains for healthier diets and higher revenues

A strategy to build efficient value chains in the Pacific region is expected to play a critical role in improving diets and revenues for island communities.

A dynamic future for young agripreneurs

Among the numerous topics addressed during the inaugural Pacific Week of Agriculture in Port Vila, Vanuatu from October 16-20, the place of young people into agribusiness ventures has caught a lot of attention. A concrete way to bring new incomes in Pacific Island states and to fight youth unemployment and rural exodus.

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!