Leading image

Faire de la blockchain pour l'agriculture une réalité

Blog

Le CTA a sélectionné quatre projets prometteurs autour de la blockchain pour démontrer les applications possibles de cette technologie au secteur agricole.

© CTA

par , et

Blog

L'engouement croissant pour la technologie de la blockchain a récemment attiré l'attention sur ses applications possibles dans le secteur agricole. Cette technologie peut en effet être mise à profit pour améliorer la productivité, l'efficacité et la transparence de l'agriculture dans les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), en particulier pour les échanges commerciaux intra-ACP et les opérations entre les acteurs commerciaux des ACP et du reste du monde.

Toutefois, comme le concept de la blockchain n'en est qu'à ses débuts dans le secteur agroalimentaire, il y a lieu de mettre en avant comment cette technologie peut être utilisée dans l’agriculture pour la faire connaître et démontrer sa faisabilité. Le CTA a ainsi organisé un atelier de deux jours à Wageningen, Pays-Bas, les 28 et 29 mai 2019, réunissant les participants de quatre projets autour de la blockchain. L’événement avait pour objectif d’élaborer une vision commune des aspects essentiels à aborder pour faciliter la mise en œuvre de ces projets.

Les quatre organisations participantes (Bioversity International, Erba 96 Ltd, Nitidae et CIAT) ont été sélectionnées à la suite d’un appel à propositions lancé en 2018. Des spécialistes de la blockchain et des porteurs de projets agricoles travaillant pour des organismes et des entreprises comme Blockchain Workspace, l’université de Wageningen et Fairfood, tous basés aux Pays-Bas, ont également participé à l'événement. L'atelier a donné le coup d’envoi officiel à la mise en œuvre des projets.

Les participants ont été encouragés à réfléchir à leurs propres projets et à ceux des autres participants afin de formuler leurs remarques et de contribuer ainsi à l’orientation des plans d’action futurs. Différents thèmes ont été abordés :

  • les exigences administratives et les conditions nécessaires à une mise en œuvre efficace des projets ;
  • la gestion et l’identification des données à caractère personnel ;
  • la sensibilisation à l’intérêt de la blockchain pour l’agriculture ;
  • la mise en œuvre efficace des contrats intelligents sur le terrain ;
  • la certification d’exploitation et les aspects en rapport avec la preuve de l’origine ;
  • les défis liés à l'adoption par les utilisateurs (outils numériques disponibles, maîtrise du numérique, coûts d'accès).

Les quatre projets soutenus sont les suivants :

La technologie de la blockchain au service de la qualité et de l’excellence dans le secteur de la production de cacao

L'objectif du projet est de développer un modèle pour l'application de la technologie de la blockchain dans la filière du cacao, en vue d'améliorer les moyens de subsistance des cacaoculteurs d'excellence et de leurs communautés. Les activités du projet se concentreront sur les pays ACP producteurs de cacao et sur les communautés agricoles lauréates d'un prix international du cacao entre 2010 et 2017. La technologie de la blockchain sera utilisée pour relever certains des défis auxquels sont confrontés les producteurs de cacao : le manque de moyens financiers pour investir dans les bonnes pratiques agricoles, le pouvoir contractuel limité et le manque d’accès aux informations sur les prix, le manque de communication avec les autres acteurs clés de la chaîne de valeur et le manque de transparence pour les consommateurs qui veulent en savoir plus sur les origines du produit fini. La blockchain peut résoudre ces problèmes en créant des registres qui enregistrent les mouvements des fèves et qui identifient le lieu d’origine exact en facilitant et en vérifiant la bonne exécution d’un contrat, en améliorant l’efficacité et la transparence de la chaîne d’approvisionnement et en améliorant les moyens de subsistance des producteurs de cacao en les aidant à obtenir un prix plus élevé pour leurs produits.

Projet pilote de traçabilité des légumes basée sur la blockchain à Trinité-et-Tobago

Tracer les aliments depuis leur origine aide à isoler les produits contaminés et empêche qu’ils ne soient vendus aux consommateurs. En cas de contamination alimentaire, une intervention rapide s’impose, non seulement dans l’intérêt de la santé publique, mais aussi pour protéger les moyens de subsistance des secteurs concernés et des entreprises. Ce projet entend démontrer la rentabilité, l’efficacité et la transparence du système de traçabilité de TE-Food dans le cadre d'un projet pilote mené à Trinité-et-Tobago, auquel participent Woodsman Caribbean Ltd. et la filière du conditionnement du calalou.

La blockchain pour améliorer la traçabilité du cacao

Ce projet entend fournir aux acteurs du secteur du cacao de Côte d'Ivoire un système de traçabilité pour améliorer les revenus des cacaoculteurs et évaluer l'impact de la production de cacao sur les marchés et sur les ressources forestières. L'objectif est de mettre au point une solution blockchain décentralisée pour améliorer la durabilité et l’efficacité du secteur cacaoyer ivoirien. Les objectifs spécifiques du projet sont les suivants : créer un système de traçabilité basé sur la blockchain afin de contrôler l'origine du cacao et surveiller les risques de fraude au niveau des intermédiaires ; identifier comment la blockchain pourrait réduire les frais de transaction liés aux transferts de paiement dans le secteur et être utilisée pour les services écosystémiques (liés au marché du carbone) ; exploiter l'expérience du projet et élaborer un plan à long terme avec les parties prenantes en vue de développer un secteur cacao durable grâce aux technologies basées sur la blockchain.

 TheMetrix : utilisation des registres distribués de la blockchain dans le déploiement d’indicateurs du risque spatial pour la gestion de la chaîne d’approvisionnement

Le projet se propose d'élaborer un modèle de faisabilité pour le développement d’une plateforme, basée sur la blockchain, pour permettre aux acteurs et concurrents de la chaîne de valeur de fournir des données d’une façon sécurisée, cryptée et fiable. L'objectif est d’assurer l'interopérabilité des données recueillies par les acteurs du secteur de la recherche, les universités, les organismes à but non lucratif, les institutions gouvernementales et le secteur privé grâce à des approches d'agrégation spatiale tenant compte des différences dans la structure des données. Le projet réduira les risques de production pour les agriculteurs et les diverses parties prenantes grâce à un meilleur suivi de l'offre de produits, tout en facilitant le développement de nouvelles opportunités commerciales pour les acteurs de la chaîne de valeur, grâce à des données de meilleure qualité pour une prise de décision judicieuse. Le projet concevra, construira et mettra en œuvre une plateforme blockchain pour la chaîne de valeur du café avec au moins trois fournisseurs de données du secteur privé et de la recherche, en coopération avec les acteurs de la filière du café en Ouganda.

Emplacement:

Blockchain et agriculture : quelles possibilités ?

par , , et

Le 15 mai 2019, plus de 160 participants se sont réunis à Bruxelles pour discuter des possibilités et des défis liés à la technologie de la blockchain dans le secteur agroalimentaire. Cette rencontre a eu lieu lors du 55e Briefing de Bruxelles sur le développement organisé par le CTA, la Commission européenne (DG DEVCO), le Secrétariat ACP, Concord et BMZ.

Suivre le thon fidjien grâce à la technologie de la blockchain

par

La région du Pacifique est confrontée à une baisse considérable des recettes liées à la pêche, pourtant principale source de revenus et d’emplois depuis ces 10 dernières années. Stop Illegal Fishing rapporte que le gouvernement fidjien estime que «  près de 306  440 t de poisson ont été pêchées illégalement dans la région Pacifique pour un montant estimé à 616,11 millions $, entre 2010 et 2015 ». Aux Fidji, la surpêche et les activités de pêche illicite ont affecté investissements, possibilités d’emploi et pérennité des réserves halieutiques.

Création de valeur via des prêts participatifs à fort impact pour les agriculteurs non bancarisés

par

Les cryptomonnaies ont d’abord été utilisées pour les envois de fonds. Une monnaie numérique sans frontières peut en effet être utilisée pour transférer des fonds d’un pays à l’autre, bien plus rapidement et à moindre coût qu’avec les méthodes traditionnelles. La plateforme de prêts participatifs EthicHub s’est penchée sur les opportunités de ce système appliqué à l'agriculture. Jana Petkanic, du bureau d’EthicHub au Benelux, parle du projet de l’entreprise, basé sur la blockchain, mis en œuvre au Mexique.

The Sun Exchange : Démocratiser l'énergie

par et

The Sun Exchange, une entreprise fondée par Abraham Cambridge en 2014, est située en Afrique du Sud, où elle s’emploie à remédier à l’énorme déficit en financement qui freine le développement de projets d’énergie solaire. La solution qu’elle a mise au point contribue à alimenter en énergie des usines, des écoles et des réserves naturelles. Dans cet article, Abraham Cambridge nous en dit plus sur l’expérience de son entreprise avec la technologie de la blockchain.

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!