Leading image

Finalisation des projets de création d’entreprise des jeunes dans le cadre du projet PEJERIZ

Blog

© Africa Rice

par

Blog

AfricaRice, la Fondation Syngenta et le CTA ont lancé en mars 2018 le projet PEJERIZ - « Promouvoir l’entrepreneuriat des jeunes et la création d’emplois dans la filière du riz en Afrique de l’Ouest ». Après des ateliers de mobilisation et de formation courant 2018, la phase de sélection des projets et « business plans » a eu lieu au cours du premier trimestre 2019.

Du 16 au 18 juillet 2018, nous avons rassemblé 158 jeunes, à Saint-Louis, pour un atelier de mobilisation sur les opportunités d’affaires dans la chaîne de valeur riz au Sénégal afin de les aider à mieux développer leurs idées de projet. Un total de 109 jeunes ont été sélectionnés parmi les participants. Ils ont ensuite suivi une formation, du 15 au 26 octobre 2018, sur l’entrepreneuriat, le leadership, la gestion intégrée de la culture du riz, la transformation du riz, la commercialisation du riz et la prestation de services. L’objectif était de renforcer les capacités de ces jeunes, mais aussi de les préparer à développer leur projet et élaborer leur business plan. A l'issue de la formation, un business canvas leur a ainsi été remis, chaque porteur de projet devant le remplir dans un délai d’un mois. L’unité de coordination du projet a reçu 87 business plans au total.

52 « business plans » retenus

Le comité de sélection – trois collaborateurs d’AfricaRice, un de la Fondation Syngenta – a analysé les 87 business plans soumis par les jeunes entrepreneurs et a retenu les 40 plus prometteurs. La sélection s'est faite sur la base de critères préalablement définis, avec un système de points. Parmi les critères principaux : la justification, la faisabilité technique, le coût ou encore l'impact et durabilité du projet.

Le comité s’est réuni les 5 et 6 février 2019 pour statuer sur l’ensemble des business plans, repartis en six secteurs d’activité :

  • commercialisation : vente et revente du riz paddy ou blanc,
  • prestation de services : achat du riz paddy, décorticage et mise en sac du riz blanc avant commercialisation,
  • production de paddy pour vente directe,
  • production du paddy et transformation avant commercialisation,
  • production de semences certifiées, destinées aux producteurs de paddy,
  • prestation de services, avec des machines agricoles.

L’objectif initial était de financer 40 plans d’affaires ; finalement, le comité de sélection a décidé de retenir 52 business plans. Ils ont tous été remis à l’incubateur de l’université Gaston Berger (UGB), partenaire du projet et structure spécialisée dans l’accompagnement des jeunes et la conception de plans d’accompagnement.

Echanges avec les professionnels du secteur

Pour accompagner les futurs entrepreneurs, l’incubateur UGB, avec ses consultants experts en conception de projets, a organisé un atelier de deux jours pour une meilleure élaboration et finalisation des business plans. Les échanges menés avec les porteurs de projets et l’unité de coordination ont permis de déposer la mouture finale des 52 projets début avril 2019.

Chaque jeune ou groupe de jeunes a également pu déposer un dossier à la Caisse nationale de crédit agricole du Sénégal (CNCAS) pour l’obtention d’un financement en complément de celui apporté par le Projet et des apports personnels des jeunes. La veille de l’atelier, nous avions organisé une rencontre au Centre de formation AfricaRice entre les jeunes, la CNCAS et la Compagnie agricole de Saint-Louis du Sénégal (CASL) pour permettre aux entrepreneurs de s’informer sur les conditions d’octroi de crédit par la CNCAS et les arrangements contractuels offerts par la CASL. La CNCAS a également présenté les activités de production de paddy qu’elle finance depuis quelques années et celles en cours dans la vallée du fleuve Sénégal souhaitant ainsi motiver les jeunes à soumettre une demande de financement. La CASL a quant à elle présenté ses activités, expliquant les avantages du système de contractualisation mis en place avec de nombreux producteurs de la région de Saint-Louis. De 50 ha loués en 2013, la CASL possède et cultive aujourd’hui 2 600 ha. Un bel exemple pour nos jeunes entrepreneurs !

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!