Leading image

Foires aux semences : un concept innovant et intelligent pour promouvoir les semences résistantes au stress

Blog

Les foires aux semences permettent de réunir en un même lieu producteurs de semences, négociants, agriculteurs et autres acteurs de la chaîne de valeur.

© CTA

par , , et

Blog

Au début de chaque saison, les agriculteurs doivent prendre une décision importante : choisir leurs semences et trouver des fournisseurs. Une décision capitale dans le contexte du changement climatique. Dans le cadre d’un projet du CTA pour aider les agriculteurs face aux sécheresses et autres phénomènes météorologiques extrêmes, des foires aux semences sont organisées en Zambie. L’objectif ? Améliorer l'accès des petits exploitants agricoles à des semences de qualité qui leur permettront de cultiver des variétés de maïs résistantes au stress.

Jusqu’ici, les agriculteurs utilisaient généralement les semences provenant de récoltes précédentes ou s’en procuraient auprès de négociants en produits agricoles qui servent d’intermédiaires entre producteurs semenciers et agriculteurs. Le problème est que la plupart de ces négociants ne connaissent pas les différentes variétés de cultures, ni les meilleures pratiques agronomiques. Ils sont mal placés pour conseiller les agriculteurs et recommander les semences les mieux adaptées à leur situation.

Si des entreprises de semences privées développent déjà des variétés résistantes au stress, adaptées à des régions écologiques spécifiques, ces semences sont moins bien connues que les semences traditionnelles. On sait aussi que certains agriculteurs ont été trompés par des fournisseurs de semences contrefaites et de contrebande achetées dans les pays voisins. Alors que les effets du changement climatique commencent à se faire réellement sentir, il est essentiel d'assurer aux agriculteurs un approvisionnement fiable en semences de qualité, plus précisément des semences spécialisées qui résistent à la sécheresse ou aux inondations.

« Conscient de l’importance économique des semences de qualité – garantes de bonnes récoltes ­–, nous avons estimé utile d’organiser un événement réunissant en un même lieu différentes entreprises semencières, petits agriculteurs et négociants en produits agricoles », explique Kolawole Odubote, chef d'équipe pour la Zambie du projet d’agriculture intelligente face au climat (AIC) « Déployer à plus grande échelle des solutions d’agriculture intelligente face au climat pour les agriculteurs et les éleveurs d’Afrique australe », mis en œuvre par le CTA.

Faire connaître les variétés résistantes face au changement climatique

Les foires aux semences ont été organisées dans les 12 sites (districts) du projet en Zambie. L’idée est de promouvoir le développement d’un marché des semences tolérantes au stress en mettant en place des partenariats avec de grands fournisseurs de semences. Ceux-ci peuvent fournir des informations sur les types de variétés et de semences disponibles, leurs conditions d’utilisation, les rendements et les risques, qui doivent être gérés de manière proactive. Ces foires devraient aussi soutenir la demande tout en faisant le lien entre les producteurs et les débouchés existants.

Les foires aux semences s’apparentent aux foires agricoles. Elles accueillent un marché temporaire où les petits agriculteurs peuvent se procurer des semences de qualité et où les entreprises semencières peuvent leur faire découvrir leurs différentes variétés. Pour éviter qu’une entreprise semencière ou un négociant en produits agricoles ne monopolise les foires, celles-ci sont planifiées et organisées avec soin. L’idée est que toutes les entreprises semencières et tous les négociants y participent sur un pied d’égalité.

La promotion de ces événements est coordonnée par un comité directeur, mis en place pour chacune des foires. Elle est assurée par un agent des services nationaux d’information agricole et un véhicule de diffusion, avec un caméraman et un journaliste de l’Agence de presse zambienne, ainsi que par le biais d’annonces et d’interviews diffusées sur les chaînes de radio locales.

En 2017, le projet a organisé 12 foires aux semences, qui ont attiré au total 3 591 participants. Ces foires ont également offert aux agriculteurs, aux négociants agricoles et aux entreprises semencières l’occasion d’interagir et d’échanger leurs connaissances sur les différentes variétés de maïs tolérantes au stress disponibles sur le marché.

Après une brève présentation (10 à 15 minutes), assurée par les différentes entreprises semencières pour les agriculteurs, les stands des différents exposants ont accueilli les participants. Huit entreprises semencières ont participé à la plupart des 12 foires aux semences, aux côtés d'autres fournisseurs de services, tels que des banques, une entreprise d'énergie solaire, des fournisseurs télécoms, des fournisseurs d'intrants et le Département météorologique de Zambie.

Les foires aux semences ont permis aux agriculteurs d’en savoir plus sur les variétés semencières disponibles, de nouer des contacts et de comparer les coûts des variétés disponibles. A terme, elles doivent donc faciliter l’adoption à plus grande échelle de semences de maïs tolérantes au stress. Il devrait s’ensuivre une augmentation de la demande qui incitera les entreprises semencières à investir davantage dans la production de nouvelles variétés.

Résultats et enseignements

Les foires aux semences se sont avérées être des événements d’un genre nouveau qui ont attiré massivement tous les acteurs impliqués : agriculteurs, agents de vulgarisation, entreprises semencières et négociants en produits agricoles. Les autorités de district ont exprimé leur intérêt à en faire un événement annuel.

Le CTA a également facilité l’organisation de foires aux semences au Malawi, au Mali et au Zimbabwe, et en a documenté les résultats et l’impact. Voici quelques-uns des enseignements qu’il souhaite mettre en avant :

  • Il est préférable d'organiser des foires aux semences à proximité des villages plutôt qu’en centre-ville, car la plupart des agriculteurs assimilent alors ces réunions à des meetings politiques. C’est principalement pour cette raison que certains agriculteurs ont boudé les foires aux semences organisées en ville.
  • Les foires aux semences organisées dans l’après-midi ont enregistré un taux de participation plus élevé que celles proposées en matinée : elles permettaient aux agriculteurs de s’occuper des tâches ménagères le matin.

Les foires aux semences doivent permettre à tous de participer sur un pied d’égalité et être ouvertes à toutes les entreprises semencières. Il arrive en effet qu’une entreprise semencière tente de monopoliser le devant de la scène en réglant le coût de l’événement à la condition que seules ses semences soient exposées, au détriment de celles des autres entreprises.

Cet article a été rédigé dans le cadre d’une initiative menée par le CTA visant à documenter et à partager les connaissances exploitables sur les approches agricoles efficaces pour l’agriculture des pays ACP. Il capitalise sur les connaissances, les enseignements et les expériences pratiques afin de documenter et d’orienter la mise en œuvre de projets axés sur l’agriculture pour le développement.

Offrir des produits et services numériques groupés au profit de l’agriculture climato-intelligente au Zimbabwe

par et

Au Zimbabwe, le changement climatique apparaît comme la principale menace pour l’agriculture. Pour relever ce défi, une organisation paysanne de premier plan s’est associée à une société de télécommunications du secteur privé afin de proposer aux agriculteurs des produits et services groupés d’agriculture intelligente face au climat.

Les partenariats innovants basés sur la valeur partagée accélèrent la mise à l’échelle des solutions d’AIC

par et

De nombreuses innovations en matière d’agriculture intelligente face au climat (AIC) ont été développées pour aider les agriculteurs à atteindre le triple objectif de l’adaptation au changement climatique, du renforcement de la productivité et, si possible, de la réduction des émissions. Les enseignements tirés par des projets d'AIC dans trois pays soulignent à quel point le développement de valeur partagée entre les partenaires contribue à l’élargissement de l’AIC.

Adoption d’innovations agricoles climato-intelligentes en Afrique australe : être au courant ne suffit pas

par et

Certains disent que le savoir, c'est le pouvoir. A l'ère de la connaissance, information et idées sont présentées comme des « matières premières » aussi importantes que des ressources tangibles comme la terre, le travail et l'argent. Cela vaut également pour le secteur agricole. L’expérience acquise dans le cadre d’un projet visant à développer l’agriculture intelligente face au climat (AIC) en Afrique australe montre qu'à elles seules, la connaissance des innovations agricoles climato-intelligentes ne suffit pas à assurer leur adoption.

Des organisations paysannes promeuvent l’esprit d’entreprise chez les jeunes – Enseignements tirés au Zimbabwe

par , et

Les organisations paysannes jouent un rôle essentiel pour encourager les jeunes à rester dans le secteur de l’agriculture et à opter pour une activité professionnelle dans la filière agricole. Atout important s’il en est, elles ont un énorme potentiel s’agissant de convaincre les jeunes de devenir des agripreneurs prospères, car elles leur offrent la possibilité de se former et d’améliorer leurs compétences ainsi que de nouer des liens avec des acteurs clés de la chaîne de valeur agricole.

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!