Le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) confirme sa fermeture pour la fin 2020.
Leading image

Les données au service des décisions agricoles : l’exemple de la CAPAD, au Burundi

Blog

La confédération des associations des producteurs agricoles pour le développement au Burundi (CAPAD) est une organisation qui supporte les petits agriculteurs (plus de 14 000 enregistrés via 39 coopératives), principalement dans les filières vivrières (céréales, tubercules, fruits et légumes) au Burundi.

© CTA

Blog

Le projet « Suivi des exploitations agricoles familiales au sein des coopératives membres de la CAPAD » financé par le CTA dans le cadre de l’initiative Data4Ag, a pour but d’améliorer les activités de valorisation et de commercialisation des produits agricoles à travers l’utilisation et l’expérimentation des technologies de l'information et de la communication (TIC) au service des producteurs membres de la CAPAD, au Burundi.

La confédération des associations des producteurs agricoles pour le développement au Burundi (CAPAD) est une organisation qui supporte les petits agriculteurs (plus de 14 000 enregistrés via 39 coopératives), principalement dans les filières vivrières (céréales, tubercules, fruits et légumes) au Burundi. L’organisation a débuté, dès 2012, le profilage des données agricoles pour ses agriculteurs, grâce à un partenariat avec le Collectif Stratégies Alimentaires (CSA). L’organisation se concentre sur la collecte des données sur le rendement agricole (superficie des terres cultivées, liste des produits cultivés, excédent prévu et date de récolte) mais aussi sur les données du ménage (niveau d’éducation, alphabétisation, nombre de personnes, etc.). Les agriculteurs sont ainsi profilés selon ces informations collectées.

Les réalisations du projet

La CAPAD avait besoin d’une assistance pour moderniser le système de profilage. Une série d’erreurs et de pertes des données ont révélé l’utilisation d’un système archaïque de collecte et saisie des données sur papier. Aussi le CTA a soutenu la CAPAD dans l’implémentation d’un système de collecte des données pour améliorer la qualité des données et favoriser ainsi le partage facile des données entre différentes coopératives. Les données sont collectées à travers un outil développé en langage SQL, un système de gestion de bases de données ouvert.

Pour garantir une collecte des données agricoles continue et méthodique, la CAPAD s’est équipée de 13 ordinateurs fixes, 39 tablettes et 12 kits d’énergie solaire : un équipement nécessaire pour couvrir toutes les coopératives bénéficiaires du projet, réparties sur 39 communes du pays. Un atelier de formation a permis de former les gestionnaires des coopératives sur l’utilisation des outils, pendant cinq jours, du 17 au 21 décembre 2018. La formation est continue, d’autres séances de recyclage sont organisées pour permettre aux gestionnaires des coopératives de maîtriser le programme unifié pour le monitoring agricole PUMA, en particulier sur le volet « organisation des campagnes de commercialisation ».

Les coopératives bénéficiaires du projet ont dorénavant des équipements informatiques pour simplifier leur travail en rapport avec l’enregistrement des informations sur les demandes de semences, d’engrais, de produits phytosanitaires voire même des crédits. Les campagnes agricoles sont organisées à temps, ces coopératives peuvent maintenant anticiper sur les productions escomptées.

Les défis rencontrés

  • Un manque de courant électrique dans 12 communes ne permet pas à la CAPAD d’atteindre la totalité des 39 communes cibles.
  • Le mesurage des champs agricoles est encore fait avec des mètres rubans, une méthode chronophage et imprécise.

Plus de digitalisation pour des solutions durables

  • La cartographie des champs agricoles réalisée avec le système GPS, démontrant avec plus de précision la superficie exacte des terres agricoles, est nécessaire pour assurer l’efficacité des services de vulgarisation agricole. L’activité est déjà planifiée.
  • Une réunion avec les agriculteurs est indispensable pour mieux évaluer leurs besoins, apprendre de leurs expériences sur les données agricoles et les impliquer dans la planification des différentes activités de la saison agricole.
  • Un système de paiement digital est en cours de conception sous la supervision de la CAPAD, pour apporter plus de transparence, compte tenu des risques associés aux paiements des agriculteurs par cash.

Le travail de la CAPAD sur la collecte des données a répondu aux lacunes constatées à propos de la performance au sein des organisations de producteurs agricoles burundais. Ces dernières peuvent maintenant avoir accès aux intrants, aux crédits, aux appui et aux conseils, voire aux marchés rémunérateurs à temps réel. Ainsi les différentes activités économiques développées par les organisations contribuent à la cohésion sociale et la stabilité du Burundi, pays qui se rétablit encore après une période de conflit.

Une déclaration pour une meilleure utilisation des données ouvertes dans l’agriculture en Afrique de l’Ouest francophone

par , et

Les délégués des gouvernements des pays africains francophones se sont réunis pour discuter de l’importance des données ouvertes sur le développement économique et social.

Une politique des données ouvertes pour stimuler la transformation de l’agriculture

par , et

Les données ne sont utiles que si elles sont accessibles et utilisées. Dans de nombreux pays, l'accès aux données se heurte malheureusement à l’absence de politiques des données ouvertes dans de nombreux secteurs économiques, y compris celui de l’agriculture.

Reproduire les réussites des organisations paysannes à plus grande échelle

par , et

En septembre 2019, le CTA a organisé un atelier de capitalisation d'expériences pour son programme de partenariat « Préparer la prochaine génération d’agriculteurs en Afrique », autour de quatre domaines d’impact : plaidoyer, chaîne de valeur, digitalisation et capitalisation.

Profilage et drones au service de l'agriculture de précision

par , , et

Le CTA soutient via le projet Data4Ag des coopératives agricoles et organisations paysannes dans les pays ACP pour améliorer les services agricoles par la collecte et la gestion des données agricoles. Le projet AgriTIC, avec l’organisation FEPA/B au Burkina Faso, a débuté en 2017 et a déjà permis de recueillir les informations de 2 000 exploitations agricoles.

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!