Leading image

Réaliser le Programme de développement durable à l’horizon 2030

Blog

© CTA

Blog

Le Programme de développement durable à l’horizon 2030, adopté par l’ONU en 2015, et assorti des 17 Objectifs de développement durable (ODD), constitue un programme complet et transformateur en faveur du développement durable. En février 2019, le 54e Briefing de Bruxelles (organisé par le CTA, la Commission européenne (DEVCO), le Secrétariat ACP et Concord) a réuni des orateurs de divers secteurs et organisations pour discuter des progrès dans la réalisation de l’ODD2 et des mesures encore à prendre pour garantir sa réalisation d’ici 2030.

L’ONU dénombre actuellement 3 782 partenariats multi-acteurs en faveur des ODD, de toutes tailles et de toutes natures : agences gouvernementales, ONG, multinationales du secteur privé, coopératives locales… La diversité de ces partenariats représente le niveau d’engagement mondial en matière de développement durable, mais il constitue aussi un défi pour le suivi des progrès dans la réalisation des ODD. Le Briefing de Bruxelles de février a réuni quelques-uns de ces intervenants pour discuter de cette problématique. Ce faisant, le Briefing a contribué à promouvoir l’échange de points de vue et d’expériences en matière de suivi des progrès dans la réalisation de l’ODD2. Les meilleures pratiques en matière de développement de partenariats pour mettre en œuvre l’ODD2 ont été partagées, et les prochaines étapes de la réalisation de l’ODD2 ont été abordées.

La réalisation de l’ODD2 aura des répercussions positives sur les économies, la santé, l’éducation, l’égalité et les écosystèmes dans le monde entier. Ces résultats sont en lien avec un certain nombre d’autres ODD, dont l’ODD1 : Pas de pauvreté, l’ODD3 : Bonne santé et bien-être, l’ODD5 : Égalité entre les sexes, l’ODD8 : Travail décent et croissance économique, l’ODD12 : Consommation et production responsables, et l’ODD15 : Vie terrestre. Les liens étroits entre les différents ODD exigent une collaboration rapprochée entre les secteurs et les industries, allant de la santé humaine et la justice sociale à la santé des écosystèmes en passant par le changement climatique.

L’eau potable et les terres agricoles se réduisent comme peau de chagrin, la croissance démographique et les impacts du changement climatique se font de plus en plus ressentir sur des systèmes alimentaires déjà sous forte pression : les gouvernements, la société civile et le grand public doivent travailler de concert pour relever ces défis mondiaux. En retour, une population mieux nourrie sera plus productive, nécessitera moins de de soins de santé et sera davantage en mesure d’atténuer les risques.

Une collaboration intersectorielle pour un impact plus vaste

Comme le président du Groupe d’experts de haut niveau sur la sécurité alimentaire et la nutrition de l’ONU, Patrick Caron, l’a souligné dans sa présentation, l’ODD2 « Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable » regroupe différent éléments. La faim, la sécurité alimentaire et nutritionnelle, ainsi que l’agriculture durable constituent des cibles distinctes qui se chevauchent et sont interconnectées. Néanmoins, la réalisation de l’une des trois n’implique pas nécessairement que les deux autres seront atteintes.

M. Caron a expliqué que l’ODD2 comporte en fait cinq objectifs liés entre eux : éliminer la faim ; mettre fin à toutes les formes de malnutrition ; doubler la productivité agricole et les revenus des petits producteurs ; assurer la viabilité des systèmes de production alimentaire ; et préserver la diversité génétique. Les situations très diverses abordées dans l’ODD2 requièrent des solutions différentes, a affirmé M. Caron, soulignant que des innovations et initiatives locales sont nécessaires pour développer et renforcer le capital social afin que les communautés puissent relever ces défis.

Même si des preuves tangibles montrent que nous avons suffisamment de denrées alimentaires pour nourrir la population mondiale, près de 800 millions de personnes souffrent actuellement de la faim. L’élimination de la faim et de toutes les formes de malnutrition ne se limite pas à l’augmentation de la production alimentaire, elle implique d’améliorer la qualité et la valeur nutritive des aliments, d’augmenter les revenus et de renforcer les systèmes alimentaires, pour garantir que tout le monde ait accès à une alimentation saine. Pour éradiquer efficacement la faim et la malnutrition, il est donc nécessaire de déployer des mesures de protection sociale, qui visent à accroître les revenus des ménages défavorisés et leurs capacités à gérer les risques, comme des initiatives ciblées en matière de nutrition et des investissements dans des activités productives en faveur des plus démunis.

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!