Le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) confirme sa fermeture pour la fin 2020.
Leading image

Vouch Digital, première entreprise de services digitaux pour l'agriculture dirigée par une femme, en Ouganda

Blog

Vouch Digital (right) emerged as one of the winners of the VALUE4HER Agripreneur award, at the 2019 Africa Women Innovation & Entrepreneurship Forum (AWIEF)

© AWIEF

Blog

La région de Karamoja, en Ouganda, confrontée à une famine et une sécheresse récurrentes, bénéficie d’interventions considérables en matière de développement menées par des agences de développement, des ONG, des gouvernements et des entreprises privées. La plupart de ces initiatives, sinon toutes, ont un point commun : le manque de transparence et de redevabilité. Dans un tel contexte, les organisations sont incapables de savoir si leurs actions atteignent les bénéficiaires visés.

En tant qu’informaticienne et entrepreneuse, je me suis posé plusieurs questions. Comment les organisations peuvent-elles évaluer en temps réel l’impact de leur investissement ? Comment rendre le processus plus efficace ?

Ces questions, associées à la volonté de faire progresser le programme de développement agricole, ont donné naissance à la première entreprise de services digitaux dirigée par une femme en Ouganda : Vouch Digital. Cette plateforme aide le gouvernement, le secteur privé et les agences de développement à distribuer les ressources, envoyer des paiements et évaluer leur incidence plus facilement et efficacement. La plateforme génère des bons électroniques personnalisés qui sont ensuite envoyés sur les téléphones portables des utilisateurs finaux via des plateformes USSD. En collaboration avec l’organisation chargée de la mise en œuvre du projet, nous recueillons des informations de base sur les agriculteurs, puis nous adaptons les bons à leurs besoins spécifiques. L’agriculteur peut alors apporter le bon numérique à un commerçant qui vend un produit (semences ou cultures) et qui lui échange ensuite contre le bon.

Ce processus permet de vérifier avec qui, quand et où la transaction a eu lieu, et aide ainsi l’agence de développement à suivre l’évolution et les résultats du programme. Les bénéficiaires, grâce à la plateforme, obtiennent exactement les produits et services auxquels ils ont droit et les organisations disposent d’un allié qui les aide à savoir qui sont leurs bénéficiaires, à effectuer des suivis et à les mettre en relation avec d’autres programmes.

Le créneau commercial occupé par Vouch Digital consiste donc à simplifier la gestion des biens et des services, du donateur jusqu’au bénéficiaire. Depuis son lancement en 2017, quelque 100 000 agriculteurs ont utilisé la plateforme, générant des transactions d’une valeur de près de 3 milliards UGX.

L’avenir des femmes dans l’agrotechnologie

A l’ère du progrès technologique, je suis ravie de constater que Vouch Digital est une initiative qui arrive à point nommé et qui s’inscrit dans le droit fil des interventions de développement continental de plus grande envergure, comme le projet VALUE4HER du CTA. C’est dans ce contexte que Vouch Digital a été l’un des lauréats du prix Agripreneuse VALUE4HER et a reçu un prix en espèces de 2 000 € lors du Forum des femmes africaines pour l’innovation et l’entrepreneuriat (AWIEF) de 2019, organisé en partenariat avec le CTA. Le projet VALUE4HER vise à soutenir les entrepreneuses en Afrique et à encourager l’expansion des entreprises et la création de valeur ajoutée au profit des entreprises dirigées par des femmes tout au long des chaînes de valeur agricoles.

VALUE4HERConnect est une platerforme développeé par le CTA et ses partenaires qui mérite d’être louée. Elle plateforme permet de créer un réseau de femmes avec lesquelles il est possible d’entrer en contact et de discuter des enjeux et des débouchés commerciaux. Il s’agit d’un outil essentiel pour encourager la participation des femmes dans le secteur agroalimentaire en Afrique et dans le monde.

Le prix en espèces remis à Vouch Digital est arrivé à point nommé : nous avions prévu de développer une application pour smartphone. Nous avons également l’intention de mettre en place de nouveaux partenariats en 2020 afin d’accéder à de nouveaux marchés et de renforcer notre contribution au développement agricole en utilisant les technologies numériques.

L’AWIEF a également été pour moi l’occasion d’interagir avec des femmes qui dirigent différents types d’entreprises agricoles en Afrique. Le fait de discuter avec des femmes pionnières en matière de création d’entreprises et de tirer des enseignements de leur expérience est pour moi une grande source d’inspiration. Ces échanges m’ont permis de prendre conscience que les défis que nous rencontrons sont similaires et que, grâce à VALUE4HER, nous disposons d’une plateforme via laquelle nous pouvons nous aider mutuellement à mieux gérer le secteur agroalimentaire. Je suis également convaincue que l’avenir s’annonce prometteur pour les femmes dans l’agrotechnologie. Lorsque les femmes, qui sont les principales actrices du monde agricole, interagiront avec les technologies, plus rien ne pourra les arrêter.

#VALUE4HERConnect : la première plateforme numérique africaine consacrée aux agro-entreprises dirigées par des femmes

par

Grâce à la nouvelle plateforme numérique #VALUE4HERConnect, les agripreneuses peuvent facilement communiquer entre elles, accéder à des informations sur les marchés et à des formations, et s’impliquer davantage dans l’écosystème national, continental et mondial des agro-entreprises.

VALUE4HER : connecter les femmes à de nouveaux marchés

par

L’initiative VALUE4HER a organisé, en juin 2019, une foire commerciale B2B à Nairobi, au Kenya, afin de promouvoir les interactions et la mise en relation entre agripreneuses africaines, investisseurs et partenaires commerciaux potentiels. Sabdiyo Dido revient sur les objectifs et les résultats de l'événement.

Réduire le fossé numérique entre les sexes et offrir des perspectives aux femmes dans le secteur de l’agriculture

par et

Les technologies de l'information et de la communication (TIC) sont promues en tant qu’approche d’égalité des chances – mais l’accent n’est pas toujours mis sur les femmes. Plusieurs initiatives africaines mettent en avant le rôle clé que l’information et les connaissances peuvent jouer dans l’amélioration de la productivité agricole et de la rentabilité des exploitations agroalimentaires dirigées par les femmes.

Les réseaux numériques améliorent les perspectives financières des agripreneuses

par et

Alors que le secteur agricole pourrait garantir la sécurité alimentaire, les établissements financiers financent peu l’agriculture et les agriculteurs. Les agricultrices et les agripreneuses citent l’accès au financement comme leur principale difficulté. Nombre d’entre elles gèrent des exploitations informelles. De très nombreuses conditions sont nécessaires à l’expansion de leurs activités mais possibles à mettre en place.

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!