Leading image

Des organisations paysannes promeuvent l’esprit d’entreprise chez les jeunes – Enseignements tirés au Zimbabwe

Blog

Les organisations d’agriculteurs ont un rôle clé à jouer pour encourager et aider les jeunes à s’épanouir dans le secteur agricole.

© Zimbabwe Farmer's Union (ZFU)

par Mariam Kadzamira , Shadreck Hungwe et Prince Kuipa

Blog

Les organisations paysannes jouent un rôle essentiel pour encourager les jeunes à rester dans le secteur de l’agriculture et à opter pour une activité professionnelle dans la filière agricole. Atout important s’il en est, elles ont un énorme potentiel s’agissant de convaincre les jeunes de devenir des agripreneurs prospères, car elles leur offrent la possibilité de se former et d’améliorer leurs compétences ainsi que de nouer des liens avec des acteurs clés de la chaîne de valeur agricole.

Citons à titre d’exemple la Zimbabwe Farmers Union (ZFU) : le principal programme en faveur de la jeunesse est né d’un projet financé par l’UNICEF, FIT FOR LIFE, qui a bénéficié à un peu plus de 30 000 jeunes entre 2013 et 2015 dans cinq provinces rurales du Zimbabwe. Il a ciblé des jeunes en difficulté de 15 à 18 ans qui avaient arrêté l’école dans l’enseignement primaire.

Le programme compte plusieurs volets :

  • Des cours d’alphabétisation et de numératie fonctionnelles, pour amener les jeunes à maîtriser l’anglais et des concepts élémentaires en mathématiques et, ainsi, leur permettre de continuer à se former. Le matériel pédagogique élaboré foisonne d’exemples tirés de l’agribusiness et de l’agriculture pour qu’il soit plus pertinent.
  • Une formation technique en agriculture, avec la possibilité de choisir des stages dans diverses exploitations, notamment chez de petits éleveurs et des cultivateurs ayant opté pour le modèle de la production durable. Les jeunes qui ont bien travaillé lors de cette phase ont suivi une formation intensive dans une école agricole officielle, sanctionnée par un diplôme en agriculture. Quelque 200 jeunes ont été sélectionnés pour suivre cette formation et 16 d’entre eux (dont 4 femmes) ont été engagés dans des exploitations agricoles ou dans l’agribusiness. Les autres travaillent dans l’exploitation familiale et bon nombre d’entre eux ont reçu de leur famille des terres qu’ils cultivent seuls.
  • Les relations commerciales : ce volet a permis aux jeunes de nouer des contacts avec les marchés d’intrants, les marchés d’extrants/ de produits et le secteur de la finance.

Le projet FIT FOR LIFE s’est terminé en 2015, mais il a donné lieu à la création de Young Farmers Clubs sous la houlette de la ZFU et de la Federation of Young Farmers Clubs, grâce à un financement de la banque Barclays. Cette banque a engagé au total 200 000 $ (soit 178 000 €) en 2015 et en 2016 et 70 000 $ (soit 62 300 €) en 2017. Les fonds ont été versés à la ZFU qui en a utilisé une partie pour accorder des microcrédits aux jeunes désireux de se lancer dans l’agribusiness et a, avec le reste, financé la formation des jeunes dans divers domaines, dont la gestion d’une exploitation, l’alphabétisation financière, la mise en réseau interpersonnelle, les négociations commerciales et le marketing. La banque Barclays a également accordé 100 bourses de microprojet d’une valeur maximale de 1 000 $ (889 €) à des clubs de jeunes agriculteurs, ce qui a aidé ces clubs à créer des entreprises agroalimentaires pour leurs membres.

Fruit de ces initiatives, de nombreux jeunes se sont lancés dans l’agriculture durable et 200 projets au moins sont en cours dans les cinq provinces soutenues par l’intermédiaire du Young Farmers Club de la ZFU. Selon la dernière enquête, qui remonte à 2016, 178 jeunes travaillent dans l’agriculture.

La ZFU convie régulièrement les jeunes à des cours de recyclage dans tous les districts et provinces. Ces cours sont aussi l’occasion d’organiser des tables rondes autour de l’agribusiness et durant lesquelles des projets sont analysés avec l’aide d’experts en agriculture, en commerce, en finance et en marketing. Les jeunes sont ensuite réunis en séance plénière et peuvent entrer en interaction avec les experts et leur poser des questions. Ces événements suscitent un très grand engouement.

Enseignements tirés

Un certain nombre d’enseignements importants ont été tirés du programme mené au Zimbabwe dans le but de promouvoir l’esprit d’entreprise chez les jeunes dans le secteur de l’agriculture :

  • Pour permettre aux jeunes marginalisés de créer une entreprise prospère dans le secteur de l’agriculture, une approche intégrée et systématique s’impose à divers égards, à savoir le développement des compétences, le financement des start-up et les mesures visant à faciliter l’action collective par l’intermédiaire d’institutions telles que les clubs de jeunes agriculteurs. Les organisations paysannes sont un bon canal à utiliser à cet effet.
  • Pour permettre aux jeunes de réussir dans leur projet, des organisations paysannes et d’autres institutions susceptibles de faciliter les choses doivent leur proposer un soutien durant tout le processus, du choix de l’activité au marketing des produits. De la sorte, les jeunes peuvent acquérir des compétences spécifiques en plus que celles qui leur sont inculquées dans le cadre plus formel des sessions de formation.
  • Les organisations paysannes doivent de préférence inclure dans leur stratégie globale une stratégie explicitement axée sur les jeunes, car elles sont bien placées pour accéder au financement, promouvoir l’esprit d’entreprise chez les jeunes et renforcer leurs institutions. Une fois définie la stratégie en faveur des jeunes, des fonds peuvent être utilisés pour cibler les jeunes agriculteurs. De plus, la plupart des organisations paysannes sont aussi des plateformes qui permettent aux agriculteurs d’entrer sur les marchés et de découvrir des débouchés commerciaux – il est donc crucial de faire en sorte que les jeunes ne soient pas laissés de côté.

Cet article a été rédigé dans le cadre d’une initiative menée par le CTA visant à documenter et à partager les connaissances exploitables sur les approches agricoles efficaces pour l’agriculture des pays ACP. Il capitalise sur les connaissances, les enseignements et les expériences pratiques afin de documenter et d’orienter la mise en œuvre de projets axés sur l’agriculture pour le développement.

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!