Leading image

Perspectives de jeunes agripreneurs des pays ACP

Blog

par , et

Blog

Dans la plupart des pays en développement, l’agriculture est la première source d’emplois en milieu rural. De nombreux jeunes considèrent ce secteur comme une activité relevant de l’ancienne génération et préfèrent l’éviter. Ils migrent souvent en région urbaine à la recherche d’horizons meilleurs. Ici, nous présentons l’expérience fructueuse de deux jeunes agripreneurs du Nigeria et de Jamaïque qui ont lancé des start-up plutôt que de quitter le milieu rural. Leur histoire pourrait inspirer un avenir dans l’agriculture à d’autres jeunes.

Un réseau bio géré par des jeunes offre des emplois à d’autres jeunes

Springboard est une entreprise sociale nigériane, lancée en 2008 par Lawrence Afere et sa femme Helen, en pleine expansion qui a créé un réseau d’agriculteurs biologiques. Avec désormais plus de 3 000 membres, la croissance du réseau est stimulée par des formations entre agriculteurs ruraux. Ces formations portent essentiellement sur l’agriculture biologique ainsi que sur la production et la transformation du plantain et du maïs en particulier.

Tous deux âgés de 24 ans seulement lorsqu’ils ont fondé l’entreprise, Lawrence et Helen Afere étaient surtout motivés par leur désir de remédier au grave problème du chômage des jeunes au Nigeria. Springboard est une source d’emplois pour les jeunes et compte actuellement 21 collaborateurs à temps plein et 10 à temps partiel. L’entreprise propose aussi des formations sur la transformation des produits agricoles, qui aident les jeunes à lancer leur propre entreprise et à assurer leurs moyens d’existence. Springboard cherche désormais à élargir ses opérations à travers le développement d’une coopérative nationale d’agriculteurs biologiques, qui entend créer des bureaux ruraux pour les formations entre pairs, la valorisation des produits et le conditionnement.

Malgré sa réussite, l’entreprise a aussi connu des revers. « Le secteur agricole est compliqué, mais j’espère que mon histoire encouragera d’autres jeunes à devenir agripreneurs, déclare Lawrence Afere. Je leur conseille vivement de faire preuve de patience, même lorsque des structures sociales telles que la famille les encouragent à se lancer dans d’autres carrières, à devenir riches rapidement et à pourvoir aux besoin du ménage. »

La blockchain aide les agriculteurs non bancarisés

Après des études d’informatique, le Jamaïcain Varun Baker, 34 ans, était désireux d’utiliser ses connaissances en technologies de l’information et de la communication pour créer une agroentreprise. Il en a résulté Farm Credibly, une start-up qui utilise la blockchain pour aider les agriculteurs à accéder au crédit et à l’assurance. Farm Credibly, fondée en 2017, utilise la technologie pour gérer les données des petits exploitants et les fournir aux institutions de crédit, permettant ainsi aux producteurs non bancarisés d’avoir un meilleur accès aux prêts et aux assurances. Lorsqu’une institution de crédit a accès à des données vérifiées sur un agriculteur, comme ses pertes et profits, elle est plus susceptible de lui octroyer un prêt, puisqu’elle a davantage confiance en sa capacité à la rembourser.

L’agroentreprise compte désormais trois collaborateurs et Varun Baker espère bien qu’elle continuera à se développer. « Aux Caraïbes, il est difficile de recruter des personnes talentueuses et expérimentées, alors j’encourage les jeunes à rejoindre la secteur. Mais il est important qu’ils soient très motivés s’ils veulent se lancer dans l’agriculture, étant donné que le secteur est en pleine modernisation et que le processus peut par conséquent être frustrant. »

Cet article a été rédigé dans le cadre d’une initiative menée par le CTA visant à documenter et à partager les connaissances exploitables sur les approches agricoles efficaces pour l’agriculture des pays ACP. Il capitalise sur les connaissances, les enseignements et les expériences pratiques afin de documenter et d’orienter la mise en œuvre de projets axés sur l’agriculture pour le développement.

Comment la blockchain facilite l’accès des jeunes agriculteurs des Caraïbes au financement ?

par

Il est largement admis que l'accès au financement est l'un des principaux obstacles à la participation d’un plus grand nombre de jeunes au secteur agricole. Varun Baker, jeune entrepreneur jamaïcain et lauréat du concours Pitch AgriHack 2018 du CTA, explique pourquoi il est convaincu que la technologie de la blockchain peut contribuer à relever ce défi – et comment sa propre start-up Farm Credibly utilise cette technologie pour améliorer l'accès au financement des agriculteurs non bancarisés.

Une idée d’agro-entreprise mais pas d’argent ? Soyez créatif !

par et

Vous êtes convaincu d’avoir trouvé un concept génial de start-up agricole. Mais qu’en est-il du financement ? De jeunes agripreneurs nous prouvent qu’il n’y a pas qu’une seule manière de trouver des fonds pour concrétiser un business plan : la nécessité est la mère de l’invention !

Des fonds de garantie libèrent des financements pour l’agripreneuriat en Afrique de l’Ouest

par

Pour les cultivateurs de riz d’Afrique subsaharienne, la préparation à temps des champs et la récolte de cette céréale constituent un défi majeur. Un nouveau modèle d’entreprise porté par les jeunes offre des services de mécanisation aux agriculteurs afin de faciliter des activités telles que la préparation du sol et la récolte, ce qui les aide à renforcer leur production et par conséquent à améliorer leurs revenus.

Quand une passion devient un business rentable – pourquoi l’agriculture est si gratifiante

par et

De plus en plus de jeunes entrepreneurs imaginatifs, débrouillards et audacieux se lancent dans l’agriculture. Contrairement à leurs parents et à leurs grands-parents, dont le travail dans les champs était souvent synonyme de corvées et de pauvreté, la nouvelle génération d’agriculteurs et d’agripreneurs aime ce qu’elle fait.

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!