Leading image

Soutenir l’émergence de la prochaine génération d’agriculteurs par l’entrepreneuriat des jeunes

Wednesday, 7 November 2018 Mis à jour le Tuesday, 20 November 2018

par Clare Pedrick - Journalist and Communications Consultant Specialised in Development and Environmental Issues

Les chiffres sont éloquents : alors que la population mondiale ne cesse de rajeunir, la population agricole est quant à elle de plus en plus âgée. Cette tendance est particulièrement perceptible en Afrique, où l’âge moyen des agriculteurs dépasse aujourd’hui les 60 ans. Le nombre de jeunes – la tranche des 15 à 24 ans ¬– devrait franchir le cap du 1,3 milliard d'ici 2050 (UNDECA, 2011). La plupart d’entre eux naîtront dans les pays en développement d’Afrique et d’Asie, où plus de la moitié de la population vit encore dans des zones rurales.

Le CTA organise cette semaine un atelier en vue d’examiner des pistes pour relever ce défi. L’objectif de cet événement, qui réunira près de 30 participants originaires de divers pays ACP au siège du CTA à Wageningen (Pays-Bas), est de mieux comprendre le rôle que peuvent jouer ici l’entrepreneuriat des jeunes et la création d’emplois décents pour les jeunes, ainsi que de tirer les principaux enseignements des initiatives menées à ce jour. L’accent sera mis surtout sur les possibilités offertes dans le domaine du numérique.

« La promotion de l’entrepreneuriat des jeunes est l'un des principaux domaines d'intervention du CTA, et nous misons donc sur les jeunes pour soutenir l’émergence de la prochaine génération d’agriculteurs dans les pays ACP », a indiqué Thierry Doudet, ancien chef de programme de la gestion des connaissances et de la communication au CTA. « L'idée est de capitaliser les expériences et d’identifier les approches qui sont vraiment efficaces. »

Cet atelier est le deuxième d’une série de quatre ateliers de capitalisation d’expériences organisés par le CTA. Pendant ces trois jours, les participants s’emploieront à mettre en lumière des données probantes et des enseignements essentiels. Ceux-ci seront diffusés auprès d’un plus large public sous la forme d’outils de connaissance – documents, blogs et reportages multimédias, appuyés par une campagne dans les médias sociaux.

Etant donné la nécessité d’augmenter toujours plus la production alimentaire, la hausse croissante du chômage des jeunes et une urbanisation accrue, le défi est d’identifier comment inciter les jeunes des pays ACP à se lancer dans le secteur de l’agriculture.

« Les jeunes qui n’ont pas d’emploi représentent un risque pour la société, qui peut s’en trouver déstabilisée », a déclaré Michael Sudarkasa, directeur général d'Africa Business Group, une société sud-africaine de développement économique, et fondateur de la Global African Agribusiness Accelerator Platform (GAAAP) qui s’emploie à promouvoir l’agripreneuriat des jeunes au Kenya, en Afrique du Sud, en Ouganda et en Zambie. « Nous devons identifier des pistes pour intégrer les jeunes dans l’économie.

Dans les régions rurales, les jeunes sont confrontés à une série de défis spécifiques comme l’accès limité à la terre, aux compétences, au financement et aux marchés. Mais il faut surtout améliorer la vision qu’ont les jeunes de l’agriculture, qui, pour beaucoup d’entre eux, est aujourd’hui synonyme de travail particulièrement pénible et très faiblement rémunéré dans conditions difficiles.

« L’agriculture souffre de nombreux préjugés », déplore M. Sudarkasa. « Dans le domaine de l’agripreneuriat, les modèles que peuvent être les agripreneurs qui ont réussi sont trop peu nombreux. Les agriculteurs eux-mêmes incitent rarement leurs enfants à se lancer dans ce secteur. »

La forte demande des consommateurs, liée à la croissance démographique, est l’une des nombreuses opportunités que pourraient exploiter les jeunes entrepreneurs. Cette demande concerne essentiellement les produits alimentaires et agro-alimentaires. Tous les maillons de la chaîne de valeur sont ici concernés. Durant l’atelier, les participants se pencheront sur les initiatives et les approches concrètes susceptibles d'avoir un impact, ainsi que sur celles qui n’ont pas débouché sur les résultats escomptés. Ils les consigneront ensuite par écrit dans leurs conclusions.

« Au cours de ces dix dernières années, presque tous les donateurs ont investi massivement dans l'entrepreneuriat des jeunes dans la plupart des pays ACP. Pourtant, les résultats tardent à se faire sentir en raison des très nombreux obstacles rencontrés sur le terrain – problème d’accès à la terre et au financement, absence d’accompagnement ou de mentorat », indique Vincent Fautrel, coordinateur de programme senior au CTA pour le développement des filières agricoles . « Il faut donc absolument tester différents modèles afin d’identifier les plus efficaces – et dans quel contexte – avant de les diffuser à plus grande échelle. C’est exactement ce qui fait le CTA dans ses différents projets. »

Soutenir l’émergence de la prochaine génération d’agriculteurs par l’entrepreneuriat des jeunes
Emplacement:

Abonnez-vous à la newsletter CTA