Leading image
l’agriculture intelligente face au climat

Climat

Le changement climatique a déjà un impact sur la productivité agricole, particulièrement pour les petits producteurs pauvres. A l’horizon 2030, 90 % des principales cultures mondiales (maïs, riz et blé) verront leurs rendements stagner ou diminuer suite à ce phénomène. Il est dès lors essentiel d’aider les agriculteurs à adopter des pratiques intelligentes face au climat et de garantir ainsi leurs moyens d’existence.

Notre approche

Pour que l’agriculture intelligente face au climat (AIC) tienne ses promesses, il faut mettre en place des mécanismes innovants et soutenus par le marché. Le soutien à ces innovations – semences résistantes au stress, assurance climatique et nouveaux modèles de financement liés au climat – s’appuie sur les mécanismes de marché existants et sur de nouvelles solutions de Technologies de l'information et de la communication (TIC). Parallèlement, le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) continue recueillir des données prouvant les avantages de l’AIC pour les exploitations des pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique.

Aussi la poursuite de nos partenariats sur le terrain ou avec des intermédiaires (agrobusiness, assureurs et services météorologiques), générateurs de connaissances et responsables politiques est essentielle.

Histoires d'impact

CHIFFRES CLÉS

Le CTA recueille des données prouvant les avantages de l’AIC dans les pays ACP

74K

AGRICULTEURS PROFILÉS NUMÉRIQUEMENT

48,5K

agriculteurs reçoivent des services météorologiques par voie électronique

8K

agriculteurs ont des informations sur les semences résistantes à la sécheresse

400

AGRO-CONCESSIONNAIRES FORMÉES À LA AIC ET À LA TOLÉRANCE À LA SÉCHERESSE

Le CTA et l’agriculture intelligente face au climat

dans Blog

Nigéria : faire des déchets de manioc une richesse dans la stratégie d’atténuation du changement climatique

par

Au Nigéria, production et transformation de manioc génèrent d’importantes quantités de déchets et de résidus dangereux. Ces déchets contribuent aux émissions de gaz à effet de serre (GES). Une intervention innovante et intelligente face au changement climatique consiste à transformer les épluchures de manioc en aliments pour animaux. La valorisation réduit la demande de maïs pour l’alimentation animale, crée de nouveaux débouchés commerciaux à partir des déchets tout en diminuant les risques liés aux déchets et les émissions de GES.

Lire la suite