Le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) confirme sa fermeture pour la fin 2020.
Leading image

Climat

Les gouvernements des îles du Pacifique sont souvent en mesure de mobiliser des fonds internationaux pour soutenir les opérations de secours et les efforts de redressement après une catastrophe, mais seulement 6 % environ des besoins de réhabilitation sont généralement couverts.

© Aleta Moriarty / World Bank

par et

Depuis 20 ans, les phénomènes météorologiques extrêmes commes les cyclones ou les inondations et d’autres catastrophes naturelles telles que les éruptions volcaniques coûtent des milliards de dollars de dommages et de pertes aux Etats insulaires du Pacifique (EIP). Ces pays, en raison de leur petite taille et de la nature diversifiée de leurs systèmes de production agricole, n’attirent pas les investissements des assureurs privés.

par et

Le changement climatique représente l'un des grands enjeux de notre siècle. Le défi est immense mais des solutions existent. Dans cet article, le Dr Oluyede Ajayi et Mariam Kadzamira détaillent comment le CTA a couplé l'assurance basée sur un indice climatique à d'autres services afin de renforcer la résilience de 140 000 familles de petits exploitants en Afrique australe.

Les efforts du CTA pour promouvoir l'adoption d'une offre groupée de solutions d’agriculture intelligente face au climat par 60 000 petits exploitants agricoles de Zambie ont bénéficié d’un important coup de pouce en 2019. Le gouvernement zambien a en effet confié à un des partenaires du projet la mission de développer un produit d’assurance climatique susceptible d’être adoptée par 1,5 million de petits producteurs du pays.

par

Au Nigéria, production et transformation de manioc génèrent d’importantes quantités de déchets et de résidus dangereux. Ces déchets contribuent aux émissions de gaz à effet de serre (GES). Une intervention innovante et intelligente face au changement climatique consiste à transformer les épluchures de manioc en aliments pour animaux. La valorisation réduit la demande de maïs pour l’alimentation animale, crée de nouveaux débouchés commerciaux à partir des déchets tout en diminuant les risques liés aux déchets et les émissions de GES.

par

L'une des conditions posées par le Centre international pour la recherche en agroforesterie (World Agroforestry) pour qu’il finance la participation des délégués au 4e Congrès mondial d’agroforesterie était que ceux-ci suivent préalablement une formation sur les contributions déterminées au niveau national (CDN) au titre de l’accord de Paris sur le climat de 2015. Cette formation ne leur a pas seulement ouvert les yeux, elle a également changé leur vie.

par , et

Malgré la concurrence entre les entreprises agricoles et d’élevage, il est possible d’introduire des systèmes intégrant agriculture et élevage et générer ainsi des synergies au bénéfice de systèmes de production intelligents face au climat et plus résilients. Pour cela, il y a lieu de bien comprendre les arbitrages nécessaires et d’exploiter les possibilités offertes par une telle intégration.

par et

La Jamaïque, de plus en plus confrontée aux effets du changement climatique qui menacent la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance de ses habitants, mise sur les réseaux de politique pour diffuser les pratiques et méthodes de l’agriculture intelligente face au climat. Ces approches améliorent en effet la résilience des agriculteurs et les aident à rester productifs en cas de phénomènes météorologiques extrêmes.

par , , et

Au début de chaque saison, les agriculteurs doivent prendre une décision importante : choisir leurs semences et trouver des fournisseurs. Une décision capitale dans le contexte du changement climatique. Dans le cadre d’un projet du CTA pour aider les agriculteurs face aux sécheresses et autres phénomènes météorologiques extrêmes, des foires aux semences sont organisées en Zambie. L’objectif ? Améliorer l'accès des petits exploitants agricoles à des semences de qualité qui leur permettront de cultiver des variétés de maïs résistantes au stress.

par et

Les publications sur le changement climatique en Afrique épinglent souvent l’impact négatif de l’élevage et ses importantes émissions de gaz à effet de serre. Si certains animaux d’élevage rejettent beaucoup de gaz à effet de serre, ce n’est pas une raison pour montrer du doigt l’ensemble du secteur. Les poulets ont peu d’impact sur l’environnement et une faible empreinte carbone. Des travaux de recherche sont en cours pour que les petits éleveurs africains puissent adopter des techniques de production avicole intelligentes face au climat.

par et

L’Union des agriculteurs du Zimbabwe (Zimbabwe Farmers Union, ZFU) est convaincue qu'écoliers et étudiants peuvent être à la pointe de la sensibilisation au changement climatique et des efforts visant à en atténuer les effets. Le changement climatique constitue en effet une menace majeure pour la sécurité alimentaire dans la région.

par

L’agriculture intelligente face au climat (AIC), qui comprend une série de techniques de production et d’intrants qui aident les agriculteurs à s’adapter aux modifications des conditions météorologiques, est promue dans le cadre de l’initiative climato-intelligente du CTA en Afrique australe, qui vise à renforcer la résilience au changement climatique et les revenus des agriculteurs.

par et

L'agriculture intelligente face au climat (AIC) pourrait bien changer la donne pour les petits exploitants d’Afrique. Beaucoup d’entre eux subissent en effet l’impact de la hausse des températures et de la multiplication des inondations et des sécheresses qui diminuent leur productivité et leurs bénéfices. Des efforts sont donc nécessaires pour inciter le plus grand nombre d’entre eux à adopter des pratiques agricoles intelligentes face au climat.

par , et

Les banques de semences communautaires permettent d’améliorer de manière durable l’accès à des semences à valeur élevée, en créant des entreprises communautaires viables et en protégeant la biodiversité. De plus, ces banques contribuent à l’adaptation des agriculteurs. Elles participent en outre indirectement à la diversification des revenus des ménages, aux systèmes de semences communautaires et à l’égalité des femmes et des hommes au niveau des communautés.

par , , et

L’agriculture est le pilier de l’Ethiopie et du Mali et fait vivre la majeure partie de la population de ces deux pays. Mais le changement climatique a déjà un impact sur la sécurité alimentaire en raison de la fréquence accrue des phénomènes extrêmes et des régimes de précipitations imprévisibles. Les services d’avis agrométéorologiques aident certains agriculteurs à accroître leur production malgré ces difficultés.

par , , , et

Ce brief décrit les défis majeurs à relever pour l’assurance agricole à indice météorologique. Il s’appuie sur diverses expériences vécues en Afrique et en Amérique centrale, et passe en revue des éléments comme l’accessibilité, la qualité des données et des modèles météo, les connaissances des clients sur les assurances et leur confiance en ces produits, et les cadres politiques et réglementaires. Le déploiement est la première condition si on veut produire un véritable impact.

par et

Au Zimbabwe, le changement climatique apparaît comme la principale menace pour l’agriculture. Pour relever ce défi, une organisation paysanne de premier plan s’est associée à une société de télécommunications du secteur privé afin de proposer aux agriculteurs des produits et services groupés d’agriculture intelligente face au climat.

par , et

L'agriculture intelligente face au climat (AIC) gagne du terrain à mesure que les pays développent des technologies et des pratiques pour lutter contre les effets du changement climatique. Si le concept d’AIC peut sembler évident, il est complexe, d’autant que la plupart des pays n'ont pas mis au point des indicateurs précis pour les technologies et les pratiques dans ce domaine. Des questions subsistent sur les aspects particuliers à l’AIC et aux pratiques spécifiques qui doivent être mises en œuvre pour qu’on puisse parler d’AIC.

En Afrique, les changements climatiques et les régimes météo imprévisibles menacent les moyens de subsistance et la survie de dizaines de millions de petits agriculteurs, qui sont frappés de plein fouet si leurs cultures ne donnent rien ou si leur bétail meurt de faim. Un exemple : dans le nord du Kenya, des éleveurs ont perdu plus de 70 % de leur bétail à cause de la sécheresse en 2017. En Éthiopie, plus de 5 millions de personnes ont eu besoin d’aide alimentaire d’urgence et près de 2 millions de personnes ont été déplacées.

D’ici la fin du projet phare du CTA en Afrique australe en 2020, près de 140  000 petits agriculteurs zambiens, zimbabwéens et malawiens devraient avoir adopté une série de stratégies intelligentes face au climat, qui les aideront à affronter les sécheresses et l’imprévisibilité de la météo. A la fin de la première année de mise en œuvre, près de 75 000 agriculteurs ont bénéficié de la panoplie de solutions d’agriculture intelligente face au climat.