Leading image

Offrir des produits et services numériques groupés au profit de l’agriculture climato-intelligente au Zimbabwe

Blog

Informations météorologiques en temps réel et conseils agricoles aident les producteurs à lutter contre les effets du changement climatique.

© CTA

Blog

Au Zimbabwe, le changement climatique apparaît comme la principale menace pour l’agriculture. Pour relever ce défi, une organisation paysanne de premier plan s’est associée à une société de télécommunications du secteur privé afin de proposer aux agriculteurs des produits et services groupés d’agriculture intelligente face au climat.

Cette technologie mobile, qui combine une assurance climatique, des informations météorologiques en temps réel et localisées, ainsi que des conseils agricoles, aide les producteurs à combattre les effets du changement climatique.

Plus de 80 % des ménages ruraux vivent de l’agriculture au Zimbabwe, dont l’économie est donc essentiellement agraire. L’unique saison des pluies du pays est dès lors vitale pour plus de 70 % des petits exploitants. Mais les régimes pluviométriques sont de plus en plus irréguliers, incertains et imprévisibles, ce qui met les systèmes de production à petite échelle à rude épreuve. Les petits exploitants n’ont qu’un accès limité aux solutions d’adaptation existantes ou aux informations météorologiques qui pourraient les aider à surmonter les phénomènes météorologiques extrêmes et le changement climatique, qui affectent à leur tour la sécurité alimentaire, la nutrition et les revenus des ménages.

Deux obstacles en particulier empêchent actuellement les agriculteurs de profiter des solutions d’agriculture intelligente face au climat : l’adoption limitée des services d’assurance agricole qui permettent d’atténuer les chocs, ainsi que le piètre accès aux informations météorologiques en temps réel qui aident à prendre des décisions efficaces et en temps voulu.

Remédier aux faibles taux d’adoption

A ce jour, un nombre limité de petits exploitants ont souscrit à des assurances climatiques, en raison d’un manque de sensibilisation et de connaissances, de leur prix trop élevé, de leur mauvaise durabilité commerciale due au petit nombre de clients, ainsi que de l’absence d’un cadre réglementaire au Zimbabwe. Les autres obstacles à l’adoption des services numériques d’information météorologique incluent le manque de connaissances sur les technologies de l’information et de la communication (TIC), l’utilisation limitée des téléphones portables et autres gadgets TIC comme sources d’information sur le climat, ainsi que la faible capacité à interpréter ces informations. À cela s’ajoute l’incohérence entre les informations de différentes sources, l’insuffisance des instruments de mesure pour permettre aux agriculteurs de recueillir des données sur le terrain, l’inadéquation du contenu numérique vis-à-vis des systèmes de connaissances indigènes et le manque de structures de soutien adaptées.

L’Union des agriculteurs du Zimbabwe (Zimbabwe Farmers Union, ZFU) aide ses membres à lutter contre le changement climatique depuis près de dix ans. Depuis 2009, cette organisation paysanne principalement composée de petits exploitants met en œuvre des projets d’agriculture intelligente face au climat, qui visent en particulier à élargir l’adoption de ces technologies parmi les petits producteurs.

Plus récemment, la ZFU a collaboré avec Econet Wireless Zimbabwe pour promouvoir les assurances climatiques et la diffusion de conseils et d’avertissements agricoles à travers le programme ZFU EcoFarmer Combo. Ce forfait de services basé sur les TIC regroupe une assurance climatique, des informations météorologiques en temps réel et localisées, des conseils agricoles et une assurance obsèques pour un euro par mois, déduit du portefeuille mobile des agriculteurs (EcoCash), disponible sur leur téléphone portable.

L’approche de la ZFU et d’Econet Wireless Zimbabwe implique de nouer des partenariats et des alliances multi-acteurs pour atteindre un plus grand nombre d’agriculteurs, élargir leur champ d’action et pérenniser leurs activités. Grâce à sa coopération avec la ZFU, le secteur privé (Econet) se retrouve au cœur d’un mécanisme de fourniture de solutions TIC groupées, assurant ainsi leur viabilité.

Sensibilisation des agriculteurs

Le ZFU EcoFarmer Combo met particulièrement l’accent sur l’enregistrement numérique des agriculteurs à l’aide des téléphones portables. Comme les petits exploitants ne sont pas encore familiers de ces technologies, l’un des volets principaux de l’approche consiste à les sensibiliser et les impliquer à travers des activités de marketing et de promotion. La ZFU joue un rôle essentiel dans l’adoption et la durabilité à long terme du forfait, en mobilisant ses membres existants, sa base de données et ses structures infranationales.

L'expérience acquise en gérant ce programme montre la nécessité de davantage de vulgarisation en faveur des agriculteurs qui reçoivent des informations météorologiques, des conseils par SMS et des alertes relatives au bétail et au maïs sur leur téléphone portable. Pour ce faire, le projet offre des abonnements mensuels – d’une valeur d’un euro – au ZFU EcoFarmer Combo à 300 agents de vulgarisation qui vivent dans les 100 arrondissements cibles. Ils reçoivent ainsi les mêmes conseils que les agriculteurs. Chaque agent de vulgarisation organise ensuite des réunions avec les petits exploitants pour leur expliquer les implications pratiques pour les cultures et le bétail des informations météorologiques, conseils et alertes reçus. Au Zimbabwe, un vulgarisateur peut généralement atteindre 50 à 100 agriculteurs en une seule réunion de formation formelle. Les 300 agents ont donc le potentiel d’aider 15 000 à 30 000 agriculteurs à augmenter leur productivité grâce à des conseils sur l’AIC, si chacun organise au moins une réunion.

Le succès et la pérennité du ZFU EcoFarmer Combo reposent sur un business model qui crée une situation gagnant-gagnant pour tous les participants. Cette formule est attrayante pour l’acteur du secteur privé, Econet Wireless, et les agriculteurs en tirent profit via leur sensibilisation au changement climatique et le renforcement de leur résilience. A l’avenir, il est prévu d’intégrer des mesures d’atténuation du changement climatique, comme la formation des agriculteurs à la gestion des surfaces boisées, et de promouvoir les solutions d’énergie verte, comme les biodigesteurs et les technologies solaires.

Cet article a été rédigé dans le cadre d’une initiative menée par le CTA visant à documenter et à partager les connaissances exploitables sur les approches agricoles efficaces pour l’agriculture des pays ACP. Il capitalise sur les connaissances, les enseignements et les expériences pratiques afin de documenter et d’orienter la mise en œuvre de projets axés sur l’agriculture pour le développement.

Foires aux semences : un concept innovant et intelligent pour promouvoir les semences résistantes au stress

par , , et

Au début de chaque saison, les agriculteurs doivent prendre une décision importante : choisir leurs semences et trouver des fournisseurs. Une décision capitale dans le contexte du changement climatique. Dans le cadre d’un projet du CTA pour aider les agriculteurs face aux sécheresses et autres phénomènes météorologiques extrêmes, des foires aux semences sont organisées en Zambie. L’objectif ? Améliorer l'accès des petits exploitants agricoles à des semences de qualité qui leur permettront de cultiver des variétés de maïs résistantes au stress.

Les partenariats innovants basés sur la valeur partagée accélèrent la mise à l’échelle des solutions d’AIC

par et

De nombreuses innovations en matière d’agriculture intelligente face au climat (AIC) ont été développées pour aider les agriculteurs à atteindre le triple objectif de l’adaptation au changement climatique, du renforcement de la productivité et, si possible, de la réduction des émissions. Les enseignements tirés par des projets d'AIC dans trois pays soulignent à quel point le développement de valeur partagée entre les partenaires contribue à l’élargissement de l’AIC.

Adoption d’innovations agricoles climato-intelligentes en Afrique australe : être au courant ne suffit pas

par et

Certains disent que le savoir, c'est le pouvoir. A l'ère de la connaissance, information et idées sont présentées comme des « matières premières » aussi importantes que des ressources tangibles comme la terre, le travail et l'argent. Cela vaut également pour le secteur agricole. L’expérience acquise dans le cadre d’un projet visant à développer l’agriculture intelligente face au climat (AIC) en Afrique australe montre qu'à elles seules, la connaissance des innovations agricoles climato-intelligentes ne suffit pas à assurer leur adoption.

Des organisations paysannes promeuvent l’esprit d’entreprise chez les jeunes – Enseignements tirés au Zimbabwe

par , et

Les organisations paysannes jouent un rôle essentiel pour encourager les jeunes à rester dans le secteur de l’agriculture et à opter pour une activité professionnelle dans la filière agricole. Atout important s’il en est, elles ont un énorme potentiel s’agissant de convaincre les jeunes de devenir des agripreneurs prospères, car elles leur offrent la possibilité de se former et d’améliorer leurs compétences ainsi que de nouer des liens avec des acteurs clés de la chaîne de valeur agricole.

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!