Le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) confirme sa fermeture pour la fin 2020.
Leading image

Création de valeur via des prêts participatifs à fort impact pour les agriculteurs non bancarisés

Blog

Blockchain, a technology with big potential for farmers and value chains actors

© Pasko Maksim, ShutterStock

Blog

Les cryptomonnaies ont d’abord été utilisées pour les envois de fonds. Une monnaie numérique sans frontières peut en effet être utilisée pour transférer des fonds d’un pays à l’autre, bien plus rapidement et à moindre coût qu’avec les méthodes traditionnelles. La plateforme de prêts participatifs EthicHub s’est penchée sur les opportunités de ce système appliqué à l'agriculture. Jana Petkanic, du bureau d’EthicHub au Benelux, parle du projet de l’entreprise, basé sur la blockchain, mis en œuvre au Mexique.

Le défi

Dans les pays en développement, près de deux milliards de petits exploitants non bancarisés ont des difficultés à développer leurs activités en raison d’un manque de garanties, qui sont nécessaires pour avoir accès à des prêts abordables. Les crédits qui leur sont octroyés (souvent en espèces) sont souvent assortis de taux d’intérêt extrêmement élevés (supérieurs à 5-10 % par mois). Pour les institutions financières, les groupes de petits producteurs ne représentent pas une opportunité d’investissement attrayante. Ils constituent un risque trop élevé et n’empruntent que de petits montants, qui ne permettent pas de rentabiliser les frais administratifs.

La solution

EthicHub exploite les avantages de la blockchain au profit des petits exploitants non bancarisés ou marginalisés, dans le but de « démocratiser la finance et de rendre le crédit et les opportunités d’investissement accessibles à tous ». La plateforme de prêts participatifs de l’entreprise présente aux prêteurs un portefeuille de projets rentables avec un risque de défaut de remboursement inférieur à 3 %. La plateforme permet aussi des transactions entre pairs, dans le cadre desquelles des investisseurs individuels agissent collectivement en tant que prêteurs et peuvent entrer en contact avec les producteurs. Les investisseurs peuvent choisir librement leurs projets et constatent directement l’impact de leur investissement.

Pour les producteurs (emprunteurs), l’avantage de cette plateforme est qu’en l’absence d’intermédiaires financiers, ils remboursent leurs prêts à un taux plus bas. De plus, les antécédents en matière de crédit des emprunteurs sont bien documentés, et grâce à la blockchain, ne peuvent être modifiés. Depuis le premier trimestre de 2018, EthicHub a facilité le prêt de 40 000 $ à 60 agriculteurs de trois communautés mexicaines de l’Etat du Chiapas (Las Delicias, San Rafael et La Boquilla), qui sont tous à jour dans leurs remboursements.

L’application

Les prêts sont libellés dans la devise locale des agriculteurs - en pesos, dan le cas présent. Pour les changer dans une autre devise et transférer l’argent dans un autre pays, grâce à la blockchain, une cryptodevise est nécessaire : baptisée « DAI », sa valeur est définie en fonction d’un taux de change fixe par rapport au dollar américain.

Pour atténuer le risque de change et de défaut de remboursement, EthicHub a développé son propre token, Ethix, qui servira à alimenter un fonds d’indemnisation régi par un contrat intelligent. Ethix permet aussi de préserver la fiabilité des utilisateurs grâce à un programme de fidélisation et de récompense. Quand la structure de gouvernance de ce genre de systèmes est axée sur les détenteurs de tokens, les plus grands investisseurs peuvent essayer d’orienter les décisions dans leur intérêt et non dans celui du projet. En revanche, dans le système EthicHub, les principaux utilisateurs – les emprunteurs, les investisseurs et les personnes chargées d’identifier les projets – ont davantage de contrôle lorsqu’ils utilisent la plateforme et Ethix. Des droits de gouvernance leur sont octroyés en fonction du montant et du type de leur contribution – cet équilibre fera partie intégrante du déploiement de la gestion décentralisée. Les utilisateurs pourront ainsi réellement s’approprier la plateforme.

Soutien au projet

Les fondateurs d’EthicHub, Jori Ambruster, Pablo Chang et Raul Martinez, ont de l’expérience en matière de gestion d’entreprises européennes, de caféiculture et de commerce au Mexique. L’un d’entre eux a aussi géré une institution de microfinance au Mexique et octroyé des microcrédits à 8 000 petits exploitants avec un taux de défaillance inférieur à 3 %. Les fondateurs ont été actifs dans le secteur de la caféiculture et, après avoir découvert la technologie de la blockchain, ils ont fondé EthicHub en 2017. Le projet, porté par une formidable équipe, a depuis lors été présenté lors de forums sur la blockchain en Asie, en Europe, au Mexique et à New York.

Depuis son lancement, le projet a bénéficié d’un soutien international, notamment pour financer le développement du prototype du projet et mettre sur pied le premier bureau d’identification des projets au Chipas. EthicHub a été élu « Meilleur projet d’inclusion financière » par Blockchain4Humanity à LaBitConf à Bogota et « Start-up avec le plus grand impact social » par les Spanish Fintech Awards 2018. Il a aussi reçu le prix « Design for Development » de la Cooperacion Española lors de la Biennale de design ibéro-américain. L’UAM (une université publique espagnole) réalise une étude d’impact pour l’entreprise dans le cadre de son programme de Master en microfinance et inclusion financière.

Un dernier conseil

Les projets basés sur la blockchain sont étroitement liés aux communautés. Il est donc essentiel de renforcer les communautés sur la base de valeurs communes et d’une vision partagée. Cela prend du temps et il n’existe pas de recette miracle, mais gagner la confiance et le soutien des locaux est nécessaire pour garantir le succès d’un projet. Il faut trouver un réel problème à résoudre et commencer à l’échelle locale avant d’élargir ses activités au niveau mondial.

Cet article fait partie d'une série d'études de cas sur les applications blockchain pour l'agriculture, menée par l'Université de Wageningue pour le CTA. Retrouvez les autres études de cas sur cette page : https://www.cta.int/fr/blockchain.

Emplacement:

La blockchain, une opportunité pour une meilleure traçabilité du cacao durable en Côte d'Ivoire

par , et

La traçabilité est un enjeu majeur dans le secteur cacaoyer en Côte d'Ivoire. Pour Nitidae, la « blockchain » représente une solution pour lutter contre la fraude et favoriser une production éthique. L'ONG lyonnaise, avec l'appui du CTA et de Gaiachain, a mené de février 2019 à avril 2020, un projet avec une coopérative de la région de la Mé, en Côte d’Ivoire. Enseignements, bénéfices, perspectives : voici un premier bilan de l'expérience « Cocoblock ».

Travailler avec les communautés pour faciliter leur accès au crédit

par et

Hiveonline est une plateforme digitale qui instaure la confiance financière. Cette jeune start-up coopère avec des ONG, des commerçants et des institutions de microfinance afin de soutenir l’écosystème des petites entreprises. L’objectif est de contribuer au développement des communautés en leur donnant les moyens d’avoir accès au crédit et aux marchés. Entretien avec Sofie Blakstad, directrice et fondatrice de Hiveonline, pour évoquer son initiative et le rôle de la technologie de la « blockchain ».

Créer des chaînes d’approvisionnement fluides

par et

Binkabi est une plateforme qui permet de proposer, de négocier et de financer des produits agricoles par la blockchain. Son PDG et fondateur, Quan Le, nous explique les tenants et aboutissants de l’application et donne quelques conseils aux entrepreneurs intéressés par la technologie de la blockchain.

BenBen Ghana : autonomiser les citoyens grâce à la sécurité foncière

par

BenBen est une start-up ghanéenne spécialisée dans les régimes fonciers et les titres de propriété fondée en 2015. BenBen utilise la technologie des registres distribués (DLT) pour créer des plateformes numériques servant à sécuriser les transactions financières et foncières sur les marchés africains. L’objectif de BenBen est de développer l’infrastructure digitale pour permettre aux économies africaines d’exploiter tout le potentiel socioéconomique de leurs terres et de créer des marchés fonciers éthiques.

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!