Leading image

Exploiter la puissance des données

News

Digitalisation

En Afrique subsaharienne, les écarts de rendement – la différence entre le rendement potentiel d'une culture et son rendement réel – sont souvent élevés. De nombreux petits agriculteurs récoltent un quart, voire moins, des quantités de maïs, mil ou autres cultures de base qu’ils pourraient obtenir s’ils utilisaient des informations, technologies et intrants appropriés.

L’écart de rendement explique pourquoi, dans de nombreux pays, seuls 20 % de la production alimentaire est commercialisée, les petits exploitants utilisant le reste pour subvenir à leurs besoins alimentaires. Une situation à l’origine des faibles revenus des agriculteurs et d’une pauvreté rurale généralisée.

« L’amélioration de l’accès aux données pourrait accroître considérablement la productivité et la rentabilité des exploitations agricoles, » affirme Chris Addison, coordinateur senior du programme Data4Ag au CTA. Les activités gérées par Chris Addison et sa collègue Chipo Msengezi apportent à présent des changements réels et tangibles.

Depuis 2017, leur travail se concentre sur l’établissement du profil numérique des agriculteurs. A ce jour, le profil de plus de 85 000 membres de huit organisations paysannes africaines a été établi. Le profil offre des avantages. Il peut améliorer l’accès aux intrants et aux services de vulgarisation, inclure le type d’information dont les banques ont besoin pour octroyer un crédit ou aider les agriculteurs à trouver de nouveaux débouchés.

Un projet mené en Ouganda illustre comment les données ont changé la vie de petits exploitants. L’établissement du profil des producteurs de café, réalisé par la NUCAFE, l’Union nationale de l’agrobusiness et des entreprises agricoles de café, a permis à ces producteurs d’obtenir une certification internationale. Six mois après le lancement du projet financé par le CTA, des acheteurs internationaux italiens achetaient le café de ces cultivateurs 3,51 € / kg, contre 2,16 € / kg de café d’une qualité similaire mais non traçable. Cela se traduit par un revenu supplémentaire de 850 €, pour une plantation standard d’Arabica de 0,4 ha produisant 600 kg par an. « En 2018, plus de 3 000 agriculteurs ont vu leurs revenus augmenter de plus de 25 % grâce à la traçabilité et à l'accès aux marchés certifiés », explique M. Addison. Selon lui, dix fois plus de membres de la NUCAFE pourraient en profiter en 2019.

Le CTA gère aussi l’aspect renforcement des capacités du projet Global Open Data for Agriculture and Nutrition (GODAN), GODAN Action. Cette initiative encourage l'utilisation et le partage proactifs des données afin de rendre les informations sur l’agriculture et la nutrition accessibles et exploitables par tous.

Grâce à des sessions de formation individuelle, des webinaires et des formations en ligne, les utilisateurs de données ouvertes acquièrent les compétences dont ils ont besoin pour relever les défis de la sécurité alimentaire et de la nutrition. Lancé en 2017, GODAN Action a considérablement accru sa portée et son influence en 2018.

Quatre éditions du cours en ligne, conçues en 2017 lors d'un atelier hébergé par le CTA et organisé par l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), ont attiré plus de 3 000 participants, dont des « infomédiaires » (journalistes et personnes travaillant dans les TIC), des responsables politiques, des gestionnaires de projets, des chercheurs et des scientifiques. Les bénéficiaires de ces cours ont acquis une bonne compréhension des principes et avantages de l’utilisation des données ouvertes.

En septembre 2018, près de 1 500 personnes avaient participé aux webinaires du CTA sur les données ouvertes. Les participants ont posé des questions et reçu des explications sur un large éventail de sujets. Le CTA a estimé que ces webinaires pouvaient toucher un public important et encourager les communautés à partager leurs expériences. Plus de 4 000 personnes lisent chaque mois les ressources GODAN en ligne du CTA et les formateurs GODAN peuvent s’appuyer sur une communauté de pratique dynamique.

Selon André Laperrière, directeur exécutif de GODAN, le CTA a joué un rôle important dans la promotion de GODAN et ses activités. « Le CTA a apporté un appui utile dans de nombreux domaines, » explique-t-il. « Il a fourni des fonds, mais cet appui va bien au-delà du financement. Il a eu un impact important dans le renforcement des capacités et la formation et a contribué à influencer les décideurs politiques et autres acteurs, notamment en Afrique. »  

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!