Leading image

L’Afrique, les yeux dans le ciel

Impact story

Digitalisation

« La plupart des pays d’Afrique sont passés à côté de la révolution verte qui a transformé l’agriculture en Asie du Sud Est, mais nous n’allons pas rater la révolution numérique », assure le Dr Abdelaziz Lawani, professeur d’agrobusiness à l’Eastern Kentucky University (EKU) et fondateur de Global Partners, une start-up béninoise qui propose aux agriculteurs et autres acteurs une gamme de services par les drones.

Les drones et des applications novatrices issues des technologies numériques ont le mérite de fournir aux agriculteurs des données en temps réel qui leur permettent d’améliorer la gestion de leurs cultures, leur sol et leur bétail, de réduire les dégâts environnementaux et d’accroître leurs bénéfices. Ils attirent aussi les jeunes vers le secteur de l’agriculture et pourraient même enrayer l’exode des jeunes en milieu rural.

Le Dr Lawani est l’un des 11 opérateurs de drones qui ont participé à l’atelier de capitalisation d’expérience organisé par le CTA au Ghana en juin 2018. Les participants ont eu l’occasion de partager leurs expériences et difficultés et de tirer des enseignements des échecs et des succès des uns et des autres. « Nous avons décidé de continuer à collaborer d’une manière plus formelle, au sein d’un consortium », explique le Dr Lawani. Le consortium Africa Goes Digital compte désormais une trentaine de membres dans 17 pays d’Afrique, la plupart proposant des services liés à l’utilisation de drones. Le CTA a encouragé la création du consortium et appuyé son développement.

Avec l’appui du CTA, les opérateurs présents à l’atelier du Ghana ont au moins assisté à l’une des deux formations organisées en 2017 au siège parisien d'Airinov, une entreprise privée pionnière du drone agricole avec laquelle le CTA travaille en étroite collaboration. Ils y ont appris comment utiliser les drones et les capteurs multi spectraux et traiter les données recueillies par télédétection. Des drones et des capteurs leur ont également été fournis selon le principe du cofinancement.

« Les drones commencent vraiment à décoller en Afrique », explique Giacomo Rambaldi, coordonnateur senior de programmes TIC au CTA. « La demande de services explose, et l’Union africaine a pris en janvier 2018 la décision d’encourager les Etats membres à utiliser les drones pour accroître les rendements agricoles. » Le CTA a joué un rôle clé dans l’élaboration de la nouvelle politique.

Il y a toutefois de nombreux défis à relever pour intégrer l’utilisation des drones. C’est pourquoi le CTA aide ses partenaires non seulement à améliorer leurs compétences et leur gestion commerciale, mais aussi à comprendre comment évoluer dans un secteur dont la réglementation est souvent floue dans le cadre de son projet « Transformer l’agriculture africaine : Les yeux dans le ciel, les technologies intelligentes au sol » (2017-2019).

Les principaux clients des partenaires du CTA pour l’Afrique sont notamment des agro-entreprises, services publics, donateurs internationaux, ONG, universités et instituts de recherche, de grandes exploitations agricoles et des fédérations d’agriculteurs. Certains se livrent à des activités très variées dans des secteurs différents. Global Partners concentre par exemple ses activités sur l’agriculture, la planification des sols et la conservation de la biodiversité, mais est aussi devenu un grand centre de formation pour opérateurs de drones en Afrique de l’Ouest.

Le consortium Africa Goes Digital bénéficie des conseils du programme Enterprise Growth Services d’Ernst & Young (EY). Il facilitera la coopération et la mise en réseau des membres et défendra leurs intérêts. Point important : le consortium a commencé à faire connaître ses membres auprès d’agro-entreprises, d’agences de développement, d’ONG, de services publics et d’autres clients à la recherche de services liés aux drones.

Le Dr Lawani et ses collègues de l’EKU donnent dans leur faculté des cours sur la certification et l’utilisation des services de drones. Ils adaptent avec le consortium le programme de cours pour le dispenser en ligne aux opérateurs de drones en Afrique. Le programme sera conçu pour répondre aux besoins des différents pays d’Afrique en matière de réglementation. Les travaux sont en cours, mais des membres du consortium ont déjà eu des discussions avec des ministères au Bénin et ailleurs.

« Je crois vraiment qu’avec le consortium, nous pouvons changer les pratiques agricoles en Afrique », assure le Dr Lawani.  

Emplacement:

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!