Leading image

Solutions intelligentes, prêts ciblés et rendements en hausse

News

Digitalisation

Un des projets numériques les plus novateurs du CTA, le projet Service d’information ICT4Ag axé sur le marché et géré par les utilisateurs (MUIIS), a engrangé de bons résultats en 2018 et aidé de petits agriculteurs ougandais à augmenter leurs rendements et bénéfices. Lancé fin 2015 avec l’appui du ministère néerlandais des Affaires étrangères, le projet MUIIS vise à aider 200 000 agriculteurs ougandais à accroître leurs rendements de 25 % minimum et leurs bénéfices de 20 %.

En mars 2017, les promoteurs du projet ont lancé des services uniques permettant aux agriculteurs de recevoir par texto des conseils agronomiques et des alertes météo et de contracter une assurance indicielle. L’objectif initial était que 100 000 agriculteurs soient, à la fin de la deuxième année, abonnés à ces services, dont le prix est de 2 $ par saison. Cet objectif n’a pas été atteint : seuls 379 agriculteurs s’y sont abonnés lors de la deuxième saison. En Ouganda, la plupart des agriculteurs avaient l’habitude de bénéficier gratuitement de conseils et n’étaient guère enclins à payer un abonnement. Toutefois, ceux qui ont franchi le pas ont fait état de rendements et de bénéfices en nette hausse.

« Nous avons constaté que le manque d’accès au financement était un obstacle majeur à l’adoption d’innovations susceptibles d’améliorer la productivité », explique Benjamin Kwasi Addom, chef d’équipe des projets ICT4Ag au CTA. Fin 2017, Benjamin Kwasi Addom et ses collègues ont entamé des discussions avec la Fondation Rabobank pour introduire un programme de prêts aux petits agriculteurs. « Nous les avons convaincus qu’avec le profil numérique des agriculteurs, nous avions déjà recueilli les informations nécessaires aux institutions financières pour évaluer la solvabilité de leurs clients », confie Benjamin Kwasi Addom. 

Fin 2017, le profil de 130 000 agriculteurs avait déjà été dressé dans le cadre du projet MUIIS, un chiffre qui allait doubler en 2018. Le profil donne des informations détaillées, de la situation géographique de l’exploitation à la taille de la famille, en passant par le type de cultures et les actifs personnels : précisément les données dont les banques ont besoin pour examiner les demandes de crédit.

La Fondation Rabobank a approuvé un prêt d’1 milliard de shillings ougandais (230 000 €). Les promoteurs du projet MUIIS ont accepté de gérer ces fonds, à travers le bras financier de l’Ugandan Cooperative Alliance (UCA). Les agriculteurs qui ont demandé un prêt ont reçu 200 000 shillings ougandais (soit 44 €) par acre, à raison de 5 acres maximum, une somme qu’ils pouvaient utiliser pour acheter des intrants, des semences et des engrais. Ils devaient s’abonner aux services MUIIS pour obtenir le prêt.

La première tranche de prêts a été accordée à 1 890 agriculteurs, dont les exploitations représentaient au total 5 000 acres. Lydia Kiwuka est une bénéficiaire type. « La saison dernière, j’ai utilisé le fumier des vaches pour fertiliser mes champs de maïs, car je ne pouvais pas acheter de l’engrais », explique-t-elle. « Avec ce prêt, j’ai pu acheter l’engrais dont j’avais besoin pour la saison et même des pesticides si la chenille légionnaire revenait envahir mes champs. »

Le CTA a commandé à l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA) et à la National Agricultural Research Organisation (NARO), l’institut ougandais de recherche agronomique, une étude pour recueillir des éléments empiriques sur l’impact des services MUIIS et des prêts. Cette étude, axée sur le soja, le maïs, les haricots et le sésame, a montré que les services MUIIS et les prêts avaient entraîné une augmentation sensible des rendements agricoles.

« Nous espérions que les agriculteurs augmenteraient le rendement de leurs champs de soja de 25 % », explique Benjamin Kwasi Addom. « Ils ont fait beaucoup mieux. » Le rendement a augmenté de 60 % pour le soja et 90 % pour les haricots. Pour le moment, le taux de remboursement des prêts est bon. M. Addom estime que les éléments montrant la hausse des rendements encourageront des organisations telles que la Fondation Rabobank à accorder d’autres prêts à l’avenir.

Emplacement:

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!