Le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) confirme sa fermeture pour la fin 2020.

Rapport de fin de projet Farmers’ hub

Au Sénégal et au Mali, le maraîchage joue un rôle important pour assurer la sécurité alimentaire et mener la lutte contre la malnutrition. Le Sénégal, grâce à sa position stratégique et son accès à la mer mais aussi ses ressources en terre, jouit d’une situation favorable pour l’exportation de production horticole sur les marchés régionaux et internationaux. En 2014, le volume total des exportations tous produits confondus s’élevait à 79.662 tonnes. Les importations constituées principalement d’oignons, pommes de terre, carottes et bananes impactent négativement l’équilibre de la balance commerciale du Sénégal. En effet, le volume total d’importation pour ces quatre produits s’élevait à 222.395 tonnes en 2014 (Rapport de la Direction de l’Horticulture, 2016). Quant au Mali, les chiffres de la production de fruits et légumes en 2015 sont bien en deçà des prévisions et souligne le potentiel de développement considérable pour la production horticole destinée aux marchés locaux sénégalais et maliens.
En outre, le maraîchage constitue une opportunité pour l’emploi des jeunes et l’autonomisation des femmes. Mais l’essor de ce sous-secteur reste surtout freiné par le faible niveau d’équipement et de formation des producteurs et les difficultés d’écoulement des produits de qualité à prix différencié. Ainsi pour parer à ces problèmes et booster ce sous-secteur au grand potentiel, la Fondation Syngenta pour une Agriculture Durable (FSAD) a développé le modèle des Farmers’Hub (FH) maraicher, PME agricoles spécialisées dans la production de pépinières, la location de machines et le conseil agricole, tout en incluant l’utilisation d’outils numériques. Ce modèle de « guichet unique », qui a démontré ses performances en Asie notamment au Bangladesh et en Indonésie1, a dû être adapté au contexte du Mali et du Sénégal afin de mieux répondre aux spécificités locales. Dans ce sens, le partenariat entre la FSAD et le CTA en 2019-2020 a permis une accélération du processus de calibration et de diffusion du modèle, afin de permettre à un nombre croissant de jeunes, notamment de femmes, de s’établir en tant qu’agripreneur.
Un projet pilote financé par la FSAD a débuté au Sénégal en décembre 2017 avec l’établissement de trois FH à Rufisque (LAC), Mboro (STN) et Thilène (VAB). Chaque FH dessert un marché urbain. Le FH de Rufisque profite de sa localisation en zone périurbaine de Dakar avec des producteurs sensibilisés aux nouvelles méthodes de production utilisant des plants maraîchers produits sur plaque. Le FH de Mboro, situé dans la zone des Niayes, plus propice aux cultures maraichères, est constituée par une clientèle plus traditionnelle. Finalement, le FH de Thilène (à proximité de St Louis) jouit d’une certaine exclusivité dans une zone traditionnellement rizicole.
Les résultats des ventes de plants sur les 8 premiers mois d’activité en 2018 ont montré une demande croissante de plants. Le projet pilote a également confirmé qu’il s’agit d’un modèle d’affaire rentable pour les agripreneurs et a permis d’identifier des jeunes ruraux prêt à devenir les prochains agripreneurs. Les meilleurs résultats ont été obtenus dans les zones périurbaines de Dakar, qui ont été de ce fait priorisées dans le cadre de ce projet FSAD-CTA qui a également souhaiter tester et adapter le modèle au Mali.