Le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) confirme sa fermeture pour la fin 2020.

Rapport De Fin De Projet RONGEAD

Intelligence économique au service de la gestion du risque prix dans les marches céréaliers Ouest Africains

En Afrique de l'Ouest, les céréales font partie du régime de base des populations et constituent une importante source de revenu pour de nombreux petits producteurs. Le commerce des céréales représente une part significative du commerce intra régional et présente un potentiel important pour l'amélioration de la sécurité alimentaire et des moyens de subsistance. Toutefois, le développement de ce commerce est actuellement entravé par de nombreux obstacles : l'absence d'un réel système d'information sur les céréales qui réponde aux besoins spécifiques du secteur privé, l'absence de normes de qualité harmonisées au niveau régional et de systèmes de garanties appropriés, ainsi que l'absence d'un cadre règlementaire et politique adapté. Pour contribuer à surmonter ces obstacles, le ROAC (Réseau Ouest Africain des Céréaliers) et le RONGEAD ont reçu du CTA un appui financier pour mettre en œuvre le Projet « Intelligence Économique pour la gestion du risque prix dans les marchés céréaliers ouest-africains ». Il convient de noter que ce projet s'inscrit dans la continuité de : (i) l'étude de faisabilité cofinancée par le CTA et l'Agence Française de Développement (AFD) sur le développement d'un système régional d'informations relatives aux céréales (2014) et (ii) la participation des membres exécutifs du ROAC aux deux éditions du Sommet africain sur le commerce des céréales, organisées par le Conseil des céréales d'Afrique de l'Est – EAGC (à Mombasa en 2013 et à Kigali en 2015). Ainsi, l’étude de faisabilité a montré qu’il était nécessaire et essentiel de fournir aux opérateurs céréaliers privés un accès à une information et à une expertise indépendante adaptée à leurs besoins, et orientée vers la gestion des risques prix. Ce projet a donc visé l’amélioration de la sécurité alimentaire sous régionale par un meilleur fonctionnement des marchés céréaliers et notamment la création de conditions de marché facilitant l’investissement dans la production, le stockage et la distribution des céréales. Il a permis la production d’informations et d’analyses économiques de qualité, condition nécessaire à l’établissement d’un marché structuré des céréales en Afrique de l’Ouest. Le présent projet a été exécuté dans huit pays (Togo, Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Ghana, Mali, Niger et Sénégal). Signalons aussi qu’un neuvième pays (Guinée) s’est ajouté entre temps aux 8 autres pays. Le présent rapport rend compte des activités menées par le projet de 2016 à 2019.