Leading image

Une idée d’agro-entreprise mais pas d’argent ? Soyez créatif !

Blog

L'argent des prix de compétitions comme Pitch AgriHack peut aider à financer les start-up agricoles.

© CTA

par et

Blog

Vous êtes convaincu d’avoir trouvé un concept génial de start-up agricole. Mais qu’en est-il du financement ? De jeunes agripreneurs nous prouvent qu’il n’y a pas qu’une seule manière de trouver des fonds pour concrétiser un business plan : la nécessité est la mère de l’invention !

Un prêt de membres de la famille ou d’amis, une subvention du gouvernement ou de donateurs, voire même un prix remporté lors d’un concours… Autant de sources qui peuvent faire la différence et permettre de concrétiser une idée d’agro-entreprise. Le secret, selon de jeunes entrepreneurs ayant récemment participé à un atelier du CTA, est de trouver un excellent produit, de lui assurer un maximum de visibilité et d’accroître ainsi ses chances d’intéresser un investisseur.

Agrocenta, une plateforme en ligne qui met en relation des petits exploitants et de grandes associations paysannes du Ghana avec de vastes marchés, a mis en avant sur les médias sociaux le travail réalisé à ses débuts, se faisant ainsi largement connaître.

« Quand nous avons commencé, nous avons énormément publié sur les médias sociaux. Nous avons donc trouvé nos premiers investisseurs sur LinkedIn », explique le cofondateur et CEO d’Agrocenta, Michael Ocansey. « Nous partagions simplement ce que nous faisions. Des personnes intéressées par les investissements à fort impact en Afrique ont lu certaines de nos publications et nous ont contactés. C’est ainsi que nous avons décroché nos premiers investissements. Nous avons aussi participé à des concours et gagné des prix en espèces, que nous avons investis dans l’entreprise. »

« Cependant, il faut parfois beaucoup de temps avant que les investisseurs n’injectent des fonds dans une start-up. Les entrepreneurs doivent donc avoir un plan B pour faire tourner l’entreprise pendant cette phase », prévient M. Ocansey. « Le secret, c’est de chercher des financements alternatifs à partir de sources atypiques », affirme-t-il.

Wennovation Hub est un accélérateur et incubateur d’entreprises novateur et axé sur la technologie, qui aide les entrepreneurs à résoudre des défis économiques en Afrique. La réputation du cofondateur de la start-up, Wole Odetayo, a vite convaincu des bailleurs de fonds de soutenir son idée innovante d’utiliser des ressources technologiques et la mise en réseau pour autonomiser les jeunes.

« La confiance et l’intégrité sont importantes dans le monde des entreprises », déclare M. Odetayo, 34 ans. « Quand nous avons démarré, je n’avais pas de revenu disponible, mais mes partenaires en dehors du Nigéria en avaient. Nous avons lancé l’entreprise ensemble parce que nous nous faisions confiance et ils savaient qu’ils pouvaient compter sur moi. L’intégrité est très importante. Les jeunes des pays ACP doivent en prendre conscience pour être en mesure d’attirer des personnes qui croient en eux et leur confient leurs ressources. »

A ce jour, Wennovation Hub a soutenu plus de 300 équipes de start-up et plus de 6 000 jeunes, et a mobilisé 2,2 millions € via son réseau pour soutenir des start-up aux quatre coins du Nigéria.

Letia Kirwin, directrice et fondatrice de Loving Islands, une organisation de développement durable aux Fidji qui se concentre sur le développement de la chaîne de valeur biologique à travers les technologies, indique qu’une subvention est une bonne option pour éviter les prêts commerciaux risqués qui peuvent peser sur une start-up agroalimentaire. Son entreprise a obtenu une subvention pour organiser des formations et des programmes de développement sur une période de douze mois, pour les communautés défavorisées des Fidji, en tant que projet pilote.

« A partir de là, nous avons réussi à générer des revenus en fournissant des formations sur contrat, en particulier dans le domaine de l’agriculture biologique communautaire, du développement d’entreprise et de la valorisation de la noix de coco », précise Mme Kirwin.

Bayseddo 2.0 est une bourse agricole africaine. Cette plateforme web met en relation des agriculteurs et des investisseurs. L’entreprise a bénéficié de capitaux d’amorçage du CTA et du géant des télécoms, Orange Sénégal.

« Nous avions une idée qui avait un réel potentiel commercial. C’est grâce à cela que nous avons pu avoir accès à des capitaux d’amorçage », explique Mamadou Sall, à l’origine de cette start-up. « Nous avons utilisé notre modèle pour mobiliser plus de 189 162 € pour l’agriculture au Sénégal, où nous travaillons avec 75 petits exploitants. »

Cependant, commencer avec un budget serré peut aussi aboutir à de bons résultats. Farm Credibly, une entreprise jamaïcaine en ligne qui utilise la blockchain pour aider les agriculteurs non bancarisés à accéder aux prêts et au crédit, a gagné plusieurs concours Pitch AgriHack, ce qui l’a aidée à lancer ses activités.

« Nous sommes probablement la seule entreprise de Jamaïque à utiliser la blockchain dans l’agriculture. C’est l’une des raisons pour lesquelles il est important d’assister aux événements Pitch AgriHack organisés par le CTA : vous entrez ainsi en contact avec des personnes actives dans un domaine similaire », explique le fondateur de l’entreprise, Varun Baker.

« Nous n’avons encore contracté aucun prêt. L’autofinancement a vraiment joué un rôle clé. Heureusement, j’ai une équipe prête à s’engager même si la rémunération n’est pas à la hauteur. Ce sont de petites subventions qui peuvent nous aider à lancer nos opérations et à dépasser le stade conceptuel, pour mener un projet pilote à part entière. »

Cet article a été rédigé dans le cadre d’une initiative menée par le CTA visant à documenter et à partager les connaissances exploitables sur les approches agricoles efficaces pour l’agriculture des pays ACP. Il capitalise sur les connaissances, les enseignements et les expériences pratiques afin de documenter et d’orienter la mise en œuvre de projets axés sur l’agriculture pour le développement.

Tître

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!