Leading image

Comment la blockchain facilite l’accès des jeunes agriculteurs des Caraïbes au financement ?

Blog

Varun Baker estime que la blockchain peut aider les fermiers non bancarisés à accéder à davantage de financement.

© CTA

par

Blog

Il est largement admis que l'accès au financement est l'un des principaux obstacles à la participation d’un plus grand nombre de jeunes au secteur agricole. Varun Baker, jeune entrepreneur jamaïcain et lauréat du concours Pitch AgriHack 2018 du CTA, explique pourquoi il est convaincu que la technologie de la blockchain peut contribuer à relever ce défi – et comment sa propre start-up Farm Credibly utilise cette technologie pour améliorer l'accès au financement des agriculteurs non bancarisés.

La plupart des agriculteurs, en particulier les plus jeunes, a beaucoup de mal à obtenir le crédit ou les prêts qui leur permettraient d’accroître leur production. Les institutions financières utilisent en effet une procédure très lourde pour évaluer les demandes de crédit et soumettent en outre leur octroi à des conditions très strictes, en termes de garanties. 

Une grande partie de l'activité agricole repose encore sur les paiements en espèces. Ce facteur complique encore l’évaluation des demandes de prêts : il n’existe généralement aucune trace écrite attestant de l’activité économique et des performances de l’agriculteur. La technologie de la blockchain peut contribuer à remédier à cette situation. Elle offre un moyen de stockage et de partage de l’information d’une puissance inégalée à ce jour. Pour la première fois, nous pouvons utiliser la technologie pour autonomiser les petits agriculteurs et les inciter à poursuivre l’activité qu’ils ont choisie – l’agriculture. La blockchain nous permet de réduire les formalités administratives en enregistrant les transactions commerciales des agriculteurs, en leur nom, dans un registre décentralisé qui assure la sécurité et la confidentialité des données.

Qu'est-ce que la blockchain ? La « chaîne de blocs » nous aide à bâtir une relation de confiance. Il s’agit d’une version améliorée de la base de données « classique » et elle présente de nombreux avantages supplémentaires. Les férus de technologies la décrivent, en jargon très spécialisé, comme un « grand livre distribué immuable », mais pour les profanes – ce que nous sommes pour la plupart – la comparaison avec une discussion de groupe permet de mieux faire comprendre les avantages offerts par cette technologie. Comme l’explique Samson Williams, éducateur et conseiller spécialisé dans la blockchain : « Les données d’un message groupé (photos, mèmes, adresses, mots, etc.) sont distribuées et immuables. On le voit lorsqu’on envoie une photo inappropriée dans une discussion de groupe. Les données sont distribuées, car tous les membres du groupe peuvent voir la photo. » Et les participants qui le souhaitent peuvent à tout moment faire apparaître l’historique des envois.

Brosser un tableau crédible

Dans la pratique, les agriculteurs peuvent continuer à utiliser les liquidités et à travailler exactement comme ils le font actuellement. Seule différence, ils peuvent avoir accès au financement grâce à l’utilisation d’une chaîne de blocs. Nous utilisons cette technologie pour soulager les agriculteurs de la charge de travail qu’implique la tenue de registres nécessaires à l’accès à des capitaux. Les agriculteurs peuvent à présent être « validés » sur la base de la solidité de leur réseau d’affaires et des transactions qu’ils effectuent régulièrement.

Chez Farm Credibly, nous avons mis au point une nouvelle méthode de calcul de la cote de crédit, en travaillant en partenariat avec des entreprises avec lesquelles les agriculteurs traitent déjà. Nous jugeons de la solvabilité des agriculteurs en évaluant leurs transactions d’achat de semences et d'engrais (dépenses en intrants) et surtout leurs ventes au secteur agroalimentaire, aux supermarchés et aux hôtels (produits des ventes). Nous sommes ainsi en mesure de brosser un tableau crédible et validé de la capacité de remboursement d’un agriculteur. Nous gagnerons de l'argent en vendant des vérifications de crédit à des prêteurs qui, jusqu'à présent, ne disposaient que de peu de moyens pour évaluer les demandes de prêts introduites par des agriculteurs non bancarisés ou faiblement bancarisés. Certains agriculteurs déjà productifs amélioreraient encore leur productivité s’ils avaient accès à des capitaux. Notre activité consiste donc à identifier les bénéficiaires potentiels d’un crédit tout en garantissant à tout moment la confidentialité et la sécurité des données sensibles des entreprises et des données à caractère personnel des agriculteurs.

Gagnants du hackathon

Cette idée de projet a commencé à prendre forme lors d'un hackathon blockchain organisé en 2017 à Kingston, en Jamaïque, lors duquel notre équipe a été primée, car elle s’était révélée la plus performante. Notre projet a été parrainé par IBM et par NCB, une grande banque commerciale jamaïcaine. Depuis, nous avons validé, par test, nos outils de collecte de données et notre algorithme de notation de crédit, basé sur un outil reconnu mis au point par l’École de finance et de gestion de Francfort : le système d’évaluation des prêts agricoles (Agricultural Loan Evaluation System, ALES).

Cette première phase, réussie, nous a donné la confiance nécessaire pour mettre en œuvre un projet pilote qui facilite l’octroi de micro-prêts via notre plateforme. Nous recueillons actuellement des fonds pour pouvoir lancer en 2019 un nouveau projet pilote. Dans le cadre de celui-ci, nous donnerons à un certain nombre d’agriculteurs les moyens (financiers) d’améliorer leur productivité afin de répondre à la forte demande que nous avons identifiée sur le marché. Pour mener à bien ce projet, nous investirons également l’argent que nous avons reçu en tant que lauréat du Pitch AgriHack 2018 du CTA. Nous pourrons ainsi faire bénéficier un plus grand nombre d’agriculteurs et d’autres acteurs de la chaîne de valeur agricole des services que nous mettons en place. L'un des points de référence les plus importants que nous utilisons est celui des données des acheteurs de produits agricoles. Ces détaillants disposent en effet souvent d’informations précieuses permettant d’identifier, au sein de leur réseau d’agriculteurs, les agriculteurs les plus performants et qui ont donc toutes les chances de développer leurs activités en ayant accès à des capitaux.

Nous n'en sommes encore qu'aux balbutiements et notre entreprise n’est enregistrée que depuis avril 2018. Mais nous avons hâte d'utiliser la Jamaïque et les Caraïbes comme « banc d'essai » pour prouver que notre technologie fonctionne. L’idée est de pouvoir ensuite proposer notre service sur le continent africain. A ce jour, Farm Credibly a accès à une base de données de plus de 200 000 agriculteurs inscrits. Nous sommes en outre sur le point de conclure un accord de coopération avec la Jamaica Manufacturers’ and Exporters’ Association, ce qui améliorera grandement notre cote de crédit.

Cet article a été rédigé dans le cadre d’une initiative menée par le CTA visant à documenter et à partager les connaissances exploitables sur les approches agricoles efficaces pour l’agriculture des pays ACP. Il capitalise sur les connaissances, les enseignements et les expériences pratiques afin de documenter et d’orienter la mise en œuvre de projets axés sur l’agriculture pour le développement.

Tître

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!