Le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) confirme sa fermeture pour la fin 2020.
Leading image

Manioc 21

Project

Jeunesse

Si le manioc continue à jouer un rôle clé en Afrique centrale – en contribuant à la génération de revenus, à la sécurité alimentaire et à la création d’emplois pour les communautés rurales, exploiter pleinement le potentiel de ce secteur a été et reste un défi. Pour avoir accès aux marchés alimentaires, des millions de petits exploitants de la région doivent ainsi transformer leur production alimentaire dans ce secteur émergent. C’est encore plus vrai pour des produits de base comme le manioc, qui leur imposent d’accéder au secteur émergent de la transformation. Toutefois, même si d’aucuns y voient une formidable opportunité pour les secteurs agroalimentaires locaux de réduire leurs importations, la transformation industrielle du manioc (amidon de manioc et faine de manioc de haute qualité) n’est pas encore économiquement et financièrement tenable dans l’actuel contexte régional. En outre, la demande de l’industrie agroalimentaire reste faible par rapport à celle des ménages urbains consommateurs de produits transformés à base de manioc.

Objectif

Dans le contexte de la croissance de la population urbaine et de l’augmentation des revenus de la classe moyenne, le manioc est en passe de devenir un produit de base stratégique qui peut non seulement contribuer à la sécurité alimentaire mais aussi inspirer des modèles d’entreprise innovants et durables, notamment pour les femmes et les jeunes. Ce potentiel a d’ailleurs été confirmé par une série de petits projets de subvention lancés par le CTA en avril 2017 au Cameroun, en République centrafricaine et en République démocratique du Congo (RDC).

Manioc 21, ce nouveau projet d’une durée de deux ans, s’appuie sur les acquis de précédents projets et sur la collaboration avec une série de coopératives sélectionnées. Il entend affiner et accélérer le déploiement de nouveaux modèles d’entreprise innovants qui créent des liens avec les marchés et encouragent la diffusion d’activités de valorisation au niveau régional.

Approche

Fort de la coopération déjà engagée avec certaines coopératives (SOCOOPMATPA au Cameroun) grâce au partenariat du CTA avec des organisations paysannes régionales – l’Organisation panafricaine des agriculteurs (PAFO) et AgriCord – , le projet lancera une première série d’initiatives au Cameroun et en RDC. L’objectif sera d’augmenter progressivement le nombre de coopératives soutenues en Afrique centrale.

Ce projet se différenciera des autres projets menés dans la région par sa solide approche commerciale et de gestion (qui s’appuie sur les outils SCOPEInsight du secteur privé) et l’offre de modules et programmes de formation pertinents développés en coopération avec IFC/Banque mondiale et l’Université du Missouri, ainsi que par son partenariat unique avec la PROPAC, la plateforme des organisations paysannes de la région, et l’Institut international d’agriculture tropicale (IITA). Cette initiative sera également en contact direct avec les incubateurs/accélérateurs d’entreprises mis en place par l’IITA grâce aux programmes « ENABLE Youth » financés par la Banque africaine de développement dans les deux pays. Les jeunes bénéficiaires d’ENABLE Youth seront ainsi formés pour devenir des fournisseurs de services pour les coopératives de manioc.

Activités

Le projet mis en œuvre en 2018-2019 se concentrera sur les activités suivantes :

  • Le développement des compétences commerciales, entrepreneuriales et techniques des coopératives de manioc dirigées par des femmes et des jeunes, grâce aux accélérateurs d’entreprises ;
  • La mise au point et la promotion de l’adoption de machines de transformation et d’outils TIC plus pointus pour améliorer la gestion des entreprises/exploitations agricoles ;
  • La promotion de l’accès aux initiatives de financement innovantes ;
  • L’établissement de nouveaux liens avec le marché, notamment avec les agro-entreprises et les acheteurs institutionnels (par ex. le PAM) ; et
  • La documentation des expériences des partenariats commerciaux, en vue de leur partage et de leur diffusion.

Impact

Le projet entend contribuer à l’amélioration des revenus, à la sécurité alimentaire et à la promotion d’emplois décents pour les femmes et les jeunes en développant des modèles d’entreprise innovants et durables pour la filière du manioc et ses nouveaux marchés. Cet objectif sera réalisé grâce à :

  • l’amélioration qualitative et quantitative des produits à valeur ajoutée issus du manioc commercialisés par des femmes et des coopératives de jeunes ; et
  • des modèles d’entreprise innovants pour le développement du secteur du manioc (y compris des modèles basés sur les TIC) visant à encourager la création d’emplois parmi les femmes et les jeunes.

Plus spécifiquement, le projet s’emploiera à moderniser 10 coopératives du Cameroun et de RDC et il collaborera directement avec 10 000 producteurs/transformateurs de manioc (environ un millier de membres actifs par coopérative), dont 80 % de femmes, l’objectif étant de coopérer aussi indirectement avec 50 000 autres producteurs/transformateurs du secteur. Cette initiative aura aussi un impact direct sur 5 000 ménages (environ 40 000 consommateurs directs) et permettra de créer 750 nouveaux emplois (nouveaux emplois dans les coopératives et création d’emplois indépendants dans des micro-entreprises de services aux coopératives).

Résultats du projet

Manioc 21: Releasing the potential of cassava