Le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) confirme sa fermeture pour la fin 2020.
Leading image

Promotion et développement de la chaîne de valeur du manioc en Afrique centrale

Project

Digitalisation

Le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) s’est engagé, dans le cadre de son programme de travail en Afrique centrale, à contribuer à la sécurité alimentaire et nutritionnelle de la région à travers la promotion et la mise en place d’approches, de mécanismes et d’outils innovants permettant un développement durable et inclusif de la chaîne de valeur du manioc.

Objectif

Le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) s’est engagé, dans le cadre de son programme de travail en Afrique centrale, à contribuer à la sécurité alimentaire et nutritionnelle de la région à travers la promotion et la mise en place d’approches, de mécanismes et d’outils innovants permettant un développement durable et inclusif de la chaîne de valeur du manioc.

La chaîne de valeur du manioc apparaît en Afrique centrale comme l'un des sous-secteurs agricoles à grand potentiel sur le plan de l'amélioration de la productivité, de la création de valeur ajoutée et de développement du commerce régional. Le manioc, aliment de base, est en effet un produit stratégique pour contribuer directement aux Objectifs de développement durable (ODD) suivants :

  • Objectif 1. Pas de pauvreté : éradication de la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde.
  • Objectif 2. Faim « zéro » : éliminer la faim et la famine, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable.

Le projet de subvention intitulé « Promotion et développement de la chaîne de valeur du manioc en Afrique centrale » lancé par le CTA en juillet 2017 et dont les activités prendront fin en 2019, visait à contribuer à la réalisation de ces ODD par l’appui à des projets pilotes innovants pouvant potentiellement être répliqués dans d’autres pays de la région. Plus spécifiquement, le CTA souhaitait renforcer :

  • Les liens entre petits producteurs, transformateurs et agrobusiness pour une meilleure valorisation de la chaine de valeur du manioc ;
  • La collaboration entre chercheurs, petites unités de transformation et producteurs pour la transformation du manioc en produits enrichis et nutritifs ;
  • Les capacités techniques, organisationnelles et entrepreneuriales des femmes impliquées dans les activités de transformation et de distribution du manioc.

Approche

La phase d’appel à proposition du projet a permis d’identifier quatre initiatives innovantes pour lesquelles le CTA a signé quatre contrats de subventions pour un montant maximum de 30 000 € par projet.

Les quatre projets, cofinancés à hauteur de 10% par les organisations bénéficiaires, visent à améliorer l’approvisionnement des marchés urbains en produits de manioc à valeur ajoutée à travers des actions de renforcement de capacités et de mise à niveau technique des principaux acteurs de la transformation et la commercialisation (essentiellement les femmes). Chaque projet repose sur une approche fortement participative tant au niveau de l’identification des besoins que de la formulation, mise en place et suivi des activités sur le terrain.

Activités

Les subventions et l’appui technique délivré par le CTA, en collaboration avec la PROPAC, ont permis aux porteurs des projets sélectionnés de mettre en place les activités suivantes :

  • Au Cameroun
    • L’Ecole nationale supérieure des sciences agro-industrielles (ENSAI) a mis au point, en collaboration avec le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD) en France, une technique de rouissage innovante du manioc afin d’améliorer la qualité sanitaire des produits mis sur le marché et d’accroître le revenu des transformatrices de manioc. Cette technique est diffusée auprès des unités artisanales de transformation de manioc dans les régions du Centre et de l’Est du Cameroun.
    • La Société coopérative de manioc, autres tubercules et produits agricoles (SOCOOPMATPA) soutient les productrices et/ou transformatrices de manioc à établir des partenariats avec des sociétés d’agrobusiness afin de renforcer leur capacité commerciale notamment au niveau de Yaoundé et Douala.
  • En République démocratique du Congo
    • La Fédération des coopératives agricoles chrétiennes du Congo (FECCO) mène un programme de renforcement des capacités techniques et organisationnelles de femmes membres de cinq organisations paysannes de transformation du manioc dont la FECCO, la RPF, l'ADFM, l’OFEDI et la CERNEBES. La priorité est de les aider à définir un cahier des charges de transformation du manioc, une certification des produits et de mettre en place des points de vente groupés pour organiser la distribution sur les marchés urbains de Kinshasa.
  • En Centrafrique
    • La plateforme de Concertation nationale des organisations paysannes de Centrafrique (CNOP CAF) mène, en collaboration avec l’Université de Bangui (LASBAD), un programme d’amélioration des techniques de rouissage du manioc et de développement de la production de farine boulangère à base de manioc sur les marché urbains et péri-urbains de Bangui.

Impact

Grâce à cette série de projets pilotes, le CTA et la PROPAC ont été en mesure de tester sur le terrain certaines innovations techniques et organisationnelles permettant de formuler par la suite un projet régional de plus grande envergure en Afrique centrale: Manioc21.

De façon plus spécifique, ces quatre projets ont eu les impacts suivants :

  • Amélioration significative des revenus des femmes impliquées dans les activités de transformation et de distribution du manioc ;
  • Renforcement de la performance économique de la chaine de valeur du manioc (au niveau artisanal et semi-artisanal) à travers notamment un renforcement des capacités techniques, organisationnelles et entrepreneuriales des femmes transformatrices ;
  • Accroissement de l’offre de produits à base de manioc de qualité sur les marchés urbains et péri-urbains de Kinshasa, Bangui, Yaoundé et Douala.

Résultats du projet

Manioc 21: Releasing the potential of cassava