Le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) confirme sa fermeture pour la fin 2020.
Leading image

Promouvoir l'agripreneuriat innovant dans le secteur du maraîchage au Sahel

Project

Jeunesse

La promotion de l’entrepreneuriat agricole des jeunes est une des priorités stratégiques du CTA pour l’ensemble des régions ACP et plus spécifiquement en Afrique de l’Ouest, région frappée par un chômage massif des moins de 30 ans se traduisant souvent par un exode rural très fort et des mouvements migratoires importants sur le continent mais également à sa périphérie.

Objectif

Le CTA travaille accompagne depuis plusieurs années des initiatives visant à développer l’emploi des jeunes et la création de valeur ajoutée prioritairement pour les marchés nationaux et régionaux. Dans ce contexte, le CTA a décidé de collaborer avec la Fondation Syngenta pour une agriculture durable (SFSA) pour l’adaptation au Sahel d’un modèle de guichet unique de services agricoles appelé Farmers’ Hub, développé initialement au Bangladesh. Ce modèle, géré par des prestataires privés offrant une gamme de produits et de services de qualité aux petits agriculteurs locaux, et incluant l’utilisation d’outils numériques, contribue directement à la dynamisation des chaînes de valeurs agricoles.

Au Sénégal et au Mali, le maraîchage joue un rôle important pour assurer la sécurité alimentaire et contribue à la lutte contre la malnutrition. Il constitue également une opportunité pour l’emploi des jeunes et l’autonomisation des femmes. Mais son essor reste freiné par le faible niveau d’équipement et de formation des producteurs et les difficultés d’écoulement des produits locaux. Pour parer à ces problèmes et booster ce sous-secteur au grand potentiel, la SFSA, dans le cadre de son programme Agriservices, a développé un modèle de hubs maraîchers.

Approche

Ce modèle, qui a déjà fait ses preuves au Bangladesh, est en cours de calibration au Sénégal et nécessite d’être adapté au contexte malien afin de mieux répondre aux spécificités et besoins locaux. Ce partenariat entre la SFSA et le CTA, qui complète le partenariat en cours sur la promotion de l’entrepreunariat des jeunes dans les filières riz au Mali et au Sénégal (projet PEJERIZ), devrait permettre une accélération de ce processus et de la diffusion du modèle en Afrique de l’Ouest, afin d’aider un nombre croissant de jeunes à s’établir en tant qu’agripreneur.

Activités

Le projet Farmers’ Hub consiste à accompagner l’installation de 22 agripreneurs individuels répartis sur 13 hubs. Le modèle développé au Sénégal diffère de celui du Mali.

  • Au Sénégal, les hubs reposent sur des agripreneurs ayant déjà les compétences nécessaires pour assurer une offre de produits et services agricoles répondant à des standards de qualité élevés en zone périurbaine (culture de pépinières, location d’équipements agricoles, appui et conseil aux producteurs dans un premier temps). Ils sont appuyés pour l’acquisition d’équipements et des formations sont prodiguées aux producteurs des environs.
  • Au Mali, les agripreneurs bénéficieront d’une formation sur un cycle de huit mois. Trois serres de 1 232 m² seront installées en collaboration avec l’entreprise Sidibé Agritechniques (SAT). Elles accueilleront, subdivisées en compartiments, 12 entrepreneurs qui pourront vendre leur production à SAT à travers un système de production contractualisée et profiteront d’un accompagnement technique hebdomadaire.

Dans les deux pays, des partenariats commerciaux seront recherchés. En outre, l’application numérique e-Farmers’ Hub permettra d’améliorer la gestion et le suivi en temps réel des activités des hubs.

Impact

Le projet pilote, lancé au Sénégal à la fin de l’année 2017, avec l’établissement de trois hubs desservant chacun un marché urbain, a montré des résultats encourageants. Fort de résultats de ventes de plants, il a confirmé que le modèle d’affaires proposé était rentable pour les agripreneurs et que les nouvelles méthodes de production, utilisant le système de pépinières sur plaque, présentaient de nombreux avantages.

La collaboration entre le CTA et la SFSA sur cette nouvelle phase a pour objectif de créer de nouvelles opportunités d’emplois et de revenus pour les jeunes, notamment les femmes, vivant en milieu périurbain, ainsi que d’améliorer la productivité et la qualité de la production maraîchère. Plus spécifiquement, ce projet entend créer 32 emplois au total (22 emplois directs et 10 emplois indirects) – dont 50 % pour des femmes – et former 2 600 producteurs (200 par FH) sur les bonnes pratiques agricoles.