Le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) confirme sa fermeture pour la fin 2020.
Leading image

Promouvoir le commerce de céréales au bénéfice des petits producteurs d’Afrique de l’Est (GRAINHUBs)

Project

Digitalisation

Les petits agriculteurs produisent 80–90 % des céréales en Afrique de l’Est mais beaucoup ont du mal à avoir accès aux marchés et à répondre à la demande des consommateurs. Il leur manque en effet souvent les compétences et les connaissances nécessaires pour bien vendre leur production, alors que la plupart tirent leurs revenus de la vente de leurs céréales. Ils sont également désavantagés par le coût relativement élevé des intrants (semences et engrais améliorés) et beaucoup n’ont en outre aucun endroit pour stocker leur production, ce qui les oblige à vendre dès la récolte, sans pouvoir attendre de meilleurs prix sur le marché. En outre, les négociants et les entreprises de transformation ont des difficultés à s’approvisionner en céréales auprès des agriculteurs, en raison du problème des économies d’échelle.

Objectifs

En 2014/15, le CTA s’est lancé dans un premier partenariat avec le Conseil des céréales de l’Afrique de l’Est (EAGC) afin de promouvoir l’adoption de systèmes de commerce structuré de céréales dans la région, d’harmoniser les normes régionales applicables aux céréales, de mettre en place un institut régional de formation, de renforcer les systèmes de connaissance du marché céréalier – par le biais de systèmes basés sur la téléphonie mobile – et de promouvoir l’engagement de toutes les parties prenantes à renforcer la politique céréalière.

Le nouveau partenariat entre le CTA et l’EAGC s’appuiera sur ces réalisations antérieures, et renforcera notamment les capacités nécessaires au développement de systèmes de commerce structuré, tout en soutenant et en assurant la certification des entrepôts. Cette nouvelle initiative vise à améliorer encore la participation des petits producteurs aux systèmes de commerce structuré de céréales en lançant des centres d’affaires (ou « hubs ») pour le commerce céréalier (GTBH).

Approche

Ces hubs céréaliers sont des systèmes intermédiaires qui visent à rapprocher les producteurs de céréales et les entreprises céréalières. Ils ont été créés pour améliorer l’accès des petits agriculteurs aux services et aux marchés, notamment aux semences, aux engrais et aux informations commerciales. Ces hubs – auprès desquels les agriculteurs sont enregistrés pour qu’ils puissent bénéficier de services efficaces et à moindre coût – permettront aussi aux agriculteurs de regrouper leur production au sein d’un groupe d’agriculteurs, de vendre collectivement, de stocker leur production dans un entrepôt certifié et d’avoir accès aux marchés grâce à la plateforme commerciale en ligne E-Soko de l’EAGC et à ses événements de facilitation des échanges.

Les hubs peuvent ouvrir l’accès des agriculteurs au financement en leur permettant d’utiliser leur production comme garantie pour l’obtention d’un prêt. En aidant les petits agriculteurs à nouer des liens solides avec des négociants en céréales du secteur privé, ils les aideront aussi à améliorer leurs revenus grâce à une production accrue et de meilleure qualité. Les petits agriculteurs pourront aussi améliorer leurs pratiques post-récolte grâce l’accès à des services d’entreposage certifiés. Les entrepôts et les négociants pourront eux aussi utiliser les services des hubs pour améliorer la gestion d’inventaire et planifier l’avenir.

Activités

Le projet, lancé dans un premier temps au Kenya et en Tanzanie pour une durée de deux ans, (2018–2019) :

  • Organisera les agriculteurs en unités commerciales et établira leur profil
  • Facilitera la création de hubs céréaliers
  • Facilitera les liens avec les fournisseurs d’intrants, les agences de financement et les négociants en céréales
  • Assurera le développement des capacités nécessaires au commerce structuré de céréales

Impact

  • 30 associations commerciales agricoles seront créées et enregistrées numériquement auprès des hubs.
  • 20 nouveaux hubs céréaliers permettront d’augmenter la production et les revenus de 30 000 petits producteurs céréaliers du Kenya et de Tanzanie.