Leading image

Agriculteurs : pour faire fortune, téléchargez mAgri

Impact story

Jeunesse

Une start-up du Botswana fait profiter les petits exploitants ruraux des technologies numériques. Brastorne Enterprises, lauréate du concours Pitch AgriHack 2016 du CTA, gère une plateforme mobile baptisée mAgri, qui entend améliorer l’accès des agriculteurs aux informations, marchés et financements.

mAgri est une plateforme de type USSD (données de services supplémentaires non structurées), qui peut être utilisée sur n’importe quel téléphone portable. L’application a favorisé l’inclusion des communautés mal desservies de quelques villages reculés du Botswana en les connectant à un écosystème de la communication abordable.

Grâce à la plateforme, qui combine plusieurs technologies mobiles, les agriculteurs peuvent trouver un marché pour vendre leurs produits et – surtout – interagir et partager des idées. Pour 0,75 euros (9 pulas) par mois, les abonnés peuvent accéder à des informations sur les prix du marché, la météo et les bonnes pratiques agricoles. Bientôt, des services financiers et des assurances seront également proposés.

« Nous avons transformé un simple téléphone portable en plateforme commerciale », explique Martin Thato Stimela, directeur général de Brastorne Enterprises.

Pitch AgriHack, quel concours !

En 2016, Brastorne Enterprises a été invité à participer au concours Pitch AgriHack du CTA, organisé au Kenya. Cette compétition a pour but de développer les services commerciaux offerts par de jeunes start-up dans le secteur des technologies agricoles (ICT4Ag). L’appli mAgri a été choisie, parmi 25 finalistes, dans la catégorie « stade initial ».

Naledi Magowe, responsable marketing de Brastorne Enterprises, affirme que l’approche pratique en matière de formation du Pitch AgriHack a aidé son entreprise à mieux présenter ses concepts commerciaux aux investisseurs potentiels. La formation les a aussi aidés à comprendre ce que les bailleurs des fonds attendent des start-up qu’ils financent.

« Depuis Pitch AgriHack, nous travaillons toujours de la même façon, mais plus intelligemment et plus efficacement », déclare Mme Magowe, qui a participé à un atelier de formation intensive organisé dans le cadre du concours. « Durant la séance de mentorat, nous avons appris que nous devions élargir nos activités et nous nous employons actuellement à lancer notre appli à l’extérieur du Botswana. »

« Les conférences et ateliers auxquels Brastorne Enterprises a été invitée par le CTA ont aussi eu une importance capitale », continue Mme Magowe. Lors du Social Good Summit 2017, à Genève, l’entreprise a rencontré des responsables du développement commercial de chez Orange, entreprise multinationale de télécommunications, qui l’a aidée à affiner ses plans pour élargir ses services à travers le déploiement de nouvelles fonctionnalités pour améliorer la plateforme mAgri. La start-up a noué un partenariat stratégique avec Orange Botswana, ce qui lui a donné accès à une vaste base d’utilisateurs potentiels.

Le soutien du CTA a débouché sur d’autres opportunités de coopération promotionnelle, que ce soit à la radio ou par SMS.

Quarante-et-un emplois créés

Brastorne Enterprises a investi une partie de l’enveloppe de 7 500 euros reçue dans le cadre de Pitch AgriHack dans un programme de promotion pour augmenter le nombre d’abonnés à la plateforme mAgri. A la suite du concours, Brastorne Enterprises a ajouté à son service, ciblant huit villages du Botswana, une composante spécialement axée sur les femmes.

« Avec mAgri, nous avons créé une application mobile réellement basée sur le marché qui permet aux agriculteurs de communiquer et échanger entre eux à moindre coût, ainsi que d’avoir accès à des marchés pour vendre leurs produits », poursuit Mme Magowe. Elle indique que l’entreprise a déjà créé 23 emplois à temps plein, et que ce chiffre passera à 41 d’ici la fin août 2018.

« Brastorne est en train de devenir un modèle pour les jeunes entrepreneurs et nous aide à montrer à d’autres jeunes comment concevoir un modèle d’entreprise fructueux, grâce à la proposition de valeur unique de son produit », ajoute Ken Lohento, coordinateur senior ICT4AG au CTA.

Connecter les agriculteurs isolés

« Avec mAgri, les abonnés ont accès à une application internet. La clé du succès a été d’y ajouter une plateforme de chat. 500 000 personnes utilisent notre plateforme et nous comptons 100 000 abonnés fidèles par mois. Tous les jours, 500 personnes rejoignent notre plateforme. »

M. Stimela ajoute que même s’il est difficile de mesurer l’impact des applications mobiles, le CTA prévoit d’aider l’entreprise à évaluer l’utilisation de son appli. « Nous avons bâti une communauté d’utilisateurs et un écosystème. Notre appli aide les commerçants à accéder à un marché jusque-là inaccessible », poursuit M. Stimela. « Plus de 50 % des usagers sont des jeunes et ils interagissent pour la première fois avec l’agriculture sur notre plateforme. »        

Emplacement:

Tître

TechShelta : des solutions d’agriculture sous serre pilotées par la technologie

par

Quatre jeunes Ghanéens, animés par une vision et une passion pour les technologies, se sont donné pour mission de révolutionner l’agriculture dans leur pays. Ce groupe, dont les membres se sont rencontrés en 2018 lors d’un concours d’innovation, a fondé TechShelta. Leur objectif ? Maximiser l’efficacité de l’agriculture sous serre en utilisant des solutions innovantes.

Maziwaplus - Des solutions pour les producteurs laitiers kenyans

par

Selon le Livestock Research for Rural Development (LRRD), la production laitière est le sous-secteur agricole le plus important du Kenya. Cette industrie contribue au produit intérieur brut (PIB) à concurrence d’environ 8 % avec une production de lait annuelle de 3,43 milliards L. Les petits producteurs laitiers représentent jusqu'à 80 % de l’ensemble des producteurs du secteur, ils assurent 56 % de l’ensemble de la production laitière au Kenya, mais leurs activités se heurtent à divers obstacles.

ProFish, une solution attrayante pour les pêcheurs ghanéens

par

Le "Rapport sur la numérisation de l'agriculture africaine, 2018-2019" met en avant le faible taux d’adoption des solutions digitales en agriculture (D4Ag) chez les femmes d’Afrique subsaharienne. Alors qu’elles représentent jusqu’à 50 % de la main-d’œuvre agricole, seulement 25 % d’entre elles environ sont abonnées à une solution D4Ag. Une femme s’emploie à changer la donne au Ghana ; elle utilise et met au point, une solution pour améliorer la sécurité alimentaire. Son nom : Caroline Pomeyie, cofondatrice et PDG de ProFish Ghana Limited.

Trackball Global Technologies - Aider les agriculteurs urbains

par

Trackball Global Technologies, fondée en 2019, est l'une des plus jeunes entreprises nigérianes de fourniture de solutions numériques pour l’agriculture (D4Ag). AgriCo, sa plateforme d'apprentissage en ligne, permet aux agriculteurs urbains de s’initier aux meilleures pratiques agricoles et d’élevage sans sortir de chez eux, grâce à des cours interactifs animés par des experts agricoles.

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!